Chronique culturelle

L’ascension des webséries

bénévole

Contrairement à ce que l’on pense, je ne suis pas né avec Internet entre les mains.

J’ai certainement grandi et évolué avec! Avec le temps, j’ai compri que je ne pouvais pas survivre sans cet outil, ce divertissement, ce dictionnaire, ce moyen de communication, etc. Je suis passé comme plusieurs de ICQ à Facebook en passant par Msn, de caramail à gmail en passant par hotmail. Je ne parlerai pas des sites pornos, mais là aussi il y a eu une évolution. Et maintenant, je commence à passer de la télévision conventionnelle à la télé sur le web. Comme quoi, on change, on évolue ! Je me suis d’abord passionné de cinéma et de télé, mais je ne peux me passer de la télé sur le web, ce que les Français nomment la « catch Tv ». Ce qui m’amène à mon sujet principal les séries destinées au web!

Mine de rien, les séries web se sont succédé au cours des dernières années. Aujourd’hui, nos rendez-vous quotidiens se sont donné des airs de nouveauté. Les créateurs doivent être novateurs, interactifs et surtout charmer le public! Bien sûr, on doit la popularité de ces séries par la venue des téléphones intelligents qui nous permettent de les visionner n’importe où, n’importe quand. L’engouement ne fait que croître. Nos séries web québécoises ne sont plus présentées dans l’ombre d’une émission de télévision. La preuve, c’est que les Québécois ont été autant présents pour regarder «11 règles» et «Temps Mort» que «Unité 9» et «19-02» sur le web.

http://www.youtube.com/watch?v=2bDoXDwjDJ8

Mais on doit aussi le succès des séries web à l’attitude des web-diffuseurs.

Depuis quelques années, plus personne ne snobe les webtélés comme étant une catégorie à part. Même que plusieurs comédiens connus du petit écran s’y sont risqués. On n’éprouve plus du dégoût pour ce genre d’art.

Que doit-on souhaiter aux nouvelles créations? De longue période de diffusion, de beaux projets financés et surtout un public au rendez-vous! À la télé, on pourrait aussi se défaire de notre légendaire peur de la controverse et parler davantage des produits disponibles sur le web. On n’a pas besoin de taper sur la ministre de la Culture, les artisans ont surtout besoin de visibilité afin d’obtenir un public. Une entrevue ici et là ne peut qu’aider la cause! Malgré le farwest, les artisans peuvent dans leur création aussi bien rire de nos fausses certitudes et de nos travers. Se rappeler de nos bons coups, mais aussi de nos mauvais. Les productions se raffinent de plus en plus et auront les reins assez solides pour que l’on puisse s’offrir des webtélés pleines d’audace, de spontanéité, d’intelligence et d’insolence. En cinéma et en télévision, on a souvent peur de choquer… Sur le web, brisons le mur du silence, car tout est possible!

Dans ce sens, je tenais à mentionner mes webséries coup de cœur qui n’ont pas peur de dire les vraies choses. Prenons par exemple la série «Fiston» diffusée exclusivement sur MSN. Café ou bière en mains, Jonathan Roberge nous transmet ses précieux conseils pour fiston

Et contrairement au mythe qui dit que la télé est pour les femmes et que le web pour les hommes, je vous présente un nouveau-né dans la famille des webséries. Il s’agit de « Miss Bénévole ». Dorice Simon nous livre ses expériences en tant que bénévole. Une série qui promet!

Bon visionnement !

Dans les commentaires, vous pouvez me faire découvrir vos webséries préférées! Dites-moi pourquoi?

Au plaisir, Stevy Turmel

#websérie

Vous pourriez aussi aimer...