Visionnement : T2 Trainspotting

La suite vingt ans après

t2-588a4ba4ea937-588aeff9c3b05

©Sony/Tristar

Par : Martial Genest

Vendredi 24 mars, l’attente est terminée. Voici enfin 20 ans plus tard la suite de Trainspotting. Dans ce monde du cinéma, depuis les dernières années, il y a de plus en plus de tentatives de recréer, de redémarrer ou même de réinventer des films ayant déjà eu du succès. Il est rafraîchissant de voir que certains directeurs et acteurs sont prêts à reprendre là où ils avaient laissé et faire une suite, peu importe le temps s’étant écoulé depuis.

Nous retrouvons le quatuor d’amis et comme il y a vingt ans, les histoires rocambolesques se poursuivent les unes après les autres. Le duo de Renton (Ewan McGregor) et Simon « Sick Boy » (Jonny Lee Miller) tentera par des moyens légaux d’obtenir des fonds pour convertir un vieux pub en bordel. Spud (Ewen Bremmer), ayant travaillé en construction, sera en charge des travaux, et Begbie (Robert Carlyle) n’a tout simplement pas pardonné à Renton de les avoir détroussés des 16 000 £ et tentera par tous les moyens de se venger.

Le directeur Danny Boyle a réussi un coup de maître en réunissant les comédiens originaux, malgré le temps qui sépare les deux productions et que certains d’entre eux travaillaient maintenant dans des séries télévisées américaines. Jonny Lee Miller dans Elementary et Robert Carlyle dans Once Upon a Time, tous deux ont retrouvé leur accent écossais, et tous les acteurs ont revêti leur rôle comme une vieille paire de pantoufles confortables. Les interactions entre eux semblent tout à fait naturelles, et il y a cette chimie qui ne semble pas avoir disparu malgré le temps.

Ce film ne sera jamais aussi iconique que le premier. Il faut se rendre à l’évidence que Trainspotting avait une touche bien particulière et un budget restreint; pour le second tout est différent. Danny Boyle a gagné en expérience, et les fonds pour cette suite étaient beaucoup plus élevés que pour le précédent. Cela étant dit, ce film demeure une suite respectueuse du premier, ce qui manque énormément présentement.

Note : 3,5/5

Texte révisé par : Annie Simard

 

Vous pourriez aussi aimer...