Chronique 100 % québecois

Les folies passagères de Maude Bergeron 

14718761_1870188276534458_7096421635482320898_n

© Illustration Maude Bergeron, Les folies passagères

Par : Ariane Coutu-Perrault

Cette semaine, je continue avec une artiste engagée, Maude Bergeron, qui vient mettre un petit baume sur nos cœurs, qui nous aide à combattre les préjugés et nos problèmes avec son art. Jeune artiste engagée, écrivaine et cuisinière, Maude Bergeron compte déjà plusieurs réalisations à son actif. Roman graphique, blogue culinaire, affiches et illustrations, elle réussit à lier toutes ces passions à travers un style qu’on lui reconnaît bien. Elle parle de diversité dans son ensemble, vient questionner les standards de beauté, l’importance que l’on apporte à l’apparence, le sexisme ordinaire, les comportements genrés, le jugement et le respect, les maladies mentales, bref les difficultés que vivent un peu tout le monde au quotidien.

29136855_2120185821534701_911531878576553984_n

Les folies passagères, son nouveau projet qui a pris forme il y a deux ans, fait fureur sur les réseaux sociaux. Les illustrations sont dans un style très organique, mais vraiment littéralement. Les organes génitaux et les corps nus reviennent souvent. Souvent agrémentée de textes encourageants, presque thérapeutiques, parfois même de poèmes, ces messages démontrent sa grande solidarité envers les gens vivant différents maux de vivre. Au cours de ces deux dernières années, elle crée plusieurs produits dérivés comme des sacs, des t-shirts, et depuis tout récemment, des livres à colorier pour enfants. L’une de ses initiatives que j’aime personnellement beaucoup est Les 30 jours de folies passagères. Le concept est simple et efficace, mais derrière une tonne de travail et d’empathie. Chaque jour pendant un mois, Maude Bergeron met par l’intermédiaire des réseaux sociaux, une illustration s’attaquant à un problème, avec son message d’encouragement. Il est presque impossible de ne pas se reconnaître dans au moins une de ses publications. Ses personnages ont les traits imparfaits, dans une ambiance souvent douce et réconfortante par des couleurs calmes. Elle s’approprie le bleu et de rose, dans un camaïeu allant dans des tons souvent pastels. Exagérant des traits spécifiques, elle veut imager et souligner le mal exprimé. On sent la rage et le besoin d’être entendu et de faire changer les choses à travers ces images.

33781682_2157809601105656_2802179974084165632_n

Produisant beaucoup à travers les médias sociaux, elle suggère une formule plus permanente avec les affiches à imprimer, avec notamment une version pense-bête positive intitulée Les petits rappels pour favoriser ta santé mentale. S’incrustant dans le quotidien des gens, Maude Bergeron trouve toujours de nouvelles manières d’ajouter une pensée positive dans la vie de son public. L’aspect rough de ses dessins avec les traits foncés, les détails exagérés donnent cette force de combat, et nous donnent l’énergie d’y croire. Elle crée des dialogues imaginatifs avec des répliques de sexisme quotidien, en affichant clairement ce que les femmes aimeraient parfois répondre sauvagement.

33836532_2158433131043303_1760123042949758976_n

Diplômée en arts visuels et cuisine professionnelle, elle a aussi un site de cuisine, la cuisine estudiantine qui propose des recettes surtout végétariennes. Bien évidemment, elle s’occupe également du stylisme culinaire, mixant ses différents talents. Tout aussi créative qu’avec ses illustrations, les images, comme l’entièreté de son site, sont magnifiques, avec des couleurs vives et des compositions rythmées. L’ambiance est différente de celle dégagée avec Les folies passagères, mais on reconnaît bien son style. Son style plus doux et sensuel traduit la passion qu’elle met, comme dans chacun de ces projets, mais cette fois-ci, à travers la nourriture et son côté grano.

Elle peut également donner dans un style plus réaliste et intense, mais toujours avec une volonté de dénonciation. Un art pas facile, mais qui fait vraiment du bien. C’est de l’art-thérapie!

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...