On vous présente : Brittany Kennell

Brittany Kennell, la Shania Twain du Québec! 


© Brittany Kennell, photo de Lindsay Kennell

Par : Myriam Bercier

Ma chronique On vous présente est de retour pour l’année 2021! En guise de rappel, On vous présente vise à vous faire découvrir des artistes qui passent sous le radar de la musique populaire. Cette semaine, on célèbre ma 50e chronique avec l’artiste country Brittany Kennell!

Brittany Kennell est une autrice-compositrice-interprète montréalaise de 32 ans originaire de Beaconsfield. Vous avez pu l’apercevoir soit en première partie de Matt Lang au Québec, au Centre Bell lors des matchs des Canadiens où elle a chanté quelques fois l’hymne national ou encore à The Voice aux États-Unis en 2016. Elle sera alors prise dans l’équipe de Blake Shelton et marquera les esprits comme étant la première et seule Canadienne à prendre part à l’émission américaine. Elle sera éliminée après les chants de bataille avec sa version de You’re still the one I want. Elle passera dix ans de sa vie aux États-Unis, où elle va étudier au Berklee School of Music de Boston.


© Brittany Kennell, photo de Lindsay Kennell

Sa musique offre beaucoup de fraîcheur et de limpidité. Ce sont souvent des ballades simples, mais accrocheuses notamment grâce à sa voix vibrante et puissante qui s’inscrit sans conteste dans le mouvement New Country. Le premier simple qu’elle a lancé est Eat, Drink, Remarry qu’elle avait écrit avant de se séparer; elle y trouvera une nouvelle signification et la publiera en tant que première chanson post-rupture. Le message de cette pièce est simple : tu peux trouver l’amour plus d’une fois, la vie ne va pas toujours comme on veut et c’est OK. Sa chanson You don’t get me stoned aborde quant à elle l’honnêteté dans les relations quand ça ne fonctionne pas : si tu ne ressens pas ce happiness high, alors tu sais quoi faire semble dire la chanson. Son plus récent simple, Spade, vise à critiquer ouvertement les menteurs, les tricheurs et les joueurs en amour, une chanson qui s’inscrit très bien dans le contexte actuel des relations modernes au temps des applications de rencontre.

J’ai eu l’honneur d’avoir l’adorable et bubbly Brittany en entrevue la semaine passée sur Zoom. Nous avons parlé notamment de ses études aux États-Unis, de son expérience à The Voice, de comment elle s’est retrouvée à chanter l’hymne national pour le Canadien de Montréal et du message derrière ses chansons. Sans plus attendre, voici notre discussion!

 

Myriam : Qu’est-ce qui t’a amenée à faire de la musique?
Brittany : Je ne sais pas, je pense que c’était vraiment ma famille. Il y a beaucoup de membres de famille qui aiment la musique; mon père écoutait toujours de la musique, ma mère chantait toujours. Je pense qu’il y avait beaucoup de musique à la maison, donc c’était naturel pour moi d’écrire des chansons et de jouer du piano.

 

Myriam : Tu es partie pendant 10 ans aux États-Unis, pourquoi? Qu’est-ce que tu y as fait?
Brittany : C’était pour trouver la musique et me trouver en tant qu’artiste. Les trois premières années, j’étais à l’école de Berklee pour étudier la composition musicale et pour écrire des chansons. Je voulais être autrice de chansons, pour des artistes. Après Berklee je suis allée à Nashville, et tout le monde était auteur donc je me disais que je devais y aller pour apprendre plus encore. Quand j’étais là, j’ai transitionné d’autrice à artiste. Après dix années, je pense que j’étais prête à revenir à la maison.
Myriam : Justement, qu’est-ce qui t’a ramenée à la maison ?
Brittany : C’est une rupture. J’étais fiancée et on s’est séparé. Je ne savais pas quoi faire, donc je me suis dit que j’allais rentrer à la maison pour être avec ma famille. Quand je suis revenue à Montréal, je me suis dit « wow, j’aime Montréal, je me suis ennuyée! (rires) » Donc j’ai décidé de rester ici.

