La chronique littéraire : La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette

Un été particulier

© stanke.ca

Par : Johanne Mathieu

Claude Champagne nous offre un tout nouveau roman paru aux Éditions Stanké : La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette. L’histoire d’une disparition, d’un été particulier, où il est également beaucoup question de nostalgie.

Juin 1978, une bande d’amis rêvent à l’été, mais un événement viendra chambouler le cours normal des choses. L’un des leurs, Mario Lessard, est porté disparu. La dernière fois qu’ils l’ont vu, c’était au Perrette. Que s’est-il passé? Son ombre planera sur eux durant toute la saison estivale. Quarante ans plus tard, Patrice Montambeault retrouve ses anciens copains et replonge dans les souvenirs de ces dernières semaines de l’école primaire.

© stanke.ca

Le thème de la disparition est le cœur de ce dernier livre de Claude Champagne. La principale préoccupation de Patrice et de ses amis est de savoir ce qui est arrivé à leur ami Mario, durant cet été de juin 1978. Ils joueront d’ailleurs aux justiciers et mèneront ainsi leur propre enquête, eux qui ont dressé une liste de suspects potentiels qui pourraient être responsables de cette disparition, ce qui leur fera vivre par la même occasion quelques mésaventures. « En mission, il faut savoir dealer avec les épreuves pis improviser »… En plus de ce thème central, on retrouve également celui de la nostalgie, qui occupe une grande place dans cette œuvre. Ces retrouvailles entre anciens copains feront remonter le temps, particulièrement pour le personnage de Patrice, à la belle époque des années 1970 dans l’est de Montréal, celle du « royaume de l’enfance ». L’époque des amourettes, des partys dans le sous-sol, du disco et de Kiss; l’époque de Bruce Lee, de Bob Morane, des virées en « bécyk », des Fun Dip et des cigarettes Popeye. Cet été déjà particulier marque aussi la fin du primaire avant l’entrée au secondaire. La période de l’enfance passe souvent en coup de vent, sans qu’on s’en rende compte. Après quarante ans, les liens de l’amitié sont-ils restés intacts?

L’auteur propose ici un superbe roman. Le roman d’une solidarité franche, d’une fraternité de tous les instants, mais aussi des souvenirs qui ne nous quittent jamais, même longtemps après l’enfance. Malgré le sujet sérieux en trame de fond, un sourire s’accroche instantanément à nos lèvres au fil des pages. Très touchant, très réussi.

La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette, de Claude Champagne (2020), Éditions Stanké, Montréal, 216 pages.

Vous pourriez aussi aimer...