Retour sur le Rockfest 2014 Jour 1

J’ai 15 ans et j’écoute du punk 

sans titre-320

©Benoit Vermette/MatTv.ca

Par Maxime D.-Pomerleau

Avec une population d’à peine un millier d’habitants, Montebello, municipalité aux décors féériques située en Outaouais, est en train de devenir la  ville du rock au Canada. Le RockFest de Montebello attire chaque année une centaine de millier de festivaliers venus se vautrer dans la débauche et le rock. Pour être honnête, c’est surtout le volet punk de la programmation de la 9e édition qui m’attirait. J’allais donc délaisser les Megadeath, Five Finger Death Punch et Cannibal Corpse de ce monde pour me balader plutôt du côté des mohawks dressés pour l’événement.

Après avoir affronté l’interminable trafic à l’entrée de la ville, c’est autour de 16h que l’équipe de MatTv.ca a mis les pieds dans la ville transformée pour l’occasion en immense terrain de camping à ciel ouvert. Un petit tour à la salle de presse puis hop! sur le toit de l’hôtel afin d’admirer la vue du site pendant la prestation de A Day To Remember.

sans titre-118

Le temps de passer par le ska entraînant de The Planet Smashers, on se frotte à la foule toujours plus dense pour aller voir NOFX de plus près. Probablement déjà un peu « drunk in public », le mythique groupe californien a joué quelques pièces de son album Punk in Drublic dont Linoleum et Perfect Government, en plus de classiques éprouvés dont Seeing Double at the Triple Rock, Murder the Government, Fuck the Kids et Champs Élysées. NOFX était une belle entrée en matière pour le week-end intense qui s’annonçait!

Le spectacle retour d’eXterio était sans doute l’un des plus attendus des festivaliers cette journée-là. Le groupe a commencé fort avec Bonhomme 7H et Savant Fou dont la foule chantait les paroles en chœur. Whippet, Le Seigneur des Agneaux, St-Po, Campanile et Le Complot sont évidemment passés dans le tordeur. Une prestation énergique et leurs plus grands succès en carrière; une recette gagnante pour une prestation exclusive d’eXterio au Rockfest. Après quelques minutes passées à se faire défoncer les tympans par le métal cinglant de Despised Icon, on décide de sortir du site et d’aller à la rencontre de joyeux festivaliers on ne peut plus pompettes pour l’heure de la journée.

sans titre-356

Retour sur le site à la scène Budweiser à la tombée du jour pour commencer une soirée sous le signe du punk rock. C’était la deuxième fois que Reset, groupe marquant de la scène locale de la fin des années 90, se reformait avec les membres originaux (la première fois c’était au Métropolis en 2009 pour souligner le 10e anniversaire de la défunte émission 1,2,3 Punk! de MusiquePlus) et c’était LE groupe que je tenais à voir au festival. Everyday, Why, Concern, Let Me Go, My Dream and I, Friend, Pollution, United We Stand Tall et Go Away sont passées beaucoup trop vite. Reset a donné une prestation électrisante au public qui profitait de la rare occasion de voir la formation originale pour faire le plein de l’essence du groupe. Avant de quitter la scène, Pierre a lancé un enthousiaste « À la prochaine! ». Est-ce que cela signifie qu’il y aura peut-être une prochaine fois?!!? J’ai déjà des palpitations.

Peu après 22h, Weezer a officiellement ouvert les valves de la nostalgie avec la première pièce de l’album bleu, My Name Is Jonas, immédiatement suivie de Hash Pipe. Perfect Situation, Troublemaker, El Scorcho, Surf Wax America, Bevery Hills, Say It Ain’t So (ouho ouho!), (If You’re Wondering If I Want You To) I Want You To, Porks An Beans, Undone – The Sweater Song… Bref un setlist coloré qui nous a permis de constater que le groupe a composé au fil des années plusieurs hymnes à l’adolescence qui n’ont rien perdu de leur puissance. Island In The Sun est certainement la meilleure « feel good song » de la dernière décennie. Le groupe a aussi offert une excellente reprise de Song 2 de Blur. Derrière leur look de nerd, les gars avaient l’air de s’amuser ferme et la foule était sur le party. La prestation a culminé avec Buddy Holly pour conclure le rappel.

sans titre-59

La coupe de cheveux de Tom Delonge me fait encore le même effet qu’à 14 ans, et les chansons de Blink-182 aussi! Les gars ne se sont pas pris la tête et ont balancé leurs plus grands hits en commençant par Feeling This et What’s My Age Again? Les pièces I Miss You, First Date, The Rock Show ont aussi ramené un pan du public en arrière! La foule s’est laissée aller à l’alcool et à la nostalgie pour former un chœur de 100 000 personnes sur All The Small Things, Dammit et Family Reunion, un rappel de bon goût. Grande absente au tableau : Adam’s Song, pourtant l’une de leurs plus grandes chansons. Blink-182 a offert somme toute une bonne prestation; efficace, mais qui ne passera pas à l’histoire.

C’est ce qui conclut (du moins, musicalement) cette première journée au Amnesia Rockfest de Montebello. Le samedi sera tout aussi périlleux et fort en décibels. Notre photographe hyperactif a couru de scène en scène et vous a ramené les meilleurs clichés de la journée.

#Rockfest

Crédit photo: ©Benoit Vermette/MatTv.ca

Écrit par

Geekette de la musique de champ gauche, passionnée de culture et de médias, animatrice radio, artiste en performance et petite voyageuse. Doyenne des collaboratrices de MatTv.ca!

Vous pourriez aussi aimer...