On vous présente : Ombre!

Ombre!, une musique d’une douce mélancolie

© Photo tirée de leur page Facebook

Par : Myriam Bercier

MatTv vous offre encore et toujours la chronique On vous présente, qui a pour objectif de vous présenter des artistes qui passent sous le radar de la musique populaire. De pair avec l’arrivée de l’automne, on vous présente cette semaine le groupe Ombre!

Ombre! a commencé en tant que projet solo de Dany Asselin, un auteur-compositeur-interprète, pour se transformer en groupe en 2017 alors que Gabriel Villeneuve, Mathieu Leclerc et Félix Desforges sont venus se joindre au projet. Le groupe est originaire de Québec et offre une musique mélancolique aux sujets variés. Par exemple, sur leur EP Résoudre la question paru en 2018, la chanson Les carcasses de tôle a été inspirée par la rumeur qui circulait disant que Facebook avait cessé son programme d’intelligence artificielle puisque ce dernier avait développé son propre langage. Dany Asselin s’en est donc inspiré pour créer une chanson dans laquelle il s’imagine un futur dystopique où une guerre entre les robots et les humains pour le contrôle de la planète a explosé. Ce EP offre aux auditeurs un voyage folk mélancolique en se questionnant sur les incertitudes et les contradictions de la vie moderne.


© Photo tirée de leur page Facebook

Le 21 août 2020, ils ont lancé leur dernier EP, Les grands vents. Ce EP, qui reste dans la même lignée musicalement que son prédécesseur, traite des personnes qui entrent et sortent de nos vies et aborde également des thèmes comme l’angoisse, les ruptures, l’amour jetable ou impossible, les échappatoires pour fuir ses responsabilités et la mort. En effet, la seconde plage du disque, Mathieu et Gloria, traite du suicide du demi-frère du chanteur et de la sœur de ses demi-frère et demi-sœur.

Je me suis donc entretenu avec Dany Asselin, le chanteur et guitariste du groupe, le 14 août dernier. On s’est parlé notamment de On jase de toi de Noir Silence, de choix de nom de groupe, de dynamique de groupe et de Gloria et Mathieu. Voici sans plus attendre le fruit de cette discussion!

Myriam : Qu’est-ce qui t’a amené à faire de la musique?
Dany : Ça part vraiment de loin. J’avais à peu près quatre ou cinq ans et c’est drôle parce que j’ai eu un gros coup de cœur sur la chanson On jase de toi de Noir Silence, à partir de ce moment-là je voulais avoir les cheveux longs, des jeans déchirés et faire de la musique. Mais tu sais maintenant je n’aime plus tant cette chanson-là mais ça part de là. Pendant des années j’ai demandé une guitare à mes parents et j’ai fini par l’avoir en secondaire un. À partir de là j’ai toujours appris la musique, appris des instruments. Dès le départ, j’écrivais. J’avais toujours eu le besoin d’écrire des chansons même si au départ je maîtrisais pas beaucoup l’instrument, j’essayais déjà d’écrire en partant, je faisais pas juste apprendre l’instrument.

Myriam : Tu as commencé Ombre! en tant que projet solo en 2015, pour finalement transformer ça en groupe en 2017. Pourquoi?
Dany : En fait, à la base, je faisais des shows acoustiques guitare-voix. J’avais composé le EP, Hymne à la nuit, qui avait beaucoup d’arrangements, qui était très planant, et j’avais envie de faire vivre ce EP sur scène, de cette façon-là. En jammant avec les boys et tout ça… avant ça je me disais « j’aime mieux avoir le contrôle sur tout, je veux pas avoir à négocier si je veux aller dans une direction ou une autre », mais finalement en faisant de la musique en groupe j’ai vraiment aimé l’énergie, j’ai décidé que c’était plus tripant de composer en groupe même si des fois il y a des compromis à faire.
Myriam : Tu dis « en jammant avec les gars », ça veut dire que vous vous connaissiez déjà?
Dany : Non, en fait j’ai fait des annonces je pense sur Kijiji et sur des groupes Facebook et il y a des gens qui m’ont répondu. J’ai passé des petites auditions et finalement, je vais te donner un exemple, j’avais pris un bassiste au départ, j’avais passé deux bassistes en audition, et le bassiste est pas resté, c’est le deuxième que j’avais passé en audition que je n’avais pas sélectionné qui est resté, mais finalement je pense que la vibe était meilleure avec lui. Des fois, c’est difficile de dire en audition « lui est meilleur que lui »
Myriam : Ou que la vibe va mieux passer avec lui…
Dany : Ouais, c’est ça.

