doctor-strange

Doctor Strange débarque au cinéma

Un vent de fraîcheur dans la saga Marvel

strange©DigitalTrends

Par: Anny Lemire

Les fanatiques de la franchise Marvel attendaient depuis un bon moment déjà la sortie de Doctor Strange, le 14e opus cinématographique inspiré des bandes-dessinées. Conçu par Steve Ditko, ce personnage a fait ses premières apparitions dans l’univers Marvel Comics en 1963. Cette fois, c’est Scott Derrickson qui le fait revivre, aujourd’hui campé par Benedict Cumberbatch.

Le docteur Stephen Strange est un neurochirurgien arrogant et égoïste, mais excessivement brillant et talentueux. Un soir, il est victime d’un accident de voiture où ses mains seront violemment fracassées. Il subira plusieurs opérations pour en retrouver l’usage, mais rien ne semble fonctionner adéquatement. Après un temps, il devient très aigri et ses collègues le délaissent peu à peu. Découragé, il dépense ses dernières économies pour se rendre  à Kamar-Taj afin de bénéficier des enseignements de l’Ancien qui, parait-il, pourrait le guérir. Il se retrouve rapidement et, malgré lui, mêlé à une guerre entre le bien et le mal. Un combat sans merci contre Kaecilius, un sorcier puissant qui s’alliera avec un être extra-dimensionnelle issue de la magie noire, Dormammu.

tilda©ScreenRant

Évidemment, comme plusieurs autres films de la franchise, il existe de multiples différences entre l’adaptation au cinéma et la trame narrative des bandes-dessinées, mais rien de très gênant. Comme Strange combat des forces magiques et invisibles (à l’instar de ses compatriotes qui mènent des guerres physiques), les scènes de batailles sont rafraîchissantes, débordantes d’action spectaculaire et d’effets spéciaux hallucinants à la Inception. De plus, le casting béton permet de mordre à pleines dents dans le film, sans voir le temps filer!

Cumberbatch se débrouille à merveille dans le rôle clé et se l’approprie efficacement en décochant des répliques sarcastiques et humoristiques qui tiennent la route, quelques procédés comiques ne sont intégrés que dans le but de faire rire (notamment le gag concernant Beyoncé et celui du réseau sans fil), mais le public réagit de manière positive et  semble définitivement conquis. N’étant pas une grande admiratrice de Tilda Swinton, j’avais des craintes vis-à-vis son rôle, mais je suis ressortie du cinéma deux heures plus tard avec une toute nouvelle admiration pour cette femme. Forte, mystérieuse et avec un charisme incroyable, elle était la candidate parfaite pour ce rôle puissant, et que dire de Mads Mikkelsen (et de son maquillage sublime!!!) qui semble être né pour interpréter un méchant!

Le film prendra l’affiche le 4 novembre dans les salles de cinémas à travers le Québec. Assurez-vous de ne pas manquer le célèbre générique de fin puisque, comme dans tous les autres Marvel, des scènes supplémentaires seront révélées durant celui-ci.

Texte révisé par : Matthy Laroche

Vous pourriez aussi aimer...