un magazine web axé sur la culture d’ici

Les nouveautés à voir et entendre

Quelque part en mars

Amélie Veille – Facebook

Par: 

Quelque part en mars. Quelque jours avant l’arrivée des bourgeons, naissent aussi de belles nouveautés. Je vous fais la suggestion de certains titres sorties ou à voir en cette semaine. Les arts ne font pas relâche maintenant que tout redeviens à la normal. Il y a longtemps que les artistes attendaient le retour des spectacles et événements. Ces titres sont l’étincelle de tournées à venir ou de lancements d’album à entrevoir. Mars, c’est le renouveau et on aime ça. Beaucoup en fait!

Bonne semaine.

Amélie Veille

Amélie Veille

L’autrice, compositrice et interprète Amélie Veille présente aujourd’hui un nouvel extrait intitulé Ma certitude. Disponible sur l’ensemble des plateformes d’écoute en ligne et en téléchargement dès le 10 mars, cette touchante chanson d’amour a des accents country folk grâce à la guitare acoustique d’Amélie, aux harmonies vocales de Maxime Landry ainsi qu’aux arrangements et à la réalisation de Stéphane Rancourt.

« Pour moi la chanson évoque avec émotion les épreuves de la vie auxquelles les couples sont confrontés, malgré la certitude de l’amour qui les unit » a commenté Amélie.

Je vous laisse, en attendant demain, un petit dernier: Trois petits tours

Ma certitude est accompagnée d’un vidéoclip avec paroles (Lyric Video) signé Yannick Maheu-Poulin. Elle se retrouvera sur le prochain album d’Amélie, intitulé Nos possibles, dont la sortie est prévue au printemps 2022.

Olivier Couture

Olivier Couture

Je vous ai parlé, il y a quelques semaines de la sortie de la chanson et du vidéoclip Les jours abandonnés. Le nouvel EP d’Olivier Couture est désormais disponible. Cinq titres dont il signe paroles et musique, des chansons pop-folk entraînantes ou plus dépouillées, toutes mitonnées avec le complice réalisateur et musicien David Brunet (Cœur de pirate, Patrice Michaud, Vincent Vallières).

En plus du premier extrait Les jours abandonnés, paru en janvier dernier et qui fait belle figure sur les palmarès, Plus on change, plus on se ressemble réunit quatre autres chansons ancrées dans leur époque, qui évoquent la solitude et les silences, la quête de soi comme le désir de fuir.

« Pour moi, Plus on change, plus on se ressemble veut dire deux choses. Premièrement, on peut changer pour s’améliorer en tant que personne, évoluer. D’un autre côté, on peut aussi tomber dans le piège de changer pour plaire aux autres et à ce qui nous entoure.

J’ai joué dans les bars pendant plusieurs années. J’ai chanté des chansons que je n’aimais

pas tout particulièrement pour plaire et j’ai commencé à rouler dans une boucle infinie de validation. À trop vouloir changer qui on est vraiment, on commence à ressembler à tout autour de soi. Comme je le mentionne dans la chanson-titre : “on veut toujours faire tout comme les autres en espérant devenir soi-même”. Le EP est un peu le “turning point” de ma vingtaine vers ma trentaine, une petite mise au point sur ce que j’avais envie professionnellement et personnellement. »

Depuis le lancement de son premier disque Avant de crever en 2018 et de son mini-album Imperméable deux ans plus tard, Olivier Couture cumule les succès radio tels Cette montréalaise, La pluie, Si tu restes toi et La forêt jungle. Après avoir roulé sa bosse dans les boîtes à chansons et chanté sur de nombreuses scènes, donnant plus de 1 200 spectacles à travers le Québec, le Mexique, l’Ouest canadien et la France. Ces chansons écrites quand le temps s’est arrêté, forçant un isolement parfois salutaire et propice à l’introspection. Des chansons qui lui ressemblent.

François Cousineau

François Cousineau

Bien connu du public québécois, le compositeur et pianiste François Cousineau lance ce vendredi Odyssée et Nuits blanchesdeux compilations de ses pièces instrumentales pour piano et orchestre diffusées numériquement sur toutes les plateformes. Tirées des disques François Cousineau (récipiendaire du Félix de l’album instrumental de l’année en 1999), Veux-tu que j’t’aime ? et Clin d’œil à des amis parus au début des années 2000, elles comprennent aussi certains titres plus récents datant de 2020.

