un magazine web axé sur la culture d’ici

Pluie de confettis à Paradis City

Jean Leloup et son orchestre séduisent

20151022-JeanLeloup_0054

©Dominique Bernier/MatTv.ca

Par Marie-Hélène Amyot

Jeunes et moins jeunes de tous milieux confondus se sont donné rendez-vous au Métropolis en ce 22 octobre pour voir Jean Leloup et son orchestre en concert à Paradis City. À voir la densité de la foule, nul doute que l’artiste était plus qu’attendu. Et à voir le sourire sur le visage des gens, ainsi que leurs yeux brillants, on peut qualifier cette visite à Paradis City de réussie.

20h40, la foule tape du pied et dans leurs mains tout en scandant son nom pour signifier sa hâte de le voir monter sur scène. 20h50, elle est exaucée, les premières notes de la chanson Le roi se meurt se font entendre pour poursuivre avec Barcelone, succès de l’album L’amour est sans pitié, sortis au début des années 90. C’est un Leloup en grande forme, énergique et muni de son intensité légendaire qui a accueilli son public à Paradis City. Il n’en fallait pas plus pour gagner le cœur des spectateurs. L’artiste a interprété des chansons de toutes les époques de sa carrière, allant de Paradis perdu à Fashion Victim, en passant par Le monde est à pleurer, Vieille France, Fourmis et Je suis parti. Bien entendu, les pièces de son dernier album ont également été à l’honneur. D’ailleurs, Petit Papillon et Willie ont suscité de vives réactions de la part du public, suspendu à ses lèvres et prêt à applaudir et à crier son contentement à tout moment. C’est du vrai Jean Leloup que le principal concerné a livré, les cordes apportant une touche de douceur et de lyrisme à chacune des chansons, tout en respectant l’essence même de l’artiste. De toute beauté!

20151022-JeanLeloup_0063

Qu’on l’appelle Roi Ponpon, John The Wolf ou Massoud Al-Rachid, Jean est un esprit libre, sensible et touchant et c’est ce qu’il a démontré une fois de plus tout au long de la soirée. Parfois aux allures timides quand vient de le temps de saluer la foule, alors qu’à d’autres moments il adopte un air gamin, envahi par la joie que lui procurent les réactions positives du public, Leloup est authentique. Il s’amuse avec les spectateurs tout comme il le fait avec ses chansons. Investi et habité par ses œuvres, les gens présents ont eu droit à une prestation sentie, qui s’est terminée avec une pluie de confettis… avant de faire place à deux rappels au cours desquels on a pu entendre entre autres Pigeon, La vie est laide, Sang d’encre et Je joue de la guitare pour clore le tout.

Alors que tous les spectacles affichaient «Complet», sachez que deux supplémentaires se sont ajoutées les 5 et 6 février, un peu plus d’un an après la sortie de Paradis City. C’est donc votre chance d’assister à ce spectacle unique, vivant et revigorant de Jean Leloup, qui vous en mettra plein la vue et qui vous séduira à coup sûr.

©Dominique Bernier/MatTv.ca

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email