Un premier Juste pour Rire pour David Goudreault

L’homme qui n’a pas peur des mots

© Myriam Frenette

Par Marie Eve Archambault

Juste pour Rire poursuit sa quête de vouloir renouveler et diversifier ses offres de spectacle présentées en salle et à l’extérieur. De nos jours, on ne se concentre plus seulement sur le stand-up comique, où les blagues sortent au quart de tour. Au contraire. À travers les années, la chanson humoristique a pris une plus grande ampleur. Puis cette année, on a pu compter sur la présence de Rita Baga avec son art de la drag-queen. Mais celui qui a créé la plus grande surprise, à mon avis, dans la programmation de cette 39e édition, fut sans aucun doute la présence du romancier, poète et travailleur social, David Goudreault.

Si l’humour se mélange bien à la chanson, il peut tout aussi bien être intégré à la poésie, le grand frère de la chanson québécoise. David Goudreault se mandate à démocratiser la poésie en relatant son parcours à travers des monologues, de l’humour et bien sûr un saut dans son univers littéraire qui peut décoiffer certains spectateurs. Si certains sont réfractaires par la vitesse des slams, sachez qu’il vous laisse respirer par l’entremise de quelques péripéties qui vous feront certainement rire: « Ce soir, si vous ne riez pas, c’est de la poésie. Si vous riez, c’est ma section humour. », a-t-il lancé le sourire aux lèvres.

Le spectacle commence avec la lecture de sa première histoire macabre écrite à l’âge de 8 ans comportant plusieurs personnages ludiques. Puis, à l’adolescence, il sombre du côté obscur où ses fréquentations sont peu recommandables. Toutefois, l’écriture l’anime tout autant. Il lui aura suffit d’une seule personne pour croire en lui et l’encourager pour prendre le chemin lumineux qui le mènera, plusieurs années plus tard, vers le succès qu’il connaît aujourd’hui. Merci Francine Poitras! Sans elle, nous ne connaîtrions sûrement pas l’homme qui jongle si bien avec les mots: celui qui nous touche, qui nous fait réfléchir et qui nous fait rire.

Sur une belle lancée

Vous n’arrêterez pas d’entendre son nom partout puisque David Goudreault ne chôme pas! Celui qui célèbre le 10e anniversaire de sa victoire à la Coupe de monde de slam et de poésie ne manque pas de projets. Sur son site Internet, on constate qu’il s’arrêtera dans plus d’une trentaine de villes en 2022 pour son spectacle. Il raconte aussi qu’il s’alimente par les conférences qu’il donne dans les école, les collèges et même les prisons. Il espère devenir la Francine Poitras de quelqu’un.

On espère aussi qu’il continuera ses présences remarquée à l’émission Bonsoir Bonsoir! On se rappelle que l’invité a livré un message poignant aux garçons pour leur parler de violence, avec ses mots qui foudroient le cœur.

Vous entendrez aussi son nom sur des projets tirés de ses romans. L’an dernier lors de son passage à l’émission Sucré Salé, l’auteur a révélé qu’il y avait une série télévisée en développement inspiré de sa trilogie de La Bête. Nous espérons de tout coeur que son oeuvre soit transposée au petit écran. Toutefois, pour le moment, La bête à sa mère, premier tome d’une trilogie, se traduit au théâtre dans une adaptation d’Isabelle Hubert, un mise en scène d’Hugues Frenette et une interprétation de David Bouchard.

Pour ne rien manquer sur David Goudreault rendez-vous sur sa page Facebook ou sur son site Internet.

Vous pourriez aussi aimer...