Myriam : Pourquoi avoir choisi le nom Ombre!, avec un point d’exclamation à la fin?
Dany : Premièrement, si je parle de tout l’historique de pourquoi Ombre!, au départ, j’étais dans un projet où on était deux, moi avant je ne chantais pas, donc je faisais des arrangements, des choses comme ça et je faisais chanter des chanteurs avec qui je travaillais là-dessus. J’ai eu deux bons chanteurs, les deux sont partis vivre à Montréal. Le deuxième projet avec un bon chanteur ça s’appelait Ombre et lumière. Quand lui est parti vivre à Montréal, j’ai essayé de trouver d’autres chanteurs, soit je tombais sur des gens très motivés avec qui ça cliquait pas trop, ou des gens pas assez motivés mais qui étaient très bons, donc j’ai décidé d’apprendre à chanter. Là, j’avais le nom Ombre et lumière, je me suis dit « bon, je suis rendu tout seul dans le projet, ça pourrait s’appeler Ombre ». Mais ombre, si on cherche ça sur Google […] ou sur Facebook, on tombe sur plein d’affaires de cheveux et d’affaires comme ça, donc j’avais décidé de mettre un point d’exclamation principalement pour le référencement et aussi parce qu’il y avait déjà un projet musique qui s’appelait Ombre. C’est toutes ces raisons-là, c’est comme ça que le nom du groupe est arrivé. On fait de la musique assez mélancolique donc Ombre! je pense que c’est un nom qui peut bien se prêter à ce genre de musique-là.

Myriam : Qu’est-ce qui t’inspire le plus pour créer une chanson?
Dany : Très bonne question! C’est très varié. Souvent moi je vais partir de quelques accords de guitare que je gratte, je vais improviser une mélodie avec ma voix même sans mettre de mots, des fois il y a deux trois mots qui viennent, je me dis « ok ces mots-là, cette image-là, à quoi elle pourrait référer? » et là ça me donne un thème, un sujet sur lequel je peux développer, et je développe à partir de là. J’ai pas de sujet de prédilection. Même que ma dernière compo qui est pas encore enregistrée et que j’ai pas travaillé avec le band, je parle du fait que dans le fond on plane toujours, il y a toujours une menace nucléaire qui plane, un fou pourrait faire sauter une bombe demain et faire disparaître quasiment l’entièreté de la terre. C’est vraiment varié, il y a d’autres chansons qui parlent d’anxiété, j’ai des chansons qui parlent d’amour, des chansons qui parlent de gens qui ont passé dans ma vie, c’est quand même varié.

Myriam : J’ai cru comprendre que depuis qu’Ombre! est un groupe à part entière, vous composez toutes les pièces ensemble. Comment composez-vous à quatre, quelle est la dynamique?
Dany : La plupart du temps, je vais arriver avec une chanson, avec guitare-voix déjà écrite. La plupart du temps je vais l’enregistrer avec mon cellulaire, je vais la mettre sur un Google Drive que les gars vont pouvoir l’écouter, des fois je leur mets même les accords sur le Drive pour qu’ils puissent voir un peu la structure de la chanson, en quelle tonalité elle est. Après, en arrivant dans le local, on la jamme ensemble, on essaie des affaires. En jammant, « quand tu as fait ça Gab[riel Villeneuve], c’était cool » ou « j’aime vraiment cette partie-là de ton lead Frank [Cayer] ». On y va comme ça. C’est quand même arrivé quelques fois que ça partait de… quand Mathieu était présent dans le groupe, j’allais jammer tout seul avec Mathieu qui était le batteur au local. Il sortait un riff de drums, je grattais des accords, à partir des accords j’improvisais une mélodie, après je retournais chez nous, j’écrivais un texte. Les carcasses de tôles qui est sur le EP Résoudre la question c’est parti d’un riff de drums de Math, j’ai écrit le texte rendu chez nous après. J’ai ramené ça au local, on a rejammé ça en groupe. La plupart du temps ça part d’une chanson guitare-voix.

Myriam : Ta musique est fréquemment rapprochée de celle de Safia Nolin et de Karkwa. Est-ce que c’est quelque chose à laquelle tu penses en composant, en voulant soit t’en rapprocher ou t’en détacher, ou ça arrive comme ça?
Dany : Je pense que ça arrive juste comme ça, mais j’ai tellement écouté de Karkwa et j’en écoute encore tellement, je me tanne pas de ce groupe-là. Je pense que ça vient naturellement. J’ai toujours eu un penchant pour la musique mélancolique, c’est très très rare que je vais écouter de la musique cubaine joyeuse chez nous mettons. Ça ressort un peu. Safia elle fait quelque chose de très très très mélancolique, c’est facile peut-être de faire un rapprochement à cause de ça.

