un magazine web axé sur la culture d’ici

Guillaume Lafond se taille une place parmi les plus grands!

Entrevue avec Guillaume Lafond

Guillaume Lafond gros plan
Crédit photo: Gilles St-Laurent

Par Marie Eve Archambault

Guillaume Lafond est sur une belle lancée en ce moment! Celui qui a séduit le public en 2020 à Star Académie travaille non seulement avec les plus grands, mais se taille une place de choix dans la compilation Mille après mille comptant des artistes tels que Patrick Norman, Ginette Reno et Guylaine Tanguay. Pour l’occasion, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec l’auteur-compositeur-interprète qui a visiblement le vent dans les voiles!

L’an dernier, tu venais tout juste de sortir de l’Académie. Je t’avais posé comme question: « Que veux-tu faire maintenant que Star Académie est terminé? » Tu m’as répondu que tu voulais faire le plus de spectacles possibles. Depuis, tu sillonnes le Québec avec tes chums de gars. Pensais-tu, il y a un an, que tu te rendrais où tu es aujourd’hui?

Écoute, j’avais bon espoir. Avec ce que je voyais entrer, j’espérais vraiment beaucoup, mais je ne savais pas à quoi m’attendre. Pour l’instant, ça va tellement bien et je suis tellement un gars heureux présentement. Je suis content de faire ça.

Comment se passe la tournée jusqu’à maintenant?

Ça se passe A1! Je te dirais qu’on essaie de monter d’autres chansons. On essaie de toujours faire de la nouveauté pour que ce ne soit pas toujours le même spectacle. J’ai vu que plusieurs personnes venaient me voir à quelques reprises en spectacle, donc j’ai voulu changer le spectacle une fois de temps en temps pour que le monde ait quelque chose de nouveau. Alors, c’est ce que je fais ces temps-ci.

Je t’ai vu l’an dernier en spectacle et tu étais en formule duo. Maintenant, tu es rendu avec un groupe. D’où est venu le changement?

Je suis un gars qui joue de la musique en gang. En duo, c’est une belle formule parce que c’est avec mon meilleur ami et ça fait longtemps qu’on joue ensemble de cette façon. On est à l’aise comme ça, mais j’avais vraiment hâte de monter quelque chose en band qui est plus complet. Je voulais faire danser le monder, faire des festivals et des choses comme ça.

Tu m’as aussi parlé que l’un de tes objectifs était de faire des rencontres pour te créer une équipe. Et depuis quelques temps, on entend qu’un album est en chemin. De qui t’es-tu entouré? 

Écoute, je pense que j’ai la meilleure équipe autour de moi! C’est Mario Pelchat qui va produire mon album avec MP3. À la réalisation, ce sera David Laflèche. Les musiciens, ce seront mes amis de longue date qui savent comment je veux que ça sonne. De cette façon, le côté musical restera très proche de moi. Il y a des personnes comme Mario et David qui sont capables de me pousser un peu là-dedans et d’essayer d’ajouter des éléments dans le tout que nous sommes. Ils sont bons dans ce qu’ils font. C’est complètement fou!

Comment s’est passé ton passage en studio?

Dans le fond, je n’ai pas encore fait mon album personnel au complet. Ce que j’ai fait jusqu’à présent, c’est que j’ai enregistré une chanson avec David Laflèche qui s’appelle Rien à faire qui s’est trouvé sur la compilation Mille après mille d’Écho Vedettes. David Laflèche a un très beau studio. J’étais avec mes musiciens, et il nous a tout de suite mis à l’aise. Il a su nous appuyer sur ce qu’on avait besoin. Il a su nous écouter aussi afin de comprendre ce que nous voulions aller chercher comme son. Tout s’est placé dans l’ordre sans forcer les choses.

Comment s’est présenté l’opportunité de figurer sur l’album Mille après mille?

C’est Mario Pelchat qui produit mon album et mon single et cet album-là qui m’a invité à participer à ce projet. Il m’a demandé si je voulais que ma chanson se retrouve sur la compilation. Je te dirais que ça n’a pas pris de temps avant d’accepter son offre quand j’ai su ça. J’ai dit oui tout de suite!

Photo officielle

Ça doit être flatteur quand même de figurer avec des artistes de renom comme Patrick Norman, Guylaine Tanguay et Ginette Reno!

C’est sûr! Je pense que Mario Pelchat me fait beaucoup confiance. S’il me propose cette opportunité-là, ce n’est pas pour rien, c’est parce qu’il croit en moi. Écoute, se retrouver là-dessus aux côtés de Patrick Norman, Ginette, Guylaine… Quand c’est ton premier extrait que tu sors, c’est un peu irréel. C’est flatteur, mais surtout encourageant!

Il faut se le dire, Rien à faire est une belle carte de visite pour ton album solo.

