Les Monsieurs veulent « déranger » avec la sortie de Crise de cœur

Un groupe qui souhaite attiser la curiosité intellectuelle  

© Officielle / photo : Nathalie Mora et maquillage : Claudie Landry

Par Benoît Dosseh (collaboration spéciale)

Les Monsieurs étaient sur la scène du café-bar Le verre bouteille pour le lancement officiel de leur second opus, Crise de cœur, un voyage vers différentes sonorités. En marge de ce spectacle, Simon Beaudin, est revenu sur l’origine du groupe formé sur les bancs du Cégep de Joliette, et sur les thèmes abordés dans ce second album intimiste et engagé.

MatTv.ca : Qui sont Les Monsieurs et d’où est partie l’idée de former ce groupe ?

« Les Monsieurs est un groupe composer de Gabriel Leblond, Philippe Girard, Samuel Cadieux, Simon Beaudin et depuis peu notre camarade Léa Boudreau qui vient nous donner un coup de main sur scène. Les Monsieurs, c’est un projet qui a de l’âge. On s’est rencontré les quatre les quatre gars il y a une dizaine d’années au département de musique du Cégep de Joliette et l’idée du band est venue rapidement. Après le cégep, plusieurs changements de mouture et quelques années de pause, c’est autour de 2014 qu’on a recommencé à jouer les quatre ensembles et s’investir de manière plus assidue dans le projet ».

MatTv.ca : Vous êtes un groupe de rock, mais pas seulement. Quels sont les autres styles musicaux que vous faites ?

« Effectivement, on essaie ben des affaires. C’est dur à dire dans le sens qu’on ne se pose pas la question quand on écrit ou quand on compose les tounes, ce sont des catégories qui viennent après, c’est moins notre job cette partie-là. Mais ce qui est certain, c’est qu’on écoute des styles musicaux différents qui nous nourrissent et influencent notre manière de comprendre la musique et d’en jouer. Après que cela est dit, c’est clair qu’il y a des grosses touches de folk et de rock à saveur garage sur notre dernier album ».

© Officielle / Conception de la couverture par Simon Leclerc

MatTv.ca : Quel est le message que vous véhiculez dans l’album Crise de cœur ?

« Beaucoup de chansons de l’album sont plus intimes et n’ont pas été écrites dans le but de passer un message. Je vivais des trucs rushant et on a transformé ça en chansons ».

« DLYREM (De l’avenir y’en reste en masse) est l’une des exceptions sur l’album. C’est pas mal le message final : ça ne sert pas à grand-chose la déprime et si tu veux être capable d’agir sur ce qui t’énerve, ben il faut que tu sois capable de tenir sur tes deux pieds ».

« Je pense que quand on a trop le nez collé dans ce qui ne marche pas dans notre époque, on finit avec le sentiment que c’est la fin du monde. On devient tellement en colère que ça laisse plus beaucoup de place pour être bien et éventuellement, dans mon cas, ça m’a plongé dans un état de déprime assez intense. Et un coup à cette place-là, je n’étais plus capable d’agir sur grand-chose. De l’avenir y’en reste en masse pour moi c’est ça que ça veut dire : qu’il faut être capable d’avoir son refuge à soi qu’on défend avec tout l’entêtement du monde, parce qu’il va arriver des événements déplorables dans le futur et que c’est soit que t’es capable d’agir sur ces événements-là ou non ».

MatTv.ca : Accepteriez-vous d’être catalogué comme un groupe engagé (dénonciateur) ? Pourquoi ?

Oui. Cependant, on n’a pas la prétention de « changer le monde avec une chanson ». Personnellement, j’ai commencé à m’intéresser à des enjeux de société comme la lutte à la pauvreté à travers les chansons des Colocs, de Plume ou Leloup. Ça me vient assez naturellement de passer par le même chemin. C’est certain que l’effet souhaité quelque part c’est de déranger des visions du monde plus pacifiées ou lisses et d’attiser la curiosité intellectuelle et l’engagement. Mais bon, ça reste une humble contribution à la lutte pour davantage de justice sociale et environnementale.

© Black Rats Pictures

MatTv.ca : Quels sont les projets (prochaines dates) du groupe ?

Après la sortie du 23 octobre et le lancement virtuel du 10 novembre dans le cadre du Coup de cœur francophone, on tombe davantage sur un rythme pandémique, donc on n’a pas de spectacles avant je ne sais quand. On a des projets en tête, mais rien de confirmé pour l’instant.

Vous pouvez suivre le groupe Les Monsieurs via leur page Facebook officielle.

Entrevue réalisée par Benoît Dosseh, collaboration spéciale.

Vous pourriez aussi aimer...