Lancement de « Pour déjouer l’ennui » de Pierre Lapointe

Une chose est sûre, l’album a atteint son but : nul ne s’est ennuyé au Club Soda

©Maryse Phaneuf

Par : Myriam Bercier

Le mardi 15 octobre 2019 au Club Soda a eu lieu le lancement de l’album Pour déjouer l’ennui de Pierre Lapointe. Dès son arrivée sur scène, le chanteur est chaudement applaudi par la foule nombreuse. L’ambiance est décontractée, Pierre Lapointe prend le temps de remercier les gens qui ont rendu son album possible dès le début, et souligne la présence du réalisateur de l’album, Albin de la Simone, à ses côtés au piano. Avant même de commencer, il y va de messages assez clairs, expliquant que l’album est très très doux et totalement à l’opposé de son dernier album, Ton corps est déjà froid avec Les Beaux sans-cœur.

L’artiste a offert l’écoute intégrale et assistée de ce nouvel album à paraître le 18 octobre 2019 à tous ceux qui s’étaient déplacés pour l’occasion. Il prend aussi le temps d’expliquer la plupart de ses chansons avant de les interpréter, y allant de plusieurs anecdotes. Par exemple, il nous explique que la pièce La plus belle des maisons, qu’il avait déjà repris sur son album Paris Tristesse, était autrefois faite en version guitare et voix, et que c’est cela qui lui avait donné l’idée de cet album. Il a changé sa façon de faire et l’a enregistrée à nouveau sur cet album.

Le chanteur originaire d’Alma nous explique sa façon de fonctionner pour les nombreuses collaborations de cet album : il écrit des textes dans ses nuits d’insomnie, puis les envoie à ses amis musiciens, leur demandant de lui ajouter une musique d’ici les 24 prochaines heures. Cette méthode de faire a créé un moment plutôt cocasse : il envoie un de ses textes à Félix Dyotte, qui ne répond pas dans les délais prévus. Il l’envoie donc à un autre musicien, qui lui ajoute de la musique et qui donne la chanson Un cœur, paru sur l’album La science du cœur. Le hic, c’est que Dyotte finit par lui renvoyer une autre version, et Pierre Lapointe apprécie les deux. Il a donc décidé de mettre les deux versions chacune sur un album différent. « Quand on est un créateur, on a le droit », se défend-il.

Cet album est composé de plusieurs collaborations signées par plusieurs grands noms de la musique, autant du côté français que québécois. En effet, sur l’album apparaissent des noms comme Daniel Bélanger (Vivre ma peine), qu’il considère comme son doyen et grâce à qui il a beaucoup appris; Hubert Lenoir et son frère, Julien Chiasson (Pour déjouer l’ennui); Albin de la Simone (Monarque des Indes, Dis-moi je ne sais pas, Je connais le chemin); Amélie Mandeville (Amour Bohême); Clara Luciani (Qu’est-ce qu’on y peut?) (d’ailleurs, avant d’interpréter cette chanson seul, il dira que « c’est une chanson qui fait genre six octaves en cinq secondes, advienne que pourra! ») et Philippe B (Vendredi 13). Ce dernier est le premier artiste à offrir une composition complète (parole et musique) à Pierre Lapointe. L’artiste explique que de chanter un texte de Philippe B lui permet, d’une part, de lui rendre hommage et d’autre part de le remercier d’avoir été là toutes ces années.

Cet album offre des chansons courtes, des moments flottants et doux. Le musicien nous assure que ce que l’on entend sur scène ressemble beaucoup à ce que l’on entendra sur l’album. Il nous dit d’entrée de jeu qu’il est très fier de cet album, que c’est un album qui le répare, car il lui fait du bien par sa douceur. Il a enregistré cet album en août 2017, mais a attendu jusqu’à maintenant pour le lancer.

Il sera en tournée dès le mois de février 2020. Les billets pour les spectacles de Montréal et de Québec seront en ligne dès le vendredi 18 octobre. Pour vous procurer vos billets, rendez-vous sur Pierre Lapointe.

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...