un magazine web axé sur la culture d’ici

Rare soirée punk avec Vulgaires Machins et Anti-Flag

Anti-Flag et Vulgaires Machins clôturent leur tournée à Montréal

Vulgaires Machins Anti-Flag
Crédit photo : photo officielle / Susan Moss

Par : Serge Guay

C’est au valeureux défenseur de la musique punk locale Rej Laplanche qu’est revenue la tâche d’être le présentateur de la soirée. On débute la soirée avec le groupe Chârogne, un quatuor féminin de Verdun qui s’autoproclame féministe réaliste. Il nous présente son tout nouveau EP Mange moi.

S’ensuit Mudie, ex-membre du groupe The Sainte Catherines, qui nous dévoile son projet solo. Un punk solide et sympathiquement teinté d’humour, bref un vieux routier qui a encore pas mal de gaz!

C’est maintenant au tour du groupe anticonformiste et antipatriotique américain Anti-Flag. Celui qui manifeste les droits et liberté depuis plus de 30 ans entame sa présence avec The fight of our life. La symbiose est palpable avec le public. S’enchaînent à un rythme effréné Die for the government, Drink drank punk et bien d’autres manipulant les mouvements de la foule; la conquête est totale. Il y va ensuite d’un medley des plus grands titres punk comme Should I stay or should I go, God save the queen et I fought the law. C’est sous le titre Brandenburg gate que l’ouragan Anti-Flag disparaît laissant derrière lui un public aussi décoiffé que ravi!

soirée punk
Crédit photo : photo officielle / Susan Moss

L’attente fut longue pour les retrouvailles entre Vulgaires Machins et le public montréalais. Ce quatuor mené par Guillaume Beauregard et Marie-Ève Roy nous retrouve enfin avec en poche un tout nouvel album Disruption, qu’il nous livre douze ans après la parution de l’excellent Requiem pour les sourds. C’est avec frénésie qu’il prend la scène avec Vivre. En fond de scène, un grand rideau et des strobes; la proximité et la chimie avec le groupe sont bien senties. Au bonheur de tous, Pistache est entamée en choeur avec la foule. Le retour dans le passé se poursuit avec Anéantir le dogme et la sublime Compter les corps; les harmonies vocales sont sublimes. Il nous quitte avec J’fais d’la poudre et Puits sans fond. En cette période de tension politique mondiale et de pression sociale, rien de mieux qu’une soirée de musique punk pour extérioriser un peu de ce que l’on garde en nous!

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email