Chronique littéraire : Ça peut pas être pire

Prolongez un peu vos vacances avec ce roman de sytle chick lit

IMG_1857
©Livresquementboulimique.com

Par : Anny Lemire

Les vacances sont terminées, mais ce n’est pas une raison de ne plus en profiter. Cette semaine, je vous présente le roman idéal pour vous replonger dans l’esprit des vacances. Débouchez une bonne bouteille de rosé, attrapez le p’tit nouveau de Nathalie Roy et relaxez!

C’est une amie qui m’a présenté la première série de Nathalie Roy, et je suis vite tombée sous le charme de cet auteure québécoise en attaquant les quatre tomes de La vie épicée de Charlotte Lavigne. C’est donc avec avidité que j’ai embarqué dans sa deuxième série : La vie sucrée de Juliette Gagnon. J’ai retrouvé une partie de ce que je ressentais vis-à-vis de Charlotte, mais Juliette m’a laissée avec un petit goût amer; elle ne m’a pas autant charmée. Par contre, quand Ça peut pas être pire s’est retrouvé sur les tablettes, je n’ai pas hésité une seconde, j’ai entamé la lecture et je me suis immédiatement retrouvée au cœur d’une lecture d’été bien rafraîchissante.

La vie semble être complètement contre Valéry Aubé en ce début de période estivale et avec la canicule qui s’annonce. En plus de perdre son emploi, la ventilation de son appartement lui fait faux bond et son frigo brise, tout ça dans la même journée. Au lieu de s’apitoyer sur son triste sort (bon elle va quand même s’apitoyer un peu là, elle est quand même humaine!), la jolie rouquine décide de partir sur un coup de tête et de se louer un chalet en Estrie. En route pour l’été la moins reposante de sa vie, elle va vivre des aventures (et des mésaventures) des plus grotesques qui lui feront rencontrer de nouvelles personnes et la feront passer à travers une gamme complète d’émotions (et plusieurs bouteilles de vino!).

IMG_2698
©Blog de Nathalie Roy : CharlotteLavigne.com

Bien que Valéry semble déjà plus solide que Juliette Gagnon (et beaucoup plus mature!), elle a quand même des comportements assez excessifs. Elle possède toutefois des traits de caractère assez exceptionnels. C’est une femme forte, travaillante, fonceuse, mais surtout, elle n’a absolument pas peur de l’inconnu. Ses qualités font d’elle une bonne héroïne pour un roman de ce genre. La ligne conductrice du récit est également très rafraîchissante et inspirante tout en conservant les bons éléments clés du chick lit. Les nombreux malheurs qui suivent constamment Valéry permettent aux lecteurs de créer un lien d’empathie avec le personnage. Toutefois, on se demande si madame malheur a pris la jeune femme en grippe. Elle ne semble pas lui laisser une seule seconde de répit. Il semble quasiment impossible qu’autant de péripéties arrivent en même temps à la même personne.

Inspirante nature, chalet, rosé et vacances bien méritées, ce roman est parfait pour prolonger un peu vos vacances avant de refaire face au vrai monde. C’est un roman qui réussira à vous redonner le sourire à coup sûr et qui vous fera déjà rêver à vos prochaine vacances… peut-être opterez vous pour l’Estrie?!

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...