Tori Kelly se déchaîne au Métropolis

Un premier concert à Montréal fort attenduToriKelly_Metropolis-3

©Andrée-Anne Guy/MatTv.ca

Par : Marie-Claude Lessard

À travers les frasques pathétiques de Miley Cyrus et Nicki Minaj, Tori Kelly a volé la vedette l’été dernier aux Vidéo Music Awards grâce à ses prouesses vocales épatantes sur Should’ve Been Us. L’attrait du public ne s’est pas démenti près de dix mois plus tard. Lors de son premier passage hier au Métropolis, la chanteuse californienne de 23 ans a séduit une immense foule conquise d’avance venue applaudir les titres se retrouvant sur ses EP Handmade Songs By Tori Kelly et Foreword ainsi que sur son premier album, Unbreakabke Smile.

La soirée a démarré en harmonie et en sensualité avec le trio new-yorkais Thirdstory. Cette formation 100 % masculine a plongé l’audience dans une atmosphère planante où régnaient des envolées a capella superbement synchronisées. Les spectateurs, enchantés dès la reprise du succès Style de Taylor Swift, réclamaient encore et encore les voix puissantes de Elliott Skinner, Richard Saunders et Ben Lusher qui rappelaient les univers d’Ed Sheeran et de One Republic.

À précisément 21 heures 2 minutes, Tori Kelly a finalement fait son entrée sur scène, causant l’hystérie auprès des nombreuses jeunes filles présentes. Guitare électrique à la main, elle a amorcé sans musique Where I Belong. À chaque note haute, le public exprimait intensément sa satisfaction. Le band a débuté son travail  que sur le deuxième titre du spectacle, Unbreakable Smile, dans lequel la belle blonde s’adonne au rap avec une aisance désarmante. Enchaînant avec l’énergique Expensive, l’interprète a complètement hypnotisé l’auditoire qui avait, depuis le début du concert, mains et cellulaires bien haut dans les airs. Après un bref « How are you feeling tonight, Montreal?! », l’ensoleillée Anyway, qui parle de l’importance de rester soi-même avec autrui, s’est fait entendre.

ToriKelly_Metropolis-7

Vint par la suite son premier single, Nobody Love, au grand plaisir des fans qui ne se sont pas fait prier pour crier à tue-tête le refrain. La chanteuse a eu droit à une ovation après cette performance. Après avoir adressé quelques mots illustrant sa joie d’enfin se produire à Montréal devant ce qui pourrait être son auditoire le plus bruyant de cette présente tournée, elle a proposé les touchantes ballades Falling Slow, First Heartbreak et Daydream, qu’elle a écrite en pensant aux insécurités qui la définissaient lors de son enfance.

Déferlant à un rythme rapide et dynamique, les pièces, traitant d’amour, de rupture et de la gloire éphémère, donnaient tout l’espace nécessaire à Tori Kelly pour faire étalage de son impressionnant registre vocal. De la pop à du reggae en passant par du hip-hop, il y en avait pour tous les goûts. Certains ont peut-être été rebutés par le peu d’intervention de la musicienne, mais cela ne dissimulait aucunement une timidité, bien au contraire. L’artiste a affiché une totale assurance en ses moyens, démontrant par le fait même qu’elle possède amplement sa place dans le milieu et qu’elle peut meubler une scène sans artifice, juste avec sa voix et sa fidèle amie, la guitare.

ToriKelly_Metropolis-5

Après la pièce Paper Hearts, que le public a chantée à l’unisson tout au long, Kelly a poursuivi avec une magnifique version douce de Beautiful Things. Ensuite, seule sur scène, elle a promis de revenir plus souvent dans la métropole avant de présenter un medley tout en guitare du hit Suit and Tie de Justin Timberlake, Pretty Young Thing (P.Y.T) de Michael Jackson et Thinking About You de Frank Ocean. Le segment acoustique s’est terminé avec Confetti et Funny, deux titres dénonçant les futilités reliées à la célébrité.

En hommage à Prince, décédé le 21 avril dernier, Tori Kelly a introduit sa chanson City Dove avec un court extrait de When Doves Cry. Dès les premières notes de I was made for loving you, une trentaine d’admirateurs ont, en plus de chanter à pleins poumons, brandi des lettres manuscrites, ce qui a beaucoup ému la chanteuse. Les spectateurs ont également entonné Dear No One sans aucune hésitation.

ToriKelly_Metropolis-17

Le premier rendez-vous en sol montréalais d’une généreuse durée de 100 minutes s’est brillamment soldé sur les succès Hollow et Should’ve Been Us… et un incroyable solo de drum gracieuseté de la belle Californienne! Cette soirée fertile en émotions, qui a d’ailleurs largement dépassé les attentes, laisse présager une longue histoire d’amour entre Tori Kelly et Montréal.

Crédit photo : ©Andrée-Anne Guy/MatTv.ca
Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...