Cathleen Rouleau casse du stock

 Une audace payante… mais trop peu présente

cathleen3

©Myriam Frenette/ZOOFEST

Par : Marie-Claude Lessard

Les festivaliers qui assistent à plusieurs spectacles du Zoofest le savent : ils agissent en tant que cobayes prêts à excuser bien des jokes plates pour trois/quatre bijoux. Parce que découvrir ne rime pas à coup sûr avec réussir, le public se doit d’être indulgent et patient face à l’humoriste de la relève persévérant et brave qui se tient devant lui. C’est exactement cette situation qui s’est produite au Cabaret du 4e le 14 juillet alors que Cathleen Rouleau, comme son titre de spectacle l’indique clairement , a Casser du stock pendant une heure.

Comme il faut s’y attendre avec ce genre d’exercice, le nouveau matériel qu’a testé Cathleen Rouleau s’est avéré inégal et boiteux, surtout lors de la première demi-heure. D’entrée de jeu pétillante avec sa coiffure frivole et ses bas collants rouges, l’humoriste, comédienne et auteure jeunesse a en effet démarré (trop) en douceur avec des blagues polies et inoffensives qui ont grandement besoin d’être retravaillées (ou carrément supprimées). Surfant sur des jokes une ligne un punch pendant un bon dix minutes, elle a manqué d’originalité, se contentant de servir des jeux de mots un peu désuets et prévisibles. Par contre, certains du lot sont parvenus à réveiller un public éteint qui avait du mal à répondre aux questions qui lui était adressées.

cathleen4

©Myriam Frenette/Zoofest

Lorsqu’elle a commencé à échanger avec le public, l’ambiance est devenue plus détendue. L’humoriste s’est alors permis des blagues crues qui ont agréablement détonné avec les autres présentées plus tôt. Son mordant numéro sur la religion ne manquait pas de déstabiliser pour les bonnes raisons. Lorsqu’elle sort des sentiers battus, Rouleau nage comme un poisson dans l’eau et se transforme en une artiste rafraîchissante, déjantée et audacieuse.

L’artiste a profité de ce spectacle pour offrir un petit cadeau aux spectateurs : un extrait exclusif du démo pour l’émission humoristique True Lov. Cette série de sketchs muets qui plonge dans le quotidien d’un couple (interprété par Rouleau et Anthony Kavanagh) ressemble beaucoup à LOL, mais s’avère tout aussi  divertissante, sinon plus. Après la projection de True Lov, Cathleen est réapparue sur scène sous les traits de Stewart Cantin-Beauséjour, un adolescent geek à la voix extrêmement aigüe qui récite son oral sur la ouananiche. Même si les personnages n’ont plus vraiment la cote en humour de nos jours, Cathleen, sans réinventer la roue, a composé un protagoniste attachant et drôle avec lequel elle peut se permettre un niveau de jeu absurde à la fois léger et osé.

cathleen2

©Gilbert Fortier

Casser du stock est loin d’être parfait, et ce n’est nullement son intention. Une fois quelques ajustements faits, Cathleen Rouleau pourra lire avec satisfaction dans les journaux qu’elle a tout déchiré sur scène… et pas parce qu’elle a accouché en direct!

Une dernière représentation au Zoofesthttps://zoofest.com/Show/Details/66) est prévue le 20 juillet à 19 h 30.

Texte révisé par : Louise Bonneau

Vous pourriez aussi aimer...