un magazine web axé sur la culture d’ici

#MatPlusUltra : Ghostwire Tokyo

Pour sauver son âme

© Bethesda

Par : Martial Genest

Disponible depuis le 25 mars dernier, le jeu Ghostwire Tokyo est édité par Bethesda. Il est en quelque sorte l’adaptation d’un animé fait par le studio Tango Gameworks. Ce jeu d’aventures à la première personne place le joueur dans un Tokyo peuplé par les âmes des disparus. Vous devez combattre des visiteurs fantomatiques qui tentent de récolter ces âmes, incluant celle de votre sœur.

Le jeu utilise un brouillard comme élément de restriction pour les régions à découvrir. La seule façon de faire lever cet épais nuage est de purifier l’arche du temple de la région. De plus, le temple, une fois accessible, offrira au joueur une aide pour poursuivre sa quête. Ce que vous trouverez diffère. Cela peut être un élément à contrôler ou une pièce ajoutant de la force à votre arsenal. Il y a bien sûr un arc et des flèches, mais votre arme principale sera le contrôle des éléments. Le tout premier sera l’air, puis d’autres seront ajoutés à votre panoplie. Puisqu’il n’existe pas de vendeur de munitions d’air, il faudra trouver les objets teintés et les détruire pour en obtenir l’énergie.

Pour ce qui est des créatures vivantes, il semble que vous soyez le seul humain encore présent. Il y a certains animaux tels que les chats et les chiens qui peuvent vous aider. Les chats sont présents comme simples animaux domestiques mais aussi comme marchands. Ghostwire Tokyo est un autre jeu dans lequel la guérison passe par l’estomac. Pas de trousse de premiers soins, mais beaucoup de victuailles.

Côté visuel, le jeu est modeste, le détail est moyen, pour un jeu fait pour la nouvelle génération de consoles. Quoique le jeu soit disponible sur PC, côté console, il est présentement en exclusivité pour un an sur la Playstation 5. Un jeu divertissant et même un peu plus pour les amateurs d’animé. Pour les fins d’évaluation, le jeu fut testé sur la PS5.

Note 6.5/10

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email