#MatPlusUltra: MissHarvey

Une généreuse championne

©Martial Genest/MatTv.ca

Par : Martial Genest

Pour le troisième volet de la série Les Dames du Jeu, j’ai approché une sommité dans l’univers du jeu vidéo qui est nul autre que Stéphanie « Missharvey » Harvey, et comme toujours faisant grande preuve de générosité, elle a accepté tout de suite de faire l’entrevue. Voici donc le résultat de cet échange.

MG. Pourquoi avoir choisi Counter-Strike comme jeu de compétition professionnelle ?

SH. J’ai le goût de dire que je n’ai pas choisi Counter-Strike mais plutôt que Counter-Strike m’a choisi. J’ai toujours joué à des jeux vidéo mais ce n’est pas avant avoir connu Counter-Strike que j’ai vraiment tombé en amour avec la compétition. Je pense que ce que j’aime le plus de Counter-Strike c’est la profondeur, les stratégies, le travail d’équipe, la progression et le fait qu’on est constamment en train d’apprendre malgré le peu de mise à jour. C’est ce qui m’attire beaucoup plus que de juste jouer.

MG. Dans un monde où l’on prêche de plus en plus l’acceptation, comment expliquer que l’on entend et voit encore des commentaires qui semblent venir tout droit des années 50?

SH. Il m’est difficile de me prononcer là-dessus parce que je ne suis pas experte dans ce domaine, mais pour moi c’est souvent une question d’ignorance ou de peur du changement. On a dit la même chose du Rock and Roll; attendons les recherches qui démontrent le mal immonde que nous fait les jeux vidéo parce que pour l’instant il n’y en a pas.

MG. Tu as remporté 5 championnats du monde, donc aux détracteurs, la preuve que ce n’est pas un simple coup de chance. Que sont les sacrifices que tu as dû faire pour parvenir à ses succès?

SH. Il est difficile de décrire en mots tous les sacrifices que j’ai dû faire pour devenir championne du monde. C’est très comparable à ce qu’un sportif doit faire pour être au top de son sport. Durant les 16 dernières années, j’ai dû sacrifier famille, amis, temps-libre et même parfois ma santé pour me rendre au plus haut niveau. J’apprends de mieux en mieux à balancer ma vie, mais lorsqu’on compétitionne, il faut toujours faire des sacrifices.

MG.Plusieurs se moquent du esport disant que ce n’est pas un vrai sport, pourtant les demandes physiques et intellectuelles sont fortes. Quel est la meilleur entraînement/ préparation pour une compétition?

SH. Je pense que d’arriver au tournoi bien préparé est essentiel. Si l’on se sent préparé, on augmente notre confiance et même lors de moment de stress, notre mémoire musculaire va être au rendez-vous. De plus, lors du tournoi, il est important de bien manger, dormir, s’étirer, etc. Il y a toutes sortes de routines à suivre, mais souvent le plus important est de faire beaucoup de tournois pour trouver notre meilleure routine personnel pour bien performer.

MG.On a eu la chance de te voir en compétition au LanETS 2018, prévois-tu faire un retour à la compétition active?

SH. Depuis le lan en 2018, j’ai aussi été présente à celui de 2019, au WESG et DreamHack Valencia, donc je n’ai pas encore accrochée ma souris mais qui sait. Je ne suis pas prête à dire que je ne vais plus compétitionner mais je sais que je ne suis plus prête à faire autant de sacrifices qu’avant. On verra où le future m’amène.

MG. Lors du weekend dernier au FanExpo à Toronto, je t’ai vu demandé à un jeune que tu avais battu au 1V1, s’il était fâché, car il s’était levé très vite après le match et pour un autre tu lui as offert de t’envoyer son Twitch pour que tu puisses le regarder et lui offrir des suggestions pour s’améliorer. Après ta carrière de joueuse professionnelle, as-tu pensé à faire celle d’entraineuse?

SH. Oui, c’est une des possibilités. Mais je pense que présentement ce n’est pas la direction vers laquelle j’ai décidé de me diriger. Je garde encore le secret pour l’instant.

MG. Tu es associée à Bell, Omen by HP et depuis 2 ans, porte-parole pour le Dreamhack Montréal. Selon toi, est-ce que cette visibilité encourage d’autre femme à devenir joueuse?

SH. J’en suis maintenant certaine, non seulement parce qu’on me le dit souvent, mais aussi parce que moi-même j’ai été inspirée de d’autres femmes mit à l’avant dans ma carrière. C’est très important d’avoir des modèles qui nous représentent, surtout si on fait partie d’une minorité dans un domaine!

MG. Quoique les meilleures intentions du monde existent, il y a encore un bon bout de chemin à faire pour l’équité et le respect de tous, peu importe le sexe, l’orientation, l’ethnie ou la religion. Puisque chaque médaille a un envers, et que les abus existent encore, y a-t-il un groupe de support que tu pourrais suggérer aux joueurs/joueuses qui en sont victime et qui auraient besoins d’en parler?

SH. Je dirais que pour l’instant ce sont les mêmes groupes que pour les non gamers. Il n’y a pas vraiment de groupe pour gamer, mais on peut toujours regarder autour de www.intervenantgamer.com pour des pistes. Je dirais que le plus important pour une fille en jeu c’est vraiment d’avoir un entourage qui la soutient et de ne pas tolérer le manque de respect parmi ses proches.

MG. Y a-t-il un jeu que tu joues pour te divertir? Si oui, lequel et pourquoi?

SH. J’essaie de jouer à pas mal tous les jeux mais ces temps-ci je suis sur une lancée mobile. Je joue à Empires & Puzzles et à AFK Arena. Je n’ai plus autant le temps de jouer, ça me manque énormément.

MG. Les gens peuvent te suivre sur Twitch, et quel est la meilleure façon de te contacter s’ils veulent avoir de l’aide pour améliorer leur CS:GO?

SH. Je ne donne pas de cours privés, mais lors de mes LIVE sur Twitch il est possible de me poser des questions en direct et je vais y répondre. Aussi, j’ai un server Discord avec ma communauté donc il est possible de me poser des questions là!

MG. As-tu une boutique en ligne?

SH. Malheureusement non mais c’est quelque chose que je vais développer dans un futur proche.

MG. Connais-tu le mouvement Extra Life? Si oui, est-ce que tu y participes?

SH. Oui je participe à Extra Life depuis maintenant 6 ans je crois. Je suis très impliquée avec plusieurs oeuvres de charité et Opération Enfant Soleil en fait partie. Je trouve important de redonner à la communauté en m’impliquant et en utilisant ma visibilité pour changer les choses.

©Martial Genest/MatTv.ca (LAnETS 2018)

Stéphanie a aussi remporté la troisième saison de Canada’s Smartest Person sur CBC et a fait un don de 20 000$ à Opération Enfant Soleil, ses actions sont bien celles d’une parfaite ambassadrice pour le monde des gamers.

Pour les personnes qui désirent rencontrer MissHarvey, elle sera présente au Stade Olympique pour la tenue du Dreamhack Montréal du 6 au 8 septembre, venez lui dire un petit bonjour. Pour les gens voulant plus d’informations sur le mouvement Extra Life, ils seront aussi sur place lors de cette grande fête du jeu vidéo.

Vous pourriez aussi aimer...