Myriam : Aurais-tu pu faire tes études au Canada, ou c’est un type d’apprentissage qui se fait vraiment aux États-Unis? Pourquoi?
Brittany : Je ne sais pas pourquoi je… quand j’étais jeune je voulais toujours être aux États-Unis, je ne sais pas pourquoi, j’étais simplement attirée à aller aux États-Unis. Je savais qu’il y avait un programme ici à McGill de composition, mais c’était plutôt du jazz et ce n’était pas le style que je voulais, je voulais vraiment le style pop, country… quand j’ai vu qu’il y avait un programme à Berklee, je me suis dit « OK, ça c’est où je veux aller. »

Myriam : Tu as fait The Voice en 2016, où tu as été sélectionnée par Blake Shelton, pourquoi avoir décidé de faire l’émission aux États-Unis plutôt qu’au Québec?
Brittany : Quand j’ai fait les auditions, c’était vraiment pour moi, pour me pratiquer de jouer devant une ou deux personnes, car à ce moment je voulais être autrice, donc j’ai toujours fait des rencontres avec des publishers, et c’était toujours moi seule avec une ou deux autres personnes. C’était vraiment intimidant et ça me rendait nerveuse. C’était donc pour pratiquer cet aspect-là. C’était ma troisième audition à ce moment-là. Je ne savais pas que j’allais être prise, alors quand ils m’ont dit que j’allais aller à L.A., je me disais « quoi?! OK, let’s do it! On y va! » Ce n’était pas vraiment pour être dans la série, c’était vraiment pour pratiquer à auditionner et jouer des chansons devant des personnes.

Myriam : Comment ça s’est passé? Peux-tu nous parler un peu de ton expérience à l’émission?
Brittany : C’était vraiment bien! J’ai dit que je l’ai fait pour pratiquer en avant de deux personnes, puis deux personnes se sont transformées en beaucoup de monde! (rires) C’était une bonne leçon! C’était tellement le fun, c’était long, mais pour moi c’était un point tournant dans ma carrière parce que c’est après ce moment que j’ai décidé de me lancer dans une carrière d’artiste. J’ai vraiment aimé être dans le spectacle, sur la scène en avant des personnes. C’était vraiment le fun pour moi. J’ai appris beaucoup sur moi-même avec cette expérience.

Myriam : Tu dis que ça t’a beaucoup appris, qu’est-ce que ça t’a appris concrètement?
Brittany : Le rôle de toutes les petites choses que tu dois faire pour être un artiste. Pour faire une chanson, c’était vraiment beaucoup de pratique. Qu’est-ce que tu portes, ce que tu fais sur la scène, etc. On était là pendant six semaines à pratiquer la même chanson. Ça, je pense que c’est la grosse chose que j’ai apprise : le nombre d’heures et de temps qui vont dans faire une performance.
Myriam : Je veux être sûre, ça prenait six semaines ou six jours pour une performance?
Brittany : Six semaines!
Myriam : Ah ouais? C’est long!
Brittany : Oui, c’était vraiment long. On a été là pour six semaines pour les auditions à l’aveugle. C’est six semaines, tu peux faire les six semaines, tu fais l’audition et tu ne vas pas dans la série. C’est vraiment une dedication d’être là. Après, on est retournés pour un autre six semaines à faire les duels puis les chants de bataille. Si tu gagnes le chant de bataille, tu restes là pour un autre deux ou trois mois, c’était vraiment long, mais c’était le fun, être en Californie pour tout ce temps (rires).

Myriam : J’ai cru comprendre que tu chantais désormais l’hymne national pour les matchs du Canadien de Montréal. Comment as-tu eu cette opportunité?
Brittany : Quand j’étais jeune, je regardais toujours les matchs avec mon père. C’était sur ma bucket list de chanter pour les Canadiens une journée. Quand j’étais à The Voice, il y avait un journaliste qui a dit sur Twitter que je devais faire de rêve une réalité alors j’ai chanté la première fois en 2016. Quand je suis revenue à Montréal, je voulais vraiment être dans la scène montréalaise, et pour moi, c’est les Canadiens; tout le monde aime les Canadiens, moi j’aime les Canadiens. Alors c’est un bel accueil quant à mon retour à la maison. Quand je suis revenue, je ne savais pas comment ni ce que je voulais faire, donc c’était une performance que je peux faire pour pratiquer et pour être ici à Montréal, être dans la communauté pendant que je décide de ce que je vais faire comme artiste et mes prochains projets. J’ai demandé beaucoup de fois les Canadiens pour aller chanter, je leur demandais si je pouvais aller faire une autre partie (rires).

