un magazine web axé sur la culture d’ici

Pas de Lemieux, mais du spectacle!

L’imbroglio Lemieux

LemieuxBoxe

©Eye of the Tiger Management

Par : Alek Avendano

Après la journée folle d’hier, l’incapacité de David Lemieux à faire le poids, des négociations ne menant à rien, le gala organisé par Eye of the Tiger Management a tout de même lieu en ce beau samedi soir, à Montréal. On a donc vu défiler les espoirs du groupe Eye of the Tiger Management, montrant leur potentiel aux partisans présents à l’Olympia où régnait une atmosphère étrange, à la suite de la non-activité de David Lemieux, qui d’ailleurs, vers le milieu du gala, prit le micro et s’excusa au public. Une belle preuve de courage, car faire face à la musique résumait se faire huer et insulter chez lui, mais il l’a tout de même fait. Pourquoi ces réactions? C’est bien simple, la majorité des billets vendus étaient pour le voir, lui, effectuer son retour après l’échec Golovkin. Malgré l’histoire avec le nouveau nutritionniste, Marc Ramsey mentionnait que son boxeur était dans un mauvais état avant la pesée, d’où l’impossibilité de faire le poids; de nombreux partisans voient Lemieux comme le seul coupable. Car cet incident ne peut avoir qu’un seul coupable, toute une équipe entourant le boxeur est responsable de son entraînement. Par contre, Patrick Coté combattant de UFC et client du même nutritionniste, affirme « Le boxeur a la responsabilité de souffrir pour faire le poids. » Interprétation libre, donc. Étienne Boulay est plus direct sur Twitter : « Blâmer Jean-François Gaudreau pour la pesée ratée de Lemieux. Ridicule! #boxe. » Controverses mises de cotées, place au gala !

Combats préliminaires

Dans un Olympia bien rempli malgré l’événement principal annulé, le gala débute donc vers 19 h avec le combat opposant Battyrzhan Jukembayev et Redy Hernandez :

Moment cocasse, encore, pour les débuts professionnels officiels de Battyrzhan Jukembayev. Pour la deuxième fois de suite, le boxeur kazakh a dû se contenter d’un non-contexte, cette fois après que son rival se soit blessé à la cheville, au premier round.

Deuxième combat, Mathieu « G-Time » Germain (6-0, 4 K.O.), nommé recrue de l’année chez Eye of the Tiger Management, domine facilement tous les rounds contre le Mexicain, Noel Mejia Rincon (14-8-1, 10 K.O.). Il montre son potentiel, par contre, n’a pas eu la victoire par K.O. qu’il voulait.

Le troisième combat Ayaz « The Machine » Hussain (10-0, 8 K.O.) l’emporte facilement contre Jacek Wylezol (14-14, 8 K.O.) par arrêt de l’arbitre, Hussain démontre donc ses qualités, surtout sa rapidité et sa puissance, pas trop d’opposition quand il décida d’ouvrir la machine…

Simon Kean (4-0, 4 K.O.) continue avec sa fiche parfaite, tout en K.O. en remportant aisément son combat contre l’insolite Travis Fulton (23-41-1, 21 K.O.), boxeur américain et aussi combattant MMA…

Mian Hussain (15-0, 6 K.O.) contre Tobia Giuseppe Loriga (28-6-2, 6 K.O.) Mian Hussain, boxeur invaincu montréalais gagne ce combat qu’il a dominé haut la main de la première à la dernière minute. Le boxeur italien a le mérite d’avoir un menton solide et une bonne patience, le boxeur montréalais ne s’est pas gêné pour le narguer.

Combats principaux

Hyppolite

Passons donc aux combats présentés à travers le monde, en live à Fox Deportes! Le Montréalais Schiller « Batman » Hyppolite affronte l’Américain Darnell Boone. Attention à ne pas se fier qu’à sa fiche (23-23-4, 12 K.O.), car il a affronté d’excellents boxeurs comme Sergey Kovalev, deux fois, Erislandy Lara, Jean Pascal, et un certain Adonis Stevenson, qu’il a même vaincus avant de se faire passer le K.O. au deuxième combat. Bref, le boxeur d’origine haïtienne est surtout là pour se faire un nom. Hyppolite commence fort, gagnant le premier round, montre sa confiance, mais va vite retomber sur terre, car si Boone semble moins mobile et agressif, sa précision et sa puissance font mal à « Batman ».

Il se retrouvera même au plancher au cinquième round et au sixième; on se disait dès lors que c’était fini, Hyppolite était en mode survie, et il a gagné son pari, car Darnell Boone n’a pu garder le rythme endiablé pour passer le K.O. à son adversaire. Hyppolite, avec les jambes retrouvées, s’est remis à être très actif, très offensif et profitant de la fatigue du boxeur américain à gagner tous les rounds restants! On s’en va donc aux juges, le combat est très serré, mais c’est finalement Schiller Hyppolite qui est déclaré gagnant, les trois juges ayant donné des cartes le favorisant (96-93, 95-93 et 95-93). Sans aucun doute, le combat de la soirée. Autre mention intéressante, le promoteur de Hyppolite(20-1, 13 K.O.), Camile Estephan a amener l’idée d’un combat contre Jean Pascal, pourquoi pas?

Butlerchampionjunior

Le dernier combat de la soirée opposant le jeune prodige Steven « Bang Bang » Butler au champion du monde junior de l’IFB, le Bosnien Sladjan Janjanin. La fiche parfaite du boxeur au nom de personnage de Dragon Ball Z (13-0, 11 K.O.) doit être mis en contexte; le jeune boxeur n’ayant affronté seulement qu’un boxeur avec fiche positive, sinon des fiches comme (20-39-2) (19-30-2) ou encore (4-21-0) font apparition dans son historique d’adversaire, rien de bien impressionnant.

Un premier round explosif de Butler laissait présager une fin de combat rapide, chose faite au deuxième round, où après avoir envoyé son adversaire au tapis deux fois, l’arbitre met un terme au combat, une bonne chose malgré les protestations de Janjanin, qui ne se défendait même plus. Steven Butler (15-0-1, 12 K.O.) devient donc champion du monde junior de l’IBF face à Sladjan Janjanjin (13-1, 11 K.O.). Une autre performance tout en puissance et rapidité qui aurait attiré l’œil de promoteurs américains tels que Golden Boy Promotions et Top Rank, à suivre pour le boxeur de seulement 20 ans!

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email