un magazine web axé sur la culture d’ici

Quoi de neuf au Musée?

Trois expositions à voir ce mois-ci.

Documentaires en dérives, Nayla Dabaji.

En ce printemps naissant, voici quelques nouveautés dans le monde muséal.

Documentaire en Dérive au MAI

La galerie Montréal Arts Interculturels s’intéresse ce mois-ci à l’œuvre de l’artiste visuelle libano-montréalaise Nayla Dabaji. Documentaire en dérive met en scène le processus de création de son œuvre vidéo Boomerang. L’artiste multidisciplinaire explore ainsi les traces à travers la photographie, les installation, l’art vidéo et l’écriture. Les techniques se croisent et réverbèrent les unes sur les autres, à la fois distinctes et inextricablement liées.

« Comportant plusieurs niveaux de lecture, l’œuvre exprime l’état incertain et polymorphe de la mémoire, en posant le concept de décalage comme point de départ, qu’il s’agisse de celui occasionné par les délais de la transmission électronique, ou de celui résultant de la réminiscence du passé. »

Cette exposition, dont l’entrée est par ailleurs gratuite, sera présentée dans la galerie du MAI du 16 mars au 16 avril 2022.

 

Ashoona : Récits intemporels à La Guilde

Présentée à La Guilde, un organisme à but non lucratif voué à la promotion de l’art Inuit et des Premières Nations, l’exposion Ashoona : Récits intemporels présente l’œuvre de vingt-trois artistes issus d’une même famille.

Ashoona: Récits Intemporels, La Guilde

La famille Ashoona, originaire de Kinngait (Cape Dorset, Nunavut), est l’une des familles d’artistes Inuit les plus prolifiques et respectées au Canada. L’exposition est commissariée par Goota Ashoona, elle-même l’une des artistes de cette famille. Elle raconte : « Notre famille utilise l’art pour raconter des récits Inuit. Aujourd’hui, je suis entourée d’œuvres qui célèbrent notre famille et qui racontent nos histoires. »

Ce corpus intergénérationnel prend racine dans l’œuvre de Pitseolak Ashoona, l’une des premières artistes graphiques de Kinngait (Cape Dorset, NU). L’exposition rend entre autres hommage à l’influence qu’elle a eu sur l’ensemble de la famille. De plus, l’exposition souligne divers événements qui ont marqué leur vie et ont influencé leur travail

Ashoona : Récits intemporels sera présentée jusqu’au 3 juillet 2022

 

Haltes / Moments / Situation au Centre d’Exposition de l’Université de Montréal

Le Centre d’exposition de l’université de Montréal Présente l’installation Haltes / Moments / Situations de l’artiste Américain Mathieu Cardin, commissariée par Louis Cummins.

Affiche officielle : Haltes / Moments / Situations

L’installation, comme une machine à illusions, simule une exposition de vidéos. Le spectateur est invité à explorer un lieu parsemé d’objets hétéroclites ou la ligne entre fiction et réalité tend à se brouiller.

« Ces faux plateaux de tournage sont ceux de la rencontre entre le monde tel qu’il nous est donné à voir et à expérimenter et celui de nos rêves, de nos illusions, de nos mémoires. L’installation, par ces jeux d’échanges et d’alternances entre des objets fonctionnels et des images illusionnistes, fixes ou mobiles, fait entrer le faux dans l’ordre de la vraisemblance. » En explorant l’installation et en distinguant la fiction de la réalité, le public devient ainsi complice de l’artiste, un acteur autant qu’un spectateur.

Cette exposition sera présentée jusqu’au 16 avril 2022.

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email