un magazine web axé sur la culture d’ici

Première de Guylaine Tremblay

Un spectacle qui fait du bien

Guylaine Tremblay 27 mai
Crédit : Jean-Charles Labarre

Par : Isabelle Dominique Kroeh

C’est au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts que Guylaine Tremblay a présenté aux médias la première montréalaise de J’sais pas comment, J’sais pas pourquoi.  Journalistes, collègues, amis et fans se sont réunis pour voir la talentueuse actrice raconter les moments charnières de sa vie à travers les textes et les chansons du comédien et humoriste Yvon Deschamps.

Entourée de quatre musiciens (sous la direction musicale de Jean-Fernand Girard), Guylaine aborde son enfance, ses premiers amours et la maternité, effleurant par la même occasion la vie, la mort et la quête du bonheur (accessible et gratuit rappelle Yvon Deschamps dans Le Bonheur).

La comédienne a su garder son public en haleine tout au long de la prestation, partageant les histoires ô combien cocasses des personnages attachants et colorés de sa vie (ses parents, son frérot, sa grand-maman, sa voisine).  Le suspense était à son comble lorsqu’elle a raconté la fois où elle avait passé l’audition pour le  Conservatoire d’art dramatique de Québec, moment où le public était sur le bout de sa chaise afin de savoir si elle allait être parmi les heureux élus ou non.

Guylaine Tremblay - J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi
Crédit : Jean-Charles Labarre

Accompagné de sa douce moitié Judi Richards, Yvon Deschamps a reçu une pluie d’applaudissements et d’éloges en fin de spectacle lorsque Guylaine l’a remercié. Rappelons que ce dernier se démarque depuis les années 1960 par son humour à caractère social. Au cours de sa carrière, il a offert plus de 300 prestations par année et plus de 3 000 spectacles partout au Québec. Le Théâtre Maisonneuve a d’ailleurs une place toute spéciale pour lui puisqu’il y a offert 100 spectacles consécutifs, puis au total plus de 500 représentations.  Grand homme de l’humour et professeur de la vie, Monsieur Deschamps continue à toucher le cœur des Québécois. Guylaine mentionne d’ailleurs dans son spectacle qu’elle croit bien que ce dernier ait sauvé sa grand-mère de la dépression.

La beauté de J’sais pas comment, J’sais pas pourquoi, c’est qu’on serait tous loin d’être né pour un petit pain. Qu’on s’appelle Yvon Deschamps de Saint-Henri ou Guylaine Tremblay de Charlevoix, il ne s’agit que de croire en ses rêves et foncer.

Guylaine Tremblay et Yvon Deschamps
Crédit : Jean-Charles Labarre

Envie d’aller voir ce spectacle créateur de bonheur? Achetez vos billets ici.

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email