La chronique littéraire : L’homme derrière les guitares Godin

Une histoire de succès passionnante made in Québec

© www.editions-homme.com/Julia Marois

Par : Johanne Mathieu

« Spontanément, […] il esquisse la forme d’une guitare. Tout d’abord, le contour de la tête, qui s’avère souvent le point de départ, puis le manche et la forme générale. Ce dessin est fait la plupart du temps à main levée, […] rien de compliqué. C’est le premier trait de l’artiste, l’inspiration à l’état pur »… Une guitare s’apprête à naître, fruit du génie de son créateur. Bienvenue dans l’univers deL’homme derrière les guitares Godin (Éditions de l’Homme).

Depuis des décennies, Robert Godin baigne dans l’univers de la guitare : il a enseigné la guitare, en a réparé et en a créé. Même s’il n’en portera aucune en bandoulière, il y aura toujours beaucoup de guitares autour de lui. Il y a longtemps que Robert Godin en fabrique. Il est d’ailleurs devenu le plus important fabricant en Amérique du Nord sans tambour ni trompette : un trésor caché du Québec inc. Il est l’homme derrière la conception et la création de la Norman, de la Multiac, de l’Acousticasteur, de la Seagull et de la 5th Avenue. Ses usines produisent chaque année près de 200 000 guitares, qui sont vendues dans une centaine de pays où elles prennent le devant sur les scènes du monde entier, entre les mains des plus grands musiciens : Roger Waters, Bruce Springsteen, Steve Stevens, Jeff Stinco, Patrick Norman et Michel Cusson. « Acheter une guitare, c’est acheter un son, mais aussi une image, un rêve », voilà la philosophie de Robert Godin. Et c’est dans cet univers que nous plongeons volontiers, grâce à Johanne Mercier qui nous fait découvrir toute la vie, la vision et la créativité d’un artisan dans l’âme.

La vie de l’homme et de l’artisan est fascinante. Le petit garçon de Villeray, qui grattait sa six-cordes à sept ans, a bâti son avenir et son empire à coup d’expériences, de créativité, de détermination et d’innovation. Johanne Mercier nous présente son parcours : de l’atelier de La Tosca, rue Saint-Hubert, où il a l’idée de génie d’utiliser sur une guitare des cordes de banjo à sa rencontre avec Normand Boucher à La Patrie et à la création de la Norman, en passant par sa conquête de Paris et de l’international, instruments sous le bras, à la transmission de sa science au Berklee College of Music de Boston. Il est aussi question des conseils de Robert Godin lors de l’achat d’une guitare et de ses suggestions pour un choix judicieux. À l’arrière-scène, l’auteure aborde aussi la vie de l’homme : son enfance et sa vie familiale, de même que les épreuves auxquelles il a dû faire face. Une histoire de succès incroyable et passionnante, puisque parmi les noms mythiques de Gibson, Fender et Martin, se retrouve aussi celui de Godin. Si je n’avais eu qu’à lire un seul livre cette année, mon choix aurait été assurément cette excellente biographie signée Johanne Mercier.

L’homme derrière les guitares Godin, de Johanne Mercier (2019), Éditions de l’Homme, Montréal, 192 pages.

Vous pourriez aussi aimer...