Yann Perreau et Le fantastique des astres

Danser parmi les astres les deux pieds sur la terre

DSC_8201

Crédit photo : ©Mathieu Parenteau Vallée/MatTv.ca

Par : Mélissa Thibodeau

Yann Perreau connaît un printemps des plus fertile. Après l’arrivée de son 2e enfant en mars, il nous présente un tout autre genre de progéniture, tout en musique cette fois-ci avec Le fantastique des astres, son 5e album studio, trois ans après À genoux dans le désir.  Réalisé par le mystérieux Tante Blanche, cet opus rassemble les différentes caractéristiques que l’on connaît et apprécie chez Yann Perreau : l’engagé, le voyageur, le charmeur, le gars qui aime le bon temps, l’optimiste malgré tout. Il nous l’offrait tout d’abord en lancement-spectacle mardi soir, à l’Usine C.

Un bourdonnement se faisait sentir dans la salle depuis quelques minutes, au-delà des jasettes bien animées du public. La musique ne tardera sûrement à se faire vivre. Puis coup d’éclat, le sympathique dandy Jean-Paul Daoust vêtu d’un chic complet rayé et le visage orné de verres fumés se présente sur scène pour faire une ode au Perreau lunaire, celui qui rêve de jouer sur la lune. Les chansons de ce dernier seraient d’ailleurs des hits sur la lune, selon Daoust…

Mais en attendant son « odyssée de l’espace », Yann Perreau se contentera de nous faire vivre son trip cosmique, nous, simples terriens. Les musiciens ont pris place sur la scène, l’artiste de l’heure se joint à eux accompagné de l’auteure-compositrice-interprète Laurence Nerbonne. L’auditoire est catapulté en mode festivité avec Barcelone… un hymne aux célébrations nocturnes (dans une ville qui a l’air comme pas pire pour faire des célébrations nocturnes). Avec son rythme électro rock effréné et ses hooks harmoniques à la Supremes, le ton était donné pour le reste de la soirée. C’est comme ça, c’est la vie.

DSC_8261

Vient ensuite Mon amour est un loup, où je retrouve la poésie qui m’a tout d’abord fait connaître Perreau. L’amour fou, passionné, qui fait perdre la tête. Un sentiment qui peut être exaltant qu’il chante également dans T’embellis ma vie, une pièce dédiée à sa blonde composée à l’occasion de la naissance de son fils.

Vous me pardonnerez cet aparté plus personnel, mais À l’amour et à la mer est tout particulièrement venue me chercher. Une chanson composée pour sa mère, m’a rappelé que le 12 avril, jour du lancement-spectacle, était également la date d’anniversaire de ma grand-mère, qui aurait eu 83 ans. Dans ces paroles, je l’ai retrouvée ainsi que l’océan auprès duquel j’ai grandi. Loin d’être triste, j’étais plutôt dans une belle nostalgie.

Avant de succomber au trop sentimental, changement de ton, on revient au dansant avec Faut pas se fier aux apparences. Rendue là, ma voisine de devant ne s’en pouvait plus… elle dansait debout sur son siège. On chante maintenant les mérites d’aller au-delà des apparences avec la sublime Inès Talbi ainsi que le percutant Pierre Kwenders, en version écran, ce dernier étant présentement au Printemps de Bourges, en France.

DSC_8886

La foule était bien heureuse de bouger au son de J’aime les oiseaux, ce cri du coeur d’un éternel optimiste malgré les désagréments quotidiens ainsi qu’au grivois Momonna pour ensuite se terminer avec Baby Boom, encore une invitation pour partir sur la go et viva la vida loca!

M. Perreau était clairement en forme et grisé des bonnes vibes qui régnaient dans l’Usine C. Ce dernier est clairement chez lui sur la scène. Fidèle à lui-même, sans inhibition, il prend possession de la scène et de son public dans une mise en scène fluide. Cet éternel « kid » a la folie contagieuse, et nous ne pouvons qu’embarquer dans son bateau. Yann Perreau s’est entouré de solides musiciens pour ce lancement-spectacle  ainsi que l’éventuelle tournée : Gabriel Gratton (aux claviers), Jean-Alexandre Beaudoin (à la guitare), Maxime Bellavance (à la batterie) ainsi que François Plante (à la basse et à la direction musicale). Ça promet…

Pour ceux qui n’ont pas pu être au lancement, vous aurez la chance de le voir en spectacle le 17 juin au Club Soda dans le cadre des Francofolies de Montréal. En attendant, vous pouvez vous procurer Le fantastique des astres qui sera en vente dès demain, le vendredi 15 avril. www.yannperreau.com

 

Crédit photo : ©Mathieu Parenteau Vallée/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...