Myriam : Et là, comment ça fonctionne? Est-ce que tu vas le faire plusieurs fois? Je sais que tu l’as fait au moins une fois, je crois que tu l’as refait il n’y a pas long, est-ce que tu es en rotation?
Brittany : Cette saison, oui, je suis en rotation. La saison dernière je crois que j’ai fait trois ou quatre parties. Cette saison, ils m’ont mis dans la rotation, il y a deux autres chanteurs aussi. Il me reste deux autres parties, donc c’est le fun! (rires)

Myriam : Qu’est-ce qui t’attend en 2021?
Brittany : Ouh! Je suis tellement excitée d’avoir des spectacles, même si c’est dehors, je veux la musique! Je veux voir des personnes! (rires) J’espère tout ça, mais on a aussi enregistré un album, ça s’en vient, ainsi que d’autres vidéoclips avec l’album. J’espère des spectacles pour jouer l’album pour des gens.
Myriam : L’album va sortir en avril je crois?
Brittany : Je pense que ça va être un peu plus proche de l’automne! C’est vraiment difficile avec la COVID. On a l’album, mais on préfère attendre. Ça s’en vient, mais on ne sait pas quand même quand ça va être.
Myriam : J’avais mal lu, je croyais que c’était en avril.
Brittany : Oui, je crois qu’en premier on avait dit avril, mais c’est proche! (rires) Donc on se donne un peu plus de temps, et avec la COVID, on veut avoir des spectacles avec l’album donc on va attendre un peu.

Myriam : Si tu pouvais prendre ma place de journaliste pour une question, quelle question te poserais-tu, en y répondant?
Brittany : Ça, c’est une question difficile! J’aime quand les artistes ont un message dans leur musique et dans leurs paroles, alors je pense que ma question serait : quel est ton message en tant qu’artiste?
Pour moi, c’est vraiment d’être honnête et de trouver la vérité dans ta vie, dans l’amour et d’être toi-même et prendre le temps de trouver ça, sans être gêné.e de trouver ça. J’ai été dans des positions quand je ne pouvais pas être honnête avec moi-même et ça m’a pris du temps à trouver ça, mais maintenant que je l’ai trouvé, que j’ai trouvé la confiance en moi, je veux dire ça dans mes paroles. Dans ma musique, il y a donc un message d’être honnête avec toi, avec les personnes que tu aimes et dans ta vie.

1. Ton lecteur de musique plante sur une île déserte, tu peux seulement écouter une chanson, c’est laquelle?
Slow Burn par Kacey Musgraves.
Ça avec une margarita et un coucher de soleil chaque soir.. c’est le paradis.

2. Ta chanson de rupture préférée?
Rich par Maren Morris
J’aime les chansons de rupture qui me donne de l’espoir, que ça n’a pas fonctionné pour une bonne raison et qu’il y a quelque chose d’autre qui s’en vient.

3. Ta chanson d’amour préférée ?
More of you par Chris Stapleton, c’est tellement romantique!

4. Un.e artiste que tu aimerais que les gens connaissent davantage ?
Hailey Whitters – Elle est tellement cool, des chansons le fun avec de belles paroles.

5. Si tu pouvais écouter un seul album pour l’année à venir, ce serait lequel?
Golden Hour de Kacey Musgraves… Mais c’est aussi l’album que j’ai le plus écouté dans la dernière année haha

6. La chanson qui te rend le plus heureux ?
Dancing in the DarkBruce Springsteen. Je l’écoute avant mes spectacles et quand je chante l’hymne national au Centre Bell. Ça me met toujours de bonne humeur.

7. Un.e artiste / groupe qui t’inspire beaucoup ?
Bruce Springteen – J’aime sa carrière.. la longévité de sa carrière, ses chansons et il est tout simplement incroyable en spectacle!

8. La chanson qui t’obsède en ce moment?
En ce moment, c’est le nouveau projet de Miranda Lambert avec Jon Randall et Jack IngramIn His Arms”. C’est tellement beau – c’est une chanson live dans le désert du Texas au coucher de soleil. C’est magnifique.. Peut-être un autre choix pour ma chanson d’amour préférée du moment.

9. Une chanson que tu aimerais avoir écrite?
The House That Built MeMiranda Lambert, écrite par Allan Shamblin et Tom Douglas. Je pleure chaque fois que je l’écoute…ça me ramène à la maison de mon enfance.

10. Ta chanson (à toi en tant qu’artiste) préférée?
C’est peut être une sur l’album qui n’est pas encore sorti.. mais je ne veux pas dire le nom de la chanson alors en deuxième place, c’est peut-être “Speed Queen” puisque ça me ramène au début de ma carrière à Nashville.

Vous pourriez aussi aimer...