On vous présente : Andy St-Louis

Andy St-Louis, une comédie musicale ambulante


© La ptite Photographe

Par : Myriam Bercier

MatTv vous offre encore et toujours la chronique On vous présente, qui a pour objectif de vous présenter des artistes qui passent sous le radar de la musique populaire. Pour la quinzième chronique, on vous présente Andy St-Louis!

 

Andy St-Louis est une auteure-compositrice-interprète pianiste et flûtiste, en plus de prendre part à des comédies musicales, comme Les Nonnes de laquelle elle faisait partie l’année passée. Son amour des comédies musicales remonte plus loin encore, alors qu’elle écrit sa première comédie musicale en cinquième secondaire. C’est en devant interpréter ses chansons pour les apprendre aux autres qu’elle réalise qu’elle apprécie chanter ses propre compositions. Elle se alors lance dans la musique avec son style bien à elle qu’elle appelle le pop-cabaret-sympathique. En 2012, elle participe au Festival des Météores en France et au Festival de la francophonie de Victoria en 2013, en Colombie-Britannique. La même année, elle sort diplômée de l’École nationale de la chanson. Ensuite, on a pu la voir dans une multitude de concours, comme Caisse qu’on chante (2014), Ma première scène (2015), Fais-moi ta toune (2015) et Chante en français (2017). En février 2019, plusieurs personnes l’ont découvert lorsqu’elle a partagé une chanson dans laquelle elle cherchait un nouvel appartement : Je veux ton appartement. Cette vidéo sera partagée plus de 1000 fois et visionnée plus de 85 000 fois en quelques semaines, menant à bon port sa recherche d’appartement, comme l’a prouvé sa vidéo J’ai un appartement (AKA Tome 2).

Je veux ton appartement

ALLÔ GUYS je cherche un appart pour Juillet pis ça m'a inspirée.PS: J'ai tous mes meubles, donc je ne cherche pas une chambre (mais ouverte à avoir un/une colocataire)PPS: Si tu veux pas te taper toute la chanson, skippe à 2min. Le plus important est là.PPPS: Si tu veux m'aider à le faire circuler, commente n'importe quoi. Genre Banane, ou ton dessert préféré. Ça aide pour les "algorithmes".PPPPS: Merci à mon actuelle coloc Bianca pour les effets spéciaux à la fin.

Posted by Andy St-Louis on Monday, February 11, 2019

 

Depuis 2015, elle a fait paraître Petit bout de femme (2015), un EP numérique en 2017 et son premier album physique en 2019 : Chroniques d’un p’tit bout de femme. Son album se décline en deux temps : de sa première pièce à Derrière ta photo, on peut voir son côté plus énergique et critique, avec son énergie de comédie musicale. On y décèle également l’influence de l’énergie de musique traditionnelle qui lui vient de son emploi au Village québécois d’antan à Drummondville. Sur la deuxième partie, à partir d’interlude jusqu’à la fin, on la découvre plus douce, plus tendre, même mélancolique alors que le piano-voix prend plus de place. En spectacle, avec cet album, elle ouvre les pages de son journal intime aux spectateurs, dans lesquelles on découvrir des histoires cocasses de crise de jalousie d’ex un peu saoule (Boîte vocale), d’histoire d’amour à distance (Tu me reviendras), l’envie d’être chez soi (Rentrer chez moi) et le deuil d’un être cher (La lettre, Étoile polaire).

J’ai passé un coup de fil à Andy St-Louis ce mardi pour lui jaser de faire des spectacles à l’étranger, de sa prestation spéciale pour la fête des Pères et de la plateforme Twitch. C’est parti!

Myriam : Qu’est-ce qui t’a amené à faire de la musique?
Andy : En fait, chez la cousine de ma mère, il y avait un piano droit à Laval et quand on allait chez elle j’étais tout le temps attirée vers le piano, donc j’ai toujours aimé jouer là-dessus. Après ça, j’ai demandé à mes parents si je pouvais apprendre à jouer de ça, à ce qu’il paraît. Il paraît que c’est vraiment moi. Habituellement, c’est les parents qui disent aux enfants « tu apprends un instrument ou quelque chose » mais il paraît que j’étais bien motivée!

