un magazine web axé sur la culture d’ici

Montréal reçoit enfin Luke Combs

Luke Combs enflamme le Centre Bell

Luke Combs Centre Bell
Crédit photo : Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Marie Eve Archambault

C’était au tour de Montréal d’enfin recevoir le très talentueux Luke Combs dans le cadre de sa tournée canadienne. On se rappelle que l’interprète de 32 ans devait performer au printemps dernier à Québec et à Montréal, mais avait dû repousser sa tournée à l’automne en raison de la pandémie. Malgré ce triste report, cet été, plus de 80 000 amateurs de country s’étaient rassemblés pour profiter de la présence de la sensation de l’heure lors du Festival d’été de Québec.

Riley Green
Crédit photo : Maryse Phaneuf

Les critiques après ses deux passages à Québec dans la dernière année étaient unanimes : Luke Combs est toujours prêt pour faire lever le party! Avant que la tête d’affiche foule les planches de l’aréna, deux excellentes têtes d’affiche promettaient d’installer une ambiance des plus festives! Contrairement à plusieurs genres musicaux, les amateurs de country sont avares de découverte. Dès 19 h, le Centre Bell était plein à craquer pour accueillir Chayce Beckham. Puis, le chanteur surnommé The Duckman, Riley Green, est monté sur la scène pour présenter quelques-unes de ses chansons devant une foule en délire. Visiblement, Green avait la tête de l’emploi. Énergique sur scène et beau comme un coeur, le chanteur originaire de l’Alabama a offert une excellente performance. Empruntant parfois des airs plus rock, l’auteur-compositeur-interprète ne s’est pas gêné d’offrir aussi une magnifique ballade. Green offrait sur un plateau d’argent sa vulnérabilité en étant seul derrière sa guitare pour présenter une chanson qui lui est chère, I Wish Grandpas Never Died.

Luke Combs : Au somme de son art

Luke Combs Montréal
Crédit photo : Maryse Phaneuf

Le nom de Luke Combs est sur toutes les lèvres lorsqu’on parle de new country. Le chanteur originaire de Charlotte en Caroline du Nord a la forte réputation d’être un artiste qui met le feu aux planches parce que chaque fois, il donne tout ce qu’il a. Évidemment, Montréal n’a pas fait exception puisque les fans de la première heure ont reçu tout un spectacle vendredi soir alors que le cowboy a chanté avec ses tripes pendant près de 1 h 30. Il a commencé fort avec entre autres le succès 1,2 Many pour maintenir la cadence tout au long de la soirée.

Combs a quand même pris un moment seul avec son public : « Luke Combs, cela a toujours été moi, une guitare et une personne qui veut entendre ce que j’ai à dire. […] Je suis à des milliers de miles de chez moi, et je suis devant vous ce soir en faisant ce que j’aime le plus au monde. » Ce moment de tendresse aura été de courte durée puisque quelques minutes plus tard, le chanteur américain a enchaîné les succès tels que Beautiful Crazy, She Got the Best of Me et Hurricane au grand bonheur du public.

Une pluie de bière

Tout y était : l’énergie, une voix irréprochable et bien sûr, de la bière… beaucoup de bières. Tandis que le chanteur avait toujours un verre rouge entre les mains, les fans eux, se gardaient un verre en réserve pour la finale de la soirée tant attendue. Lors de l’ultime hit de la soirée, Beer Never Broke My Heart, les specateurs se sont mis à lancer leur bière dans les airs créant ainsi une véritable pluie de bière partout dans les gradins. Vendredi soir, les gens présents ont encore une fois prouvé qu’il y a un auditoire pour accueillir les grands noms de la musique country. Malgré ses nombreuses présences cette année, les gens étaient au rendez-vous. Croyez-le ou non, Luke Combs reviendrait l’an prochain que le Centre Bell serait autant bondé de monde que vendredi soir dernier. Verrons-nous l’offre se multiplier prochainement grâce à des réussites comme celle-ci?

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Vous pourriez être intéressé par ces articles :

L’effet Chris Stapleton opère

Enfin une première montréalaise pour Matt Lang

 

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email