Spectacle de Korine Côté

Gros plan sur la vie tumultueuse de Korine Côté

© Facebook / Korine Côté

Par: 

C’est debout, seule sur scène avec son tabouret et micro et devant un fond sans fla-fla mais arborant son profil que s’est livrée à nous l’humoriste Korine Côté pour la présentation de son nouveau spectacle Gros plan. Toute en transparence, elle est venue nous raconter des anecdotes, des histoires communes mais savamment bien exprimées. C’est tout en humour, loin de la subtilité, que l’artiste s’est mise à nu, devant nous sur la scène de l’établissement Le Club du Quartier DIX30 de Brossard. En ce vendredi 24 janvier, rien de moins pour clore la semaine entamée par le “Blue Monday”.

Un retour sur scène très attendu autant par son public que par celle qui vient de fêter le premier anniversaire de son petit Henri. Son congé de maternité lui aura donc aussi servi d’expériences concrètes pour ainsi développer sur le sujet de la grossesse et sa nouvelle vie en tant que jeune maman. Elle parle de ce sujet d’actualité. Elle en dépeint cette réalité et ne tombe pas dans le soyeux de la chose. Non. Elle est tranchante, remplie d’autodérisions. “Une femme enceinte, c’est comme un piano. Tu déplaces pas ça de même!” Faut effectivement l’avoir vécu pour en parler avec autant de visuel.

© Facebook / Korine Côté – Annie Diotte

C’est tout en nuances qu’elle nous aborde des sujets de la vie. Passant de la fécondation, la naissance, l’évolution des humains jusqu’à la mort. Cette candide femme parle de ces sujets avec tant d’humour que même la vieillesse et la mort sont synonymes de beauté, de plaisirs à festoyer.

La critique, c’est d’abord envers elle qu’elle la pose. Elle est suffisamment objective envers elle-même. Parler uniquement des autres durant tout le spectacle ne serait pas suffisant pour combler la soirée. Autant rire de soi pour obtenir du contenu. Elle sait s’auto-flageller seule. Rire d’elle ne lui fait pas peur. Elle aime le ridicule, la simplicité et la vie bien plus qu’en général. Rien de moins pour être très généraliste dans ses propos. Nuls doutes qu’on se sent tous interpellés.

Passant par sa crainte de vomir, son physique post accouchement “J’aimerai avoir un T-shirt sur lequel serait inscrit: Je viens d’accoucher… Ça explique ma shape ambiguë!”, de sa visite chez le pharmacien pour obtenir la pilule du lendemain. Le fait de grandir dans une résidence de personnes âgées jusqu’à la présentation des nouveaux chums de la famille à la tante au handicap mental: “On les présente à la famille. On en dit pas plus. Mais ont dit pas c’est qui! On les laissent deviner“. Sans négliger le ronflement et ceux qui grincent des dents. Elle clos en parlant de ses dernières volontés en gros partys en immortalisant le tout sur photos de famille autour du cercueil.

© Facebook / Korine Côté – Annie Diotte

Bref, un beau et grand tour de vie pour rire et s’esclaffer. Des imitations autant audibles que visuelles. On s’identifie à elle. À sa réalité qui est non loin de la nôtre. Elle sait créer des malaises comme lorsqu’il est question de sa tante handicapée. Elle est où la limite? Korine nous fait comprendre qu’il n’y a que la limite que nous nous imposons. Rire avec eux, ce n’est pas rire d’eux. La nuance est mince mais n’est pas suffisamment grande pour s’empêcher de profiter pleinement de la vie.

Sachez en profiter et savourez pleinement la vie comme elle. Si vous désirez passer une excellente soirée, n’hésitez surtout pas à aller la voir. Son humour est un remontant face à la déprime de janvier.

En première partie, histoire de réchauffer la salle et les planches, une extra de belle découverte. Anthony Rémillard pour qui l’absurdité n’a pas de frein que celui qu’il oubli de se mettre! On rit de son manque de subtilité, son autodérision et de ses lunettes qu’il ne fini plus de parler à notre plus grand bonheur.

Korine Côté est actuellement en tournée. Pour connaître sa tournée, c’est par ici

Vous pourriez aussi aimer...