Myriam : Qu’est-ce qui t’inspire le plus pour créer de la musique?
Andy : Les choses qui m’entourent, le quotidien, beaucoup Walt Disney et des comédies musicales. Musicalement c’est plus ça qui m’inspire. Pour les thèmes, c’est vraiment plus des choses qui m’arrivent dans la vie.

 

Myriam : Tu décris ton style musical comme étant du pop-cabaret-sympathique. À quoi on peut s’attendre dans un spectacle de ce type-là?
Andy : Tu t’attends à de quoi de très dynamique, de très nuancé aussi parce que je me promène beaucoup. C’est comme si tu venais voir une petite comédie musicale, mais que j’étais la seule actrice. Ça se peut que ça passe de très extravagant à très intime en peu de temps donc c’est pour ça le côté pop-cabaret, à cause de la comédie musicale, mais il y a des moments aussi qui sont vraiment plus intérieurs, c’est vraiment comme une mini comédie musicale.

Myriam : Tu as fait quelques festivals à l’étranger, notamment en France et en Colombie-Britannique. Est-ce qu’il y a des grosses différences de faire des festivals ici versus en France?
Andy : C’est difficile à dire parce que ça reste qu’on est tous des humains donc je n’ai pas ressenti une très grande différence. Les Français rient beaucoup de moi, de mon accent, c’est toujours très drôle. Déjà j’aime beaucoup faire rire les gens ici, mais on dirait qu’en France, c’était vraiment plus facile, j’avais juste à dire une phrase et les gens riaient. La majeure différence, c’est que je pense que le côté sympathique des Québécois est vraiment apprécié en France. En Colombie-Britannique c’est très semblable à ici, c’est des personnes qui vivent en français en communauté, mais ça ressemble beaucoup à ce qu’on est au Québec, ça reste le même genre de public.

Myriam : Tu as gagné le prix LOJIQ de la jeune scène en février dernier. Ça t’a donné notamment une bourse de déplacement de 2000$. J’imagine que ça a foutu en l’air tes plans de voir la COVID s’installer un mois plus tard… c’était quoi tes plans avec cette bourse-là?
Andy : On était en train de discuter de qu’est-ce qu’on pourrait en faire. Justement quand la COVID est arrivée on s’est dit « bon on va attendre un p’tit peu avant de prévoir ce qu’on va faire exactement » parce que ça peut changer le tout. Ça fait longtemps que je veux aller en France, que je veux aller essayer mon matériel là-bas, alors c’est sûr que c’est pour ça, que je vais aller en France pour quelques semaines pour tester mon matériel, on veut tâter le terrain avec certains festivals ou avec des places qui pourraient me faire jouer un petit peu. C’est surtout ça qu’on aimerait, aller pointer notre nez, continuer le développement en France.

 

Myriam : Je crois avoir vu que tu as fait un spectacle spécial pour la fête des pères dans une résidence pour personnes âgées… peux-tu nous en parler plus?
Andy : En fait, c’était vraiment vraiment touchant! J’ai joué dans un genre de petit trailer en arrière d’une voiture, on se promenait de maison de retraite en maison de retraite, il y a des places que c’est des vraies maisons où il y a peut-être une quinzaine de personnes qui habitent, eux sortaient dehors sur leur pelouse et moi je jouais dehors en face d’eux, je jouais une demi-heure, après on partait, on allait voir une autre maison. Je pense qu’on a fait 11 maisons en deux jours. C’était deux après-midis complets où on se promenait de place, avec quelques bâtisses avec des appartements pour personnes âgées. C’était vraiment vraiment le fun, les gens chantaient, je sentais qu’ils étaient contents d’avoir de la musique avec eux autres, et moi ça me faisait du bien que ça faisait longtemps que j’avais pas joué devant des gens (rires).
Myriam : C’est toi qui les avais approché ou c’est eux qui sont arrivés avec ce projet-là?
Andy : C’est eux qui nous ont approché pour le projet et j’ai dit oui tout de suite!
Myriam : Dans le fond c’est l’organisation des maisons de retraite qui t’ont approchée?
Andy : Je pense que c’est la ville de La Prairie, parce que c’est à La Prairie que ça se passait. J’ai déjà fait des spectacles à La Prairie dans le passé donc ils m’aimaient déjà et je pense qu’ils trouvaient que je fitais bien avec le créneau, le style. J’ai vraiment aimé ça.

