La chronique littéraire : Extramoyen

Entre richesse et pauvreté

EM

© www.leslibraires.ca

Par : Johanne Mathieu

Extramoyen… Vous avez eu la chance (ou pas) de voir cette pièce de théâtre, présentée à l’Espace libre en avril 2017, mettant en vedette entre autres Marie-Thérèse Fortin, Jacques L’Heureux et Alexis Martin? Fruit d’une collaboration entre ce dernier et Pierre Lefebvre, la Collection Hamac, chez Septentrion, en a fait paraître le texte intégral en août dernier.

À une époque où la notion de classe sociale semble avoir disparu, pourquoi continue-t-on de parler de la classe moyenne? Voilà le sujet exploité dans ce texte de théâtre. Documentaire, pamphlet, oscillant entre le poétique et le philosophique, Extramoyen est tout ça à la fois. La pièce explore les conditions économiques, politiques et existentielles de ceux et de celles que l’on ne peut classer ni chez les riches, ni chez les pauvres. Où se situent-ils alors?

martinalexis-crc3a9dit-julie-perreault-crop-23-1-700x560 (1)

© Julie Perreault/ville.montreal.qc.ca

Dès le début, la question est posée : « Qu’est-ce que la classe moyenne selon vous? » Quelque part entre richesse et pauvreté, les représentants de cette classe sont coincés entre les deux extrêmes. Représentent-ils le juste milieu des choses ou sont-ils seulement… moyens? Croyant posséder une certaine puissance, détenant un pouvoir d’achat et possédant voiture et propriétés immobilières, ils ne maîtrisent pourtant pas les conditions économiques dont ils dépendent. Les auteurs nous font ici revisiter tout un pan de notre histoire, des années 50 jusqu’à nos jours. On en apprend ainsi plus sur l’émergence et l’évolution de cette classe intermédiaire d’hier et d’aujourd’hui. Et les thèmes abordés dans cette pièce sont on ne peut plus actuels, parlant de consommation, d’endettement, de performance ou de désengagement de l’État dans les services publics.

Si le début de la pièce est fort, percutant et prometteur, à force de multiplier les mises en contexte, le texte finit par s’éparpiller quelque peu. Certaines scènes sont plus pertinentes que d’autres. Les auteurs auraient gagné à resserrer la pièce pour qu’elle ait encore plus d’impact, mais celle-ci demeure tout de même lucide et conserve son côté éclairant. Une occasion de connaître ou de renouer avec cette œuvre d’Alexis Martin et de Pierre Lefebvre, et de plonger dans un sujet qui en touche et en intéresse plusieurs.

Extramoyen, d’Alexis Martin et de Pierre Lefebvre (2018), Collection Hamac, Éditions Septentrion, Québec, 122 pages.

Texte révisé par:

Vous pourriez aussi aimer...