Gala de l’ADISQ 2013

L’année de Louis-Jean Cormier

IMG_2452

Par Maxime D.-Pomerleau

Le 35e Gala de l’ADISQ avait lieu à la Place-des-arts ce dimanche et c’est en grande pompe que l’industrie et le public étaient conviés à cette grande fête de la musique. Si le tapis rouge sert à nous mettre en appétit pour la suite, le plat principal reste les prestations musicales. La cérémonie nous a offert plusieurs beaux moments mais au final peu de surprises.

Fidèle à son habitude, l’éblouissant Louis-José Houde a enchanté le public avec ses fines observations sur la scène musicale et ses moments improvisés (moonwalk!) qui le rendent inoubliable. Que ce soit pour parler du statut de métier de rêve des chanteurs, des rallonges et des implants mammaires des chanteuses en passant par l’époque disco et le souvenir de son premier album acheté, il est simplement parfait à l’animation de ce Gala.

Les moments forts restent sans contredit les prestations offertes par les différents artistes en nomination, à commencer par le medley d’ouverture de Daniel Bélanger, Karim Ouellet, Les Sœurs Boulay, Louis-Jean Cormier et Pierre Lapointe. Plusieurs duos nous ont franchement étonnés, à commencer par Roch Voisine accompagnée de Cœur de pirate pour Hélène. Une formule qui a rafraîchit le classique tout en laissant intact notre souvenir. Boogat et Marie-Mai ont offert une prestation de feu (c’est le cas de le dire!) avec leur styles différents mais complémentaires pour une telle performance.

Louis-José Houde le disait, « tout le monde aime le Festival de Jazz de Montréal mais on ne sait pas pourquoi », eh bien c’est pour des performances époustouflantes comme nous a offert la légende Oliver Jones, accompagné de Matt Herskowitz, Daniel Thouin, Alex McMahon et Luc Beauséjour. Un piano battle comme on en a rarement vu! La performance de l’année va sans contredit aux Trois Accords avec leur Retour à l’institut hu hu, avec le Royal 22e Régiment et des adeptes de tai-chi. Je n’aurais pas voulu être la régisseure de plateau durant ce numéro!

MOL_0602

On est tenté de qualifier 2013 comme « l’année de Louis-Jean Cormier », l’artiste ayant remporté trois Félix artistique dimanche pour Album de l’année – Rock, Auteur-compositeur de l’année et Spectacle de l’année pour son premier album solo Le Treizième Étage. Une nouvelle statuette faisait son entrée cette année : le Félix Honorifique, remis à Guy Latraverse, grand rêveur qui a transformé le show-business du Québec et qui a pratiquement créé le métier d’impresario. L’interprétation enlevante de Robert Charlebois de la pièce Ordinaire soutenait ce magnifique segment, touchant et impressionnant.

Artiste respectée autant par le public que l’industrie, Marie-Mai a mis la main sur deux prix dimanche, soient Interprète féminine de l’année et Album de l’année – Pop pour Miroir. Chapeau à Mélanie Boulay, récipiendaire avec sa sœur Stéphanie du Félix Révélation de l’année, pour son discours s’adressant aux radios commerciales, les invitant à varier leur programmation et faire confiance aux auditeurs. Marc Dupré (sacré Interprète masculin de l’année) en allant chercher le convoité prix Chanson populaire de l’année, a appuyé le propos en disant qu’ « on pourrait se partager un peu plus les ondes tout le monde ». Rappelons que Pierre Lapointe avait lancé un senti « Réveillez-vous merde! » aux radios commerciales au Gala de 2005, et il a sans doute pavé la voie pour de nombreux artistes indépendants qui se sont fait connaître par la suite.

Je ne reprendrai pas ici l’intégral de l’article de Marc Cassivi à ce propos mais reste que le Gala de l’ADISQ présente année après année le même clivage entre l’industrie et le grand public, représenté plus souvent qu’autrement par les radios commerciales.

IMG_2402

En effet, on retrouve dans les catégories Groupe de l’année (remporté pour une 5e fois par Mes Aïeux) et Chanson populaire de l’année une redondance avec les éditions précédentes, malgré le fait que de plus en plus de groupes chantant en français naissent et se font connaître des Québécois chaque année. Le rôle des radios y est certainement pour quelque chose, de même que les producteurs de spectacles et des événements comme l’ADISQ. Une refonte du Gala ou des critères de sélection est à revoir, histoire que les prix distribués soient vraiment au diapason de l’industrie musicale québécoise.

Soulignons toutefois une belle place pour la relève avec les capsules télé sur les artistes nommés dans la catégorie Révélation de l’année ainsi qu’un excellent retour des Denis Drolet sur L’Autre-Gala de l’ADISQ qui avait lieu le 22 octobre.

Pour la liste complète des lauréats, cliquez ici.

Crédit Photo: Marc-Olivier LebrunHuriel Salaun et Caroline Filiatrault de MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...