Chronique 100 % québécois

Une artiste touchante, sensible et engagée

13123154_498281847029503_8333298613309837674_o

©Illustration et photo officielle chloloula

Par : Ariane Coutu-Perrault

Pour ma première chronique postélection, j’avais envie de vous parler d’une artiste bédéiste et illustratrice Chloé Germain-Thérien ou Chloloula de son nom d’artiste, que j’ai découverte via les réseaux sociaux. Durant cette lourde campagne électorale, cette artiste s’est démarquée en appuyant publiquement un parti et en créant de petites bédés, rigolotes, mais oh combien claires, histoire d’adoucir la tension électorale. J’ai été charmée par le premier travail que j’ai vu de cette artiste, la bédé Confession d’un.e pogo : Pourquoi j’appuie Québec solidaire, qui a fait beaucoup jasé, en bien ou en mal. J’ai apprécié d’abord bien évidemment sa volonté de féminiser, une pogoe? j’adore! Mais aussi la réappropriation de la célèbre expression utilisée par Manon Massé il y a déjà quelques années : Ça ne prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour… parce que ça ne prend pas le.la pogo le.la plus dégelé.e de la boîte pour comprendre que notre planète est en train de mourir.

42614799_917213151803035_2745658144339263488_n

Je me suis réjouie à découvrir son travail qui ressort beaucoup des artistes locaux, notamment de ceux que j’aime beaucoup et dont je vous ai parlé dans mes chroniques antérieures. Elle se distingue principalement par son style et ses couleurs aquarelles, c’est une technique bien différente et d’une douceur inébranlable. Ce qu’il y a d’impressionnant, c’est que Chloé Germain-Thérien réussit à garder cette tendresse malgré des sujets plus durs, plus engagés, plus choquants, ou encore avec des tons plus froids, plus sombres. Ces différents projets de vulgarisation sont tous aussi réussis et traduisent bien sa volonté de toucher les gens : « La bande dessinée est une excellente façon de vulgariser des concepts abstraits ou ardus à comprendre.  Elle permet de rendre l’information plus accessible et digeste tout en donnant une autre perspective sur le contenu diffusé.  Cela en fait un outil incontournable en cette ère de l’image! » (chloloula.com/vulgarisation).

15230703_578643552326665_1571244895119454504_n

Elle a participé au début des années 2000 au collectif militant Les lucioles, rassemblant plusieurs vidéastes voulant éduquer et pousser les réflexions chez les gens. Parce que oui, l’artiste compte plus d’une corde à son arc et donne également dans le cinéma d’animation et documentaire, toujours dans cette volonté d’atteindre les gens et les influencer de manière positive. Dans ce même ordre d’idées, elle donne des formations d’ateliers créatifs afin de passer ses différentes connaissances. Différents projets sont créés de fil en aiguille, tels que ses collaborations avec sa fille, les récits de voyage ou encore ses nouvelles confections de petits lutins. Bref, je vous suggère d’aller voir toutes ses créations et de vous laisser imprégner par la douceur des traits et des couleurs.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...