Myriam : Pour annoncer la sortie de votre nouveau EP, Les grands vents, vous avez lancé le clip de votre nouvelle chanson Mathieu et Gloria. Veux-tu nous parler un peu de l’histoire derrière cette chanson?
Dany : Je suis pas rentré dans les détails dans le vidéo, mais Mathieu était mon demi-frère qui est décédé quand j’avais 17 ans. Mon demi-frère, on a la même mère. Dominic et Michelle qu’on voit dans le clip c’est mes demi-frère et demi-sœur, on a tous la même mère dans le fond. Eux ont une demi-sœur qui s’appelle Gloria. Mathieu s’est suicidé il y a 15 ans, et Gloria s’est suicidée quelques années plus tard. Il y a cinq ans, quand j’ai décidé d’apprendre à chanter, j’ai écrit une chanson, elle s’appelait déjà Mathieu et Gloria à l’époque, mais qui avait pas du tout les mêmes paroles, pas du tout les mêmes arrangements. Tout ce qui reste de cette chanson-là c’est les accords de guitare, la mélodie un peu de la voix. Des fois, je donne l’image que c’est un peu comme si mon grand frère qui est décédé m’a donné la poussée que ça me prenait pour me lancer dans la musique parce que j’ai toujours voulu faire de la musique. La première chanson que j’ai écrit que et j’ai décidé de chanter moi-même, c’est Mathieu et Gloria. Là, on l’a retravaillé avec le groupe et on a fait de quoi vraiment, je crois, plus beau que ce que j’avais fait il y a cinq ans. Ce que j’ai fait il y a cinq ans est disponible nul part. Je suis vraiment satisfait de cette chanson-là, j’ai vraiment retravaillé le texte aussi, je suis vraiment plus satisfait du texte de la version 2020 que de la version 2015.

Myriam : Pour Les grands vents, vous avez décidé de l’autoproduire. Pourquoi?
Dany : En fait, je pense que c’est un peu arrivé par le fait que je me suis pas occupé de mes affaires et que j’ai pas fait de demande de subvention quand c’était le temps, donc là je devais le financer moi-même finalement. C’est ça qui est arrivé. C’est un peu de la négligence de ma part, j’aurais dû faire mes demandes de subvention, mais les demandes de subvention, il faut les faire comme deux trois mois d’avance avant de commencer le projet, avec la COVID et tout ça, j’ai pas pensé à tout ça, je ne me suis pas occupé de tout ça.

Myriam : Si tu pouvais prendre ma place de journaliste pour une question, quelle question te poserais-tu, en y répondant?
Dany : Moi je vais t’avouer que j’ai triché un peu, j’ai lu une de tes dernières entrevues, donc je savais que tu allais me poser cette question-là.
Myriam : Malade! Je suis vraiment contente!
Dany : (rires) Je pense que je me poserais la question : qu’est-ce que tu dirais à toi-même quand tu étais jeune?
Moi, dans le fond, j’ai fait de la scène pour la première fois à 27 ans, j’avais une grosse phobie de la scène, j’ai aussi beaucoup de mon entourage familial qui me disait « la musique, tu peux pas gagner ta vie avec ça » et tout ça, donc j’ai tassé ça, je me suis pas trop écouté. Je pense que je me dirais à moi-même plus jeune « fonce, crois en tes rêves, vas-y, si ça marche, ça marchera, si ça marche pas, au moins tu auras fait ce qui te tentait de faire ». Je trouve que si j’avais commencé plus tôt, peut-être qu’on serait rendu un peu plus loin qu’on l’est actuellement.

1. Ton lecteur de musique plante sur une île déserte, tu peux seulement écouter une chanson, c’est laquelle?
Gagging OrderRadiohead
2. Ta chanson de rupture préférée?
Et j’ai couché dans mon charRichard Desjardins
3. Ta chanson d’amour préférée?
A côté d’la trackDavid Marin
4. Un.e artiste que tu aimerais que les gens connaissent davantage?
Nicolas Gemus, il est pas super vieux et écrit des magnifiques textes, je recommande sa chanson Bunker de tes bras pour le découvrir
5. Si tu pouvais écouter un seul album pour l’année à venir, ce serait lequel?
Notre-Dame-des-Sept-DouleursKlo Pelgag
6. La chanson qui te rend le plus heureux?
La musique de The Lumineers en général!
7. Un.e artiste / groupe qui t’inspire beaucoup?

Radiohead pour le songwriting incroyable de Thom Yorke et leur capacité à se réinventer et sortir des sentiers battus. Leurs chansons sont souvent si complexes que je ne les aime pas à la première écoute, mais après quelques écoutes y’a un déclic qui se fait et je les trouve géniales.

8. La chanson qui t’obsède en ce moment?

CocoDears Criminals

J’ai vu un spectacle intime où on était seulement deux et où le groupe jouait une chanson de notre choix. J’ai choisi cette chanson, depuis je l’écoute  plusieurs fois chaque jour.
9. Une chanson que tu aimerais avoir écrite?
Le vrai bonheurKarkwa
10. Ta chanson (à toi) préférée?
Mortes Endorphines sur notre nouvel EP

Vous pourriez aussi aimer...