Le Salon du livre 2013

Un peu de lecture s’il vous plaît!

salon_livre-23

©Samuel Harvey/MatTv.ca

Par Cédric Cilia et Steve Turmel

Une nouvelle édition du salon du livre referme ses portes. Revenons un instant sur les faits marquants de ce salon 2013! À l’honneur cette année, tout un pays : Haïti, un membre de l’Académie française, Jean-Christophe Ruffin ainsi qu’une superbe exposition pour fêter les 75 ans de la bande dessinée Spirou.

salon_livre-09

Outre la présence d’auteurs confirmés comme Michel Tremblay ou Marie Laberge et de grands noms comme Danielle Henkel ou Josée Di Stasio; nous nous sommes concentrés à mettre en lumière deux jeunes auteurs tous deux pères de leur premier roman. Aux éditions Druide, un jeune hyperactif de l’écriture et qui officie également comme journaliste-pigiste dans plusieurs publications, Samuel Larochelle, nous présente son premier roman «À cause des garçons», l’histoire met en scène, Émile, un jeune homosexuel de 20 ans, qui quitte sa région natale, et arrive à Montréal pour construire sa vie amoureuse, un personnage plus ou mois proche de l’auteur. C’est une lecture légère et émouvante où évolue en même temps un personnage principal très attachant envers qui beaucoup de jeunes du même âge sauront s’identifier. Samuel Larochelle a travaillé quatre longues années en étroite collaboration avec son éditrice qu’il connaissait. Il est déjà en processus d’écriture sur son second roman qui sera la suite d’ «À cause des garçons» et qu’il espère publier durant l’hiver 2015.

salon_livre-14

Dans un tout autre genre, je vous invite à découvrir «Les fausses couches» de Steph Rivard aux éditions Ta Mère. Prenant autant de temps pour accoucher de son bébé qu’en a pris Samuel Larochelle pour le sien, Steph Rivard, très complice avec son éditeur, a voulu traiter de l’impossibilité de nommer au sein d’une famille pas comme les autres en proie avec la maladie mentale. Drôle et sombre à la fois, on suit le parcours de William, 12 ans, en quête de sens et de vérité. Steph Rivard, un auteur qui vit avec les livres depuis longtemps; il est aussi libraire notamment chez Raffin à la Plaza St-Hubert; et il se sent proche de l’écriture et de l’univers de Marie-Sissi Labrèche, Virginia Woolf ou encore Marguerite Duras qu’il considère comme son mentor. Pour lui, enfin, les écrivains sont des menteurs et écrire, c’est dire et faire croire ce que l’on veut comme un cri, un besoin de dire. Lire, sans être une nécessité, est un plaisir qui selon lui n’est pas près de disparaître.

salon_livre-04

Même si le travail d’un écrivain est très solitaire, il n’en demeure pas moins que l’auteur travaille parfois en équipe. C’est pourquoi, il était aussi important d’avoir le point de vue d’une éditrice. Souvent dans l’ombre, les éditeurs sont non seulement les grands manitous de la publication, mais également de grands partenaires dans la création. Qui sera publié ou non? Difficile de trancher lorsqu’on reçoit une tonne de manuscrits chaque année. Pour un nouvel auteur, il ne faut pas avoir peur de retravailler sur ses textes, «Il y a un bon processus dans le monde de l’édition; Quand ça arrive, à moi par exemple, je regarde le fond, la forme, le scénario et par la suite, je conseille l’auteur»nous précise l’éditrice Colette Dufresne.

salon_livre-16

Chez les Éditions Michel Quintin qui ont fêté leurs 30 ans d’existance l’année dernière, les meilleures ventes sont les guides nature et les «Savais-tu?» qui se situent dans un genre unique qui se démarque de la compétition. Cette année, la maison d’édition mise entre autres sur la bande dessinée, la collection : « Les soucis d’un Sanssoucy ».

Le salon du livre est un endroit agréable pour découvrir les nouveautés qui ne sont pas toujours mises de l’avant dans les librairies. Et quoi de mieux que d’échanger directement avec nos auteurs préférés? Cet évènement est une vitrine importante pour mettre en évidence les nouveaux auteurs et permettre des rencontres entre passionnés de la lecture. Malgré l’ère du numérique, le livre est et restera toujours une industrie florissante. Même si on parle moins d’eux, les éditeurs ont un rôle capital pour le succès d’un livre, ce que nous ont confirmé Samuel Larochelle et Steph Rivard ayant tous les deux, au passage, de nouveaux projets d’écriture. Gardez l’oeil ouvert, car on n’a pas fini d’entendre parler d’eux.

salon_livre-20

Afin d’apprendre, déconnecter de votre réalité ou simplement lire une bonne histoire, pourquoi ne pas s’offrir un livre en cadeau pour Noël!

Crédit photo: Samuel Harvey/MatTv.ca

Correctrice: Éloise Gauthier

Vous pourriez aussi aimer...