Ces deux nouveaux opus se complètent et se répondent. Odyssée, album-souvenir à la fois périple et retour aux sources, rythmé et allègre, rappelle les racines et les grandes influences musicales du compositeur. Nuits blanches, de son côté, évoque l’intériorité, la mélancolie, le deuil et les amours perdues, avec sa facture plus classique. Ensemble, ces deux ouvrages sauront ravir les mélomanes grâce à leurs superbes mélodies et leur équilibre remarquable entre musique classique et populaire.

François Cousineau – Odysée et Nuits Blanches

François Cousineau fait partie des compositeurs incontournables de l’essor musical du Québec depuis la Révolution tranquille: en plus de signer la musique d’un grand nombre d’émissions de télévision, de films, de pièces de théâtre et de comédies musicales, il s’illustre particulièrement en chanson. Il en composera plus de deux cents pour des artistes de renom tels que Jean-Pierre Ferland, Pauline Julien, Clémence Desrochers, George Dor, Ginette Reno et Céline Dion, sans oublier Diane Dufresne. Avec elle et Luc Plamondon, il formera un “trio infernal” qui transformera le paysage de la chanson québécoise des années 1970.

Les compilations Odyssée et Nuits blanches seront disponibles dès vendredi: une occasion unique de découvrir, ou de réentendre, les plus belles pièces musicales de François Cousineau, dont les succès instrumentaux Elzbieta et On meurt d’amour… doucement.

Stromae

Stromae – Multitude

Vendredi dernier, Stromae présentait Multitude, son nouvel album. Il dévoile donc un nouveau clip de celui-ci. Il s’agit de Fils de Joie.

D’entrée de jeu, il est inscrit « Dans un pays imaginaire, l’état organise les funérailles d’une travailleuse du sexe défunte« . Stromae se met tantôt dans la peau d’un client de prostituée tantôt dans celle de son fils.

Le clip a été tourné il y a quelques semaines au Cinquantenaire à Bruxelles, à l’abri des regards de tous. Rappelons que c’est à la fin janvier qu’une invitation avait été lancée afin d’obtenir quelque 500 figurants. Barricadés le temps d’un weekend afin de produire ce clip au texte plutôt percutant.

Une fois de plus, Paul Van Haver, avec son frère Luc, leur label Mosaert et la chorégraphe Marion Motin, ont réussi à rendre un moment inoubliable.

Notons que Fils de Joie a été inspiré d’un témoignage touchant d’une travailleuse du sexe et de son enfant. L’action se déroule dans un pays fictif où l’on rend un hommage national à une défunte travailleuse du sexe. Stromae en président et prononçant un discours à l’égard de la femme disparue. Un défilé militaire et un cortège funèbre lui est accordé.

Cinéma

Au revoir le bonheur – 11 mars

Au revoir le bonheur

Les frères Nicolas, Charles-Alexandre, Thomas et William sont tous très différents les uns des autres. Lors des funérailles de leur père, ils promettent de se retrouver pour une dernière fois dans la maison familiale des Îles-de-la-Madeleine afin de répandre les cendres du patriarche dans ce lieu symbolique. Mais, lors de la lecture du testament, ils auront une immense surprise qui ne fera pas l’affaire de tous. Ils devront s’entendre afin de prendre la bonne décision pour la suite des choses.

Rappelons que la vision du film a été entrecoupée par les restriction ministériel lors de la propagation du covid. Que 4 jours en salles. Cela n’a pas empêché le film de se projeter sur la scène internationale soit au Festival de l’Alpe d’Huez. Un événement consacré à la comédie française et francophone. Notez qu’il s’agit de la troisième fois pour Ken Scott de s’y retrouver pour y présenter un film. Ses deux premiers séjours avaient été La grande séduction pour lequel il avait décroché le Grand Prix du festival et Starbuck, quand à lui avait été primé deux fois.

Écrit et réalisé par Ken Scott Produit par Christian Larouche Avec François Arnaud, Antoine Bertrand, Louis Morissette, Patrice Robitaille, Julie LeBreton, Charlotte Aubin, Marilyse Bourke, Elizabeth Duperré, Geneviève Boivin-Roussy, Pierre-Yves Cardinal.

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email