Ouais! C’est sûr que cette chanson fera partie de mon album solo. C’est mon premier single. Toutes mes chansons sont pas mal écrites. On voulait sortir un extrait avant l’été. Je trouvais que c’était la chanson qui allait le mieux avec la saison. On vient de sortir d’une pandémie. Tout le monde va faire de la route ou du camping, et je trouve que c’est une belle chanson roadtrip à écouter quand il fait soleil. Ce fut assez facile comme choix.

Tu as sorti la chanson il y a quelques semaines déjà. À quoi ressemblent les réactions jusqu’à présent?

Les réactions sont vraiment bonnes. Je n’ai eu aucun commentaire négatif. Tout le monde me dit que c’est une chanson qui entre dans la tête. Les gens l’écoutent en boucle. Alors, je pense que c’est bon signe. Justement, je voulais sortir une chanson légère où les gens ne se lassent pas d’écouter. Moi, ça fait longtemps que je la joue et je ne me lasse pas. Alors, je pense qu’elle pourra perdurer longtemps dans le temps.

La chanson dit qu’il faut prendre le temps de ne rien faire et d’en profiter. Entre la préparation d’un album, la tournée et les projets, trouves-tu le temps des fois de ne rien faire et d’en profiter?

C’est sûr! C’est souvent dans les moments où je ne fais rien que les idées de chansons me viennent! Je me sens inspiré. Les notes de guitares me viennent en tête. C’est vraiment de relaxer et de se laisser se perdre dans ses pensées et de les laisser prendre le contrôle sur toi. C’est un exercice que je fais beaucoup de mon côté. Ça m’aide énormément.

Guillaume Lafond guitare
Crédit photo: Gilles St-Laurent

Tu as dit que ton album sera très différent de ce qu’on a déjà entendu jusqu’à présent. Qu’est-ce que tu peux nous dire là-dessus?

C’est sûr que je m’inspire de beaucoup d’artistes que j’aime. Je suis un gars qui aime la musique tout court. Oui, j’aime le country et j’en écoute beaucoup, mais j’aime beaucoup d’autres styles musicaux. Il y a d’autres artistes qui m’inspirent dans le blues, folk, country-rock, rock. Ce sont tous des styles qui me procurent de l’émotions et j’ai le goût d’aller faire un petit mix dans cet album-là. Mes musiciens ne jouent pas comme tout le monde. Ils ont un petit quelque chose d’unique. Alors réunis tous ensemble, ça va sonner différent. J’ai hâte de voir comment ça va sonner. C’est sûr qu’en ce moment, on se pratique, mais en studio c’est toujours plaisant parce que tu peux aller chercher pleins de sonorités. C’est quelque chose que j’aime beaucoup faire. On va travailler là-dessus et ça va sonner comme une tonne de briques!

Dans l’entrevue que l’on peut lire dans Écho Vedettes, tu as dit que tu n’es pas un garçon entrepreneur et que tu te satisfaisais de peu. Pourtant, en un an, ta carrière a explosé. Il y a beaucoup de choses qui ont bougé. Qu’est-ce qui a changé?

Je pense que c’est la confiance: de croire que t’es capable de le faire et que tu es à ta place. L’équipe. L’équipe autour de moi m’aide beaucoup. Carl Bazinet (Celui qui est derrière la carrière de Guylaine Tanguay) est mon gérant et il m’encourage vraiment beaucoup. Il m’aide à me donner confiance et aller au bout de mes idées. Alors, je pense que c’est vraiment ça. Avant, je n’y croyais pas tant que ça et je me satisfaisais de ce que j’avais. Maintenant, j’en veux toujours plus. C’est le bon minding à avoir.

Je me rappelle que tu avais gagner un séjour à Nashville avec Star Académie pour une séance d’écriture. Es-tu allé finalement?

Non je ne suis pas allé! L’album que je vais sortir est entièrement en français. Il n’est pas perdu ce séjour-là. Ce seront avec des compositeurs anglophones. Pour le premier album, je ne sentais pas l’urgence d’y aller parce que ce sera juste en français. Je pense qu’au Québec, nous avons beaucoup de ressources qui peuvent m’aider. Ça, je garde ça pour un moment opportun. Pour l’instant, j’avais le goût et j’étais inspiré en français. Je suis allé dans cette direction-là.

C’est important pour toi d’utiliser le français pour tes chansons?

Pour l’instant, oui parce que c’est ce que je sens. Je suis un gars très proche de ses émotions. Pour l’instant, je suis inspiré en français et j’ai pleins d’idées en français. J’ai des mélodies, des sujets, et je sentais que c’était bien naturel de prendre cette direction-là. Je ne ferme pas la porte de l’anglais du tout. C’est seulement que là, je trouve que j’ai assez de matériel pour chanter en français. Je me suis: « Pourquoi pas? »

L’album Mille après mille comprend une seule nouvelle chanson originale, celle de Guillaume Lafond : Rien à faire. L’album est inclut avec le magazine hors-série Échos Vedettes Country. Pour écouter l’extrait de Guillaume Lafond, cliquez ici.

Vous pourriez aussi être intéressé par ces articles :

Entrevue avec Guillaume Lafond

Krystel Mongeau remporte Star Académie!

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email