un magazine web axé sur la culture d’ici

Les Proies, de Sofia Coppola

Lentement, mais sûrement!

01-beguiled
©Focus Features

Par: Anny Lemire

Écrit et réalisé par Sofia Coppola, Les Proies est une adaptation du roman A painted devil par Thomas P. Cullinan paru en 1966. Un autre film basé sur le livre avait vu le jour en 1971 et mettait en vedette Clint Eastwood.

Dans les années 1800, alors que la Guerre Civile fait rage en Amérique, Amy (Oona Laurence), pensionnaire d’une école pour jeunes femmes en Virginie, s’aventure dans les bois et y fait la rencontre d’un soldat ennemi blessé (Colin Farrell). Voulant bien faire, elle lui vient en aide et se rend avec lui jusqu’à l’école, où la directrice madame Martha Farnsworth (Nicole Kidman) tentera à contrecœur de soigner ses blessures en lui imposant de quitter les lieux aussitôt qu’il sera rétabli.

Malheureusement, les pensionnaires et la professeure de l’établissement semblent s’attacher assez rapidement au nouveau venu, qui ne reste pas indifférent aux avances des jeunes femmes. Ils découvriront tous bien vite que la jalousie, la violence et la vengeance peuvent être liés à bien d’autres émotions et ne viennent jamais sans conséquences.


the-beguiled-colin-farrell-kirsten-dunst
©Focus Features

Contrairement à l’oeuvre de 1971 réalisée par Don Siegel, Coppola a choisi de se concentrer sur le point de vue des femmes de l’histoire au lieu de se conformer à la vision de l’homme. Ce choix amène une plus grande profondeur des personnages féminins et nous permet d’explorer davantage la relation entre les deux sexes.

La première partie du film est plutôt lente à s’établir. Le spectateur a effectivement le temps de se faire de multiples scénarios avant qu’il ne se passe quoi que ce soit, mais une fois que l’ambiance de la trame narrative est établie, un climax saisissant nous est promis. Colin Farrell possède un charisme fou qui nous amène à lui faire confiance malgré la certitude qui nous habite que quelque chose de tordu se déroulera plus tard dans le film. Le jeu des acteurs est impeccable, que ce soit la sévère Miss Martha (Nicole Kidman) ou encore la timide Edwina (Kirsten Dunst). Le tout, magnifiquement accentué par la trame sonore de Phoenix, nous permet de vraiment s’imprégner de l’histoire.

Remarqué à Cannes

En mai 2017, le film a été choisi pour faire partie de la compétition au Festival de Cannes. Bien que le film n’ait pas remporté la célèbre Palme d’Or, Coppola a tout de même remporté le titre de Meilleure Réalisatrice. Un prix important puisqu’elle est seulement la deuxième femme a avoir eu cet honneur en plus de 70 ans.

Les Proies prend l’affiche dans les cinémas le 30 juin 2017.

Mon avis : 3/5

Crédit de la photo de couverture : ©Focus Features

 

Texte révisé par: Nabila Chabane

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email