un magazine web axé sur la culture d’ici

Chronique 100 % québécois: Sally Folk

Ô Psychologue : un album « introspection » pour Sally Folk

© Crila Laforest/Facebook Sally Folk

Par : Christian Gaulin

Le 21 mai dernier, l’auteur-compositrice-interprète Sally Folk était de retour dans la lumière pour nous présenter un 5e album en carrière, après tout près de quatre ans d’absence. Avec un bagage humain, une vulnérabilité et une sensibilité palpables pour ce 5e opus, Ô Psychologue, elle adresse ses peurs, ses maladresses et ses déceptions, à la suite d’une longue introspection.

Sally Folk revient sur des histoires anciennes qui l’ont marquée avec toute la souplesse, l’entrain et la légèreté que procurent les arrangements musicaux créés par Michel DagenaisPhillipe Dunnigan (Le règne) et Gabriel Desjardins (À nu).

L’artiste, qui aborde les relations homme-femme en choisissant des thèmes poignants, utilise un ton plus sérieux cette-fois-ci. La pièce-titre, Ô Psychologue, souligne le travail d’introspection qu’elle a dû faire pour se libérer de vieilles croyances, notant au passage que c’est l’écoute et la compagnie bienveillante qui semblent être au cœur du retour à l’équilibre qu’elle avait négligé. Elle évoque ici les résultats à la suite d’une relation amoureuse explosive. La solitude, le retrait, la rupture, l’emprisonnement. Le contrôle par la manipulation dans une relation amoureuse passe parfois par le drame, et le drame va souvent trop loin, trop tard…

© Crila Laforest/Facebook Sally Folk

La pièce Le regard des hommes donne le ton à cette analyse de soi, quant à la façon dont l’opinion des autres contrôle les pensées et à la nécessité de s’en libérer afin de vivre une vie plus saine mentalement.

Inspirée par la quête amoureuse, la jeune femme lève le voile sur les relations éphémères, rapides et désespérées (Les amourettes), sur le déni (Attendu pour souper), ainsi que sur l’infidélité, imagée par un Pot de miel, dans lequel on ne trempe jamais qu’une seule fois son doigt, raconte l’artiste.

Sur l’album, le thème de l’amour toxique est présent sous différents aspects tels que l’ignorance de la part de l’autre (Que le diable m’emporte), l’abus de pouvoir (Le règne), ainsi que la manipulation (Mea culpa). Cette dernière pièce est d’ailleurs la continuité, une suite de la chanson Les heures de visite, parue sur Deuxième acte, son 3e album paru en 2015.

Sur une note nostalgique, Sally Folk aborde le deuil périnatal, la perte d’un enfant tant désiré. L’analogie de laisser Les clés sur une table en quittant la pousse à aller de l’avant pour ne pas rester emprisonnée dans sa tristesse.

Puis, sur des rythmes de reggae, elle présente en humour et en grande vérité ce couteau à double tranchant qu’est l’usage de la critique (Dix plutôt qu’une).

La grande vulnérabilité et sensibilité de l’auteure-compositrice-interprète se laisse sentir sur la pièce qui conclut l’album. Elle témoigne du grand besoin d’amour et d’acceptation de soi qu’implique le geste de se mettre « À nu ».

© Éva-Maude/Facebook Sally Folk

« On a parfois besoin d’un regard neutre et extérieur pour arriver à mettre le doigt sur un mal. Le psychologue devient alors l’ami, le conseiller, l’éclaireur et ce sont en fin de compte cette « amitié » et cette tolérance qui font du bien. Cet album est extrêmement satisfaisant pour moi et j’espère qu’il résonnera aussi fort chez les autres », confie Sally Folk.

Un peu plus sur Sally Folk

Sally Folk est une auteure-compositrice-interprète autodidacte qui œuvre sur la scène artistique québécoise depuis une douzaine d’années. Des rencontres marquantes lui ont permis de s’entourer de collaborateurs de confiance. Découverte par Marc Déry, elle a trouvé ainsi de précieux complices en lui et son acolyte Michel Dagenais, réalisateur et compositeur de renom (Jean Leloup, Daniel Bélanger, Maxime Landry, Marc Déry).

Reconnue pour son caractère indomptable, Sally Folk a su développer un univers musical unique avec un son feutré et envoûtant où elle fait preuve de profondeur, d’une attitude détachée et d’une bonne dose d’humour et d’enthousiasme. Elle représente ainsi la femme moderne dans toute sa splendeur. Avec son écriture imagée, Sally Folk propose le point de vue d’une femme sur des thèmes rarement explorés. L’artiste n’a pas peur de briser les barrières et d’aborder des sujets plus tabous. Elle déstabilise volontairement, sortant du chemin traditionnel. Elle a cinq albums de chansons originales à son actif, parus entre 2009 et 2021.

À travers sa carrière musicale, Sally Folk, artiste engagée, s’implique aussi dans plusieurs causes qui lui tiennent à cœur, notamment celles qui touchent les enfants et la santé mentale.

© Crila Laforest/Facebook Sally Folk

L’album Ô Psychologue est le résultat d’un grand « et pas toujours facile » voyage intérieur pleinement assumé par la jeune femme, avec du rythme et une détermination de laisser des parties du passé plus difficiles et douloureuses derrière soi.

L’opus est disponible sur toutes les plateformes numériques depuis le 21 mai 2021.

Difficile de ne pas tomber sous le charme de la jeune femme, de l’artiste et de sa musique!

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email