SOJA

Poésie et hystérie en mouvanceDSC_4246

© Angéline Gosselin

Par : Ariane Coutu-Perrault

Hier soir, le groupe de reggae Soldier of Jah Army (SOJA) performait à guichets fermés au Club Soda pour la tournée de son nouvel album, Poetry in motion, sorti en octobre dernier. Le groupe originaire de Washington ne s’était pas produit au Québec depuis plusieurs années, et les fans l’attendaient avec impatience. Le spectacle qui devait se dérouler à l’Astral a été déplacé en raison de la demande. La pression du public a porté ses fruits, et il était prêt à faire sentir sa satisfaction auprès du groupe. La foule était déjà bien préparée par les membres de Clay and friends qui faisaient la première partie. Ils sont montés sur scène sous des applaudissements tonitruants à travers lesquels on pouvait reconnaître la chanson Fire in the sky tirée de leur dernier album. Les lourds cris d’enthousiasme se sont fait entendre de plus belle lorsqu’ils ont enchaîné avec  She still loves de leur célèbre album Strenght to Survive.

DSC_4344

Nombreux sur scène, les musiciens et amis de SOJA, savent bien doser le rythme autant dans leurs chansons que par leur présence sur scène. La section de cuivre qui n’est pas toujours présente met le feu au plancher en augmentant l’intensité des chansons, mais aussi en déplaçant tellement d’énergie sur scène qu’ils ne tiennent plus en place. Le chanteur, quant à lui, n’a besoin que de son charisme phénoménal et de son honnêteté sur scène. En cette Journée internationale de la femme, chacune d’être nous pouvait se laisser charmer tout particulièrement lors de la chanson You and me.

DSC_4282

Il est facile de voir la chimie développée depuis longtemps entre les musiciens très talentueux et énergiques de SOJA. L’interprétation de leurs chansons met de l’avant leur créativité musicale lors des nombreux jams et transitions proposées tout au long du spectacle. À travers les moments plus lents, le groupe revenait toujours en puissance pour faire sauter le plafond du Club Soda

 

Crédit photo : ©Angéline Gosselin

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...