Entrevue : Marie-Mai sans limite

 En un mot : Liberté

Carl Coghlan-Goyette/Kharles studio

©Carl Coghlan-Goyette/MatTv.ca

Par Isabelle Roy

Lundi le 12 mai dernier en après-midi, c’est bien installée sur la coquette petite terrasse de la cinémathèque et ce, quelques heures avant une rencontre exclusive entre Marie-Mai et quelques fans (gagnants de concours) organisée dans le cadre de la sortie de son 5e album intitulé « M », que notre équipe de Mattv.ca a répondu à la belle invitation du « TEAM » Marie-Mai. Mon collègue photographe Carl Coghlan-Goyette et moi-même avions la chance de discuter en toute intimité avec la chanteuse. Une rencontre ensoleillée auprès d’une jeune femme modèle, spontanée, généreuse et accessible.

Lors d’une journée de sortie d’album, en occurrence un lancement tant attendu, c’est un emploi du temps bien rempli et structuré à la loupe qui attend l’artiste et son entourage. Elle débute très tôt et se termine tard. La préparation, la rencontre des médias, le temps consacré aux fans, l’événement en tant que tel, tout est synchronisé et exploité au meilleur de l’interprète. À mon avis, quelqu’un devrait inventer un prêt-à-porter chic et « cocooning » du même coup! Ainsi que des talons hauts assortis et conçus par « cottonelle » Car je vous le dit ; oui, c’est le plus beau métier du monde, mais vous devez être préparé à une dose d’amour, de critique et d’une possibilité de fatigue et courbature qui seront vite oubliées à la suite de cette adrénaline!

En ce qui concerne Marie-Mai, trois mois ce sont rapidement écoulés avant ce lundi haut en émotions. La chanteuse nous confie qu’elle a passé la journée sur les réseaux sociaux, tel que Twitter (http://twitter.com/MarieMaiReal) à regarder défiler les différents commentaires de ces fans qui pendant leurs pauses de dîner à l’école, prennent le temps de lui écrire qu’ils ont hâte à ce soir pour se procurer le nouvel album, et c’est promis! Alors oui, elle va bien, elle est fébrile, prête, en beauté, elle profitera et vivra pleinement ce moment au maximum comme elle sait si bien le faire. Tout ça, pour ces fans!

Carl Coghlan-Goyette/Kharles studio

Et c’est peu dire pour ses fans, car elle se livre à eux. Je dirais même plus, elle se « garoche » littéralement vers cet amour qu’elle mérite amplement. Passer en moyenne près de deux heures à la suite de chacune de ces représentations, pour les rencontrer, savoir qui ils sont, être présente, signer des autographes, les écouter, sourire et ce, tout en leur procurant le plus de bonheur possible. Ce n’est pas donner à tout le monde d’ouvrir sa porte ainsi. Chapeau! Savoir que ces admirateurs la suivent toujours, qu’ils ont accepté le changement et embarquent dans ses différents projets allumés et un peu fous à la fois la rend reconnaissante. Elle a hâte de partager l’album avec les gens.

M est un album surprise qui ne devait pas voir le jour, explique Marie-Mai qui avait déjà sorti deux albums en aussi peu  de temps qu’une année et demie. « Nous nous sommes dits : on va écrire deux ou trois chansons et nous en avons fait 20! Ce sont nos préférées qui se retrouvent sur cet album. On ne s’est jamais assis pour dire « on fait un album et un jour il était terminé ». Il a été écrit un peu partout, en tournée, dans la Van, dans une chambre d’hôtel, sur le coin d’une table, quand l’inspiration était présente, aucune remise en question, pas de formule, de cadre, de fils conducteur, de plan. On ne se réveillait pas le matin pour aller en studio et c’est probablement ce qui en résulte une belle spontanéité.

«Ce qui est important sur cet album, c’est qu’il passe d’un style à un autre. Pas d’homogénéité, je voulais un album varié et électrique, qui passe par des chansons magistrales avec des orchestres, des chansons déchirantes, des chansons qui nous donnent juste le goût de danser ou  de réfléchir par moment. J’ai été au bout de chacune de mes idées. Je voulais un éventail complet.» C’est ce qui le fait ressortir. Cette façon de faire lui appartient et lui permet de créer des personnages à travers les chansons. Par exemple : Le nouvel extrait Conscience, combat le bien et le mal, c’est l’ange et le démon. Elle joue une « BAD GIRL » en s’amusant dans cet univers.

Carl Coghlan-Goyette/Kharles studio

« Je me suis mis comme mission de faire vivre des émotions aux gens! » L’album M est différent des autres albums. Miroir était introspectif et personnel. Mais maintenant « C’est comme si j’avais tourné le miroir de bord et l’avais projeté vers les autres » M est l’opposé. Il raconte et inspire des histoires que la chanteuse a aperçu autour d’elle, de d’autres personnes, des amis, des gens, ce qui le rend d’avantage unique.

Nous avons fait une belle découverte qui se retrouve sur cette compilation. Si vous avez la chance d’entendre l’extrait en duo : Ne m’écoute pas, (S.v.p. écoutez !!) vous aimerez à coup sûr! C’est une chanson d’été au Féminin car elle rejoint les femmes. Une part de séduction et de complexité, un combat de dualité entre les deux.« Une femme c’est compliqué, nous voulons de l’attention, quelques fois nous disons des choses que nous ne pensons pas, on veut se faire dire qu’on nous aime ». « On » exclu la personne qui parle car Marie-Mai n’est pas ce genre de femme. Elle est plutôt indépendante et n’est pas aussi extravertie et explosive dans la vie de tous les jours. De plus, dans ce duo, une chaleur se dégage grâce à cet interprète qui émerge dans le milieu Hip-Hop à Montréal. Boogat (Daniel Russo Garrido) qui, avec Marie-Mai a débuté sa collaboration au Gala de l’ADISQ 2013. Une idée de génie pour créer un duo endiablé.

L’ADISQ cherchait à offrir quelque chose de surprenant, d’improbable. Résultat : un mélange qui implique des hits de Boogat Unico & Cobra de Marie-Mai « Ça a créé un buzz! » C’est donc à la suite de ce succès qu’ils ont décidé de s’associer et produire leur propre duo. Marie-Mai explique que c’est à la première répétition pour le Gala, lorsque les deux personnalités et univers musicaux se sont côtoyés, qu’elle a su que ça fonctionnerait. Quelques fois c’est différent musicalement et personnellement entre deux artistes et ils auraient pu ne pas connecter.« Boogat est adorable, créatif, artistique, généreux de sa personne et de ces idées, c’est un charme et notre nouvel extrait est l’un de mes préférés sur l’album »

Carl Coghlan-Goyette/Kharles studio

Nous avons demandé à Marie-Mai pour cet album, si elle avait la chance demain matin de partir et se produire, n’importe où sur la planète, quel serait cet endroit ?

« Hooo… je n’ai pas le choix de te dire l’Europe et je t’explique. Ca fait des années que je vais en France et que je fais de petites incursions. Mais je n’ai pas sorti d’album là-bas depuis 2006 pour Inoxydable. J’ai fait la première partie de Garou. Je m’étais fait un public et je n’ai pas eu la chance d’y retourner. Des projets, ici et là, des allers-retours, mais jamais par la suite ressorti d’album en Europe. Mes fans français sont patients et ils demeurent fidèles, ils ne m’ont jamais lâché ! Donc je m’y produirais avec mes fans de la première heure »

Et si tu avais l’opportunité de faire un nouveau duo. Quel artiste, quelqu’il soit t’accompagnerait ?

« Je dirais, un duo improbable… Freddie