un magazine web axé sur la culture d’ici

Le phénomène Måneskin s’amène en ville

Måneskin dépasse les attentes

Maneskin sur scène
Crédit photo : Auréa Gamboa

Par Marie Eve Archambault

La soirée du 24 novembre était fort attendue par les fans de la formation Måneskin. Après 2 guichets fermés à Toronto, le groupe rock italien débarquait pour une première fois en sol québécois dans le cadre de sa tournée The loud kids Tour.

Des fans de Måneskin dévoués et énergiques

L’achalandage était à prévoir. En avril dernier, le spectacle affichait déjà complet avant même sa mise en vente pour le grand public. Les gens qui étaient présents au MTELUS jeudi soir étaient des fans, des vrais. Les premiers en file campaient depuis 7 heures le matin pour s’assurer d’être aux premières loges. Ceux qui avaient le privilège de participer à l’événement avaient soit eu la chance de mettre la main sur des billets en prévente ou avaient acheté des billets à des prix exorbitants pour ne pas manquer ce moment qui risquera d’être unique. Parce qu’en effet, il est fort à parier que si le groupe revient au Québec, Evenko visera une salle plus grande soit la Place Bell ou le Centre Bell. À moins que, évidemment, le phénomène s’estompe.

À 18 h 00, soit une heure avant l’entrée en salle, la file extérieure était longue de plus de trois rues! Tous ceux et celles qui assistaient au spectacle voulaient avoir une place de choix. Jusqu’à 21 h 15, le public se divertissait en clamant le groupe rock. En avant de la scène, il y a même un spectateur qui était sur Tinder et swippait ses propositions. Dès qu’il y avait un match, le foule applaudissait. Bien qu’on était coincé comme des sardines, tout le monde était sympathiques, empathique et aidant. Ça fait du bien à l’âme.

Maneskin guitare
Crédit photo : Auréa Gamboa

Formule gagnante

Le quatuor connaît la formule magique. Le setlist est bien réfléchi pour garder le public en haleine. On commence fort avec des titres tels que Kool Kids, Zitti e buonni, Coraline,  Beggin et I wanna be your slave. Pendant les chansons moins connues, les artistes ont pris des bains de foule pour créer la frénésie chez les spectateur. Puis, ils reviennent en force avec des chansons puissantes comme Mammamia et Lividi sui Gomiti. Pour évidemment terminer la soirée avec les deux plus grosses chansons de son répertoire : The loneliest et I wanna be your slave. Vous avez bien lu. Måneskin a en effet joué à deux reprises son succès radiophonique. Même si cela semble redondant, la formule a totalement fonctionné jeudi soir!

Maneskin prestation
Crédit photo : Auréa Gamboa

Proximité garantie

Les membres de Måneskin sont reconnus pour aimer les bains de foule. Les occasions se sont multipliées plus que la soirée avançait.  La bassiste Victoria De Angelis s’est amusée à plusieurs reprises à se promener dans la foule au grand plaisir des jeunes qui étaient plus loin derrière. Elle a d’ailleurs fait du bodysurfing avec sa basse pendant la chanson Close to the top. 

On attend déjà impatiemment le retour de Måneskin. Serait-ce cet été? Ce serait une excellente proposition pour un festival tel qu’Osheaga? On lance cette demande dans l’univers en espérant qu’il entende notre appel.

Crédit photos : Auréa Gamboa/Mattv

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email