Myriam : Tu t’es mise sur la plateforme Twitch. Qu’est-ce que ça t’apporte de plus comme plateforme pour ton art?
Andy : C’est fou parce que je connaissais pas beaucoup Twitch avant, j’ai commencé à faire de la musique là-dessus en novembre. C’est vraiment une autre façon d’approcher les gens. Mon public sur Twitch est plus international, donc je parle en anglais sur la plateforme, même si j’ai des chansons en français. J’ai une liste de chanson sur la plateforme qui est liée à mon compte, les gens peuvent demander, faire des demandes spéciales, discuter avec moi, c’est tout en ligne, c’est très facile de jaser avec les gens parce que c’est en direct, tu vois le chat en direct qui est vraiment efficace et très très réactif, tu te fais une communauté, moi je bâtis vraiment une communauté en dehors du Québec, il y a quelques québécois mais pas beaucoup, c’est pas vraiment connu ici. Ça étend mes horizons et je peux jaser avec des gens de l’Écosse, des États-Unis, des gens qui sont vraiment de partout dans le monde, c’est vraiment génial.

Myriam : Qu’est-ce qui attend Andy St-Louis dans la prochaine année?
Andy : On continue de travailler. J’écris présentement donc j’essaie de peut-être concocter un prochain album pour le futur tant qu’à avoir du temps et pas avoir beaucoup de spectacles à cause de la COVID je produis différemment, je me concentre sur les spectacles en ligne, je me concentre sur l’écriture de chanson, j’essaie de développer… on va voir vers quoi s’enligne l’industrie et essayer de s’adapter à ça aussi. J’écris un peu pour d’autres personnes aussi, pour d’autres projets.

Myriam : Si tu pouvais prendre ma place de journaliste pour une question, quelle question te poserais-tu?

Andy : Si tu pouvais jouer n’importe quel personnage de comédie musicale sur Broadway, lequel serais-tu? Elder Cunningham dans le Book of Mormon. C’est un des personnages les plus drôles que j’ai eu la chance de voir dans une pièce, et avoir été un homme avec le casting de ce personnage, ça aurait été mon rôle de rêve.

 

1. Ton lecteur de musique plante sur une île déserte, tu peux seulement écouter une chanson, c’est laquelle? The Wind Scene de Chrono Trigger (pièce instrumentale au piano)

2. Ta chanson de rupture préférée?
I can’t make you love me, Bonnie Raitt

3. Ta chanson d’amour préférée ?
Quand les hommes vivront d’amourRaymond Lévesque

4. Un.e artiste que tu aimerais que les gens connaissent davantage ?
Trevor Alan Gomes. Un pianiste exceptionnel qui a fait plusieurs arrangements de bandes sonores de jeux vidéos (notamment Pokémon, Chrono Trigger, Ori and the Will of the Whisps) – les arrangements sont géniaux et l’interprétation est magnifique. C’est mon coup de cœur musical du moment.

5. Si tu pouvais écouter un seul album pour l’année à venir, ce serait lequel?
Elton John (Deluxe Edition)

6. La chanson qui te rend le plus heureux ?
I WishStevie Wonder

7. Un.e artiste / groupe qui t’inspire beaucoup ?
Patrice Michaud. C’est un humain absolument gentil, son show est génial, ses chansons sont à la fois poétiques et accessibles et sa carrière grandit à un rythme sain, auquel j’aspire.

8. La chanson qui t’obsède en ce moment?
Two Perfect Girls for Me (une vieille toune de crédits dans les émissions Pokémon, où Brock chante qu’il ne peut pas choisir entre officer Jenny et l’infirmière Joy)

9. Une chanson que tu aimerais avoir écrite?
Tenir Debout, de David Portelance.

10. Ta chanson (à toi) préférée?
Étoile Polaire (probablement? Ça change tout le temps)

Vous pourriez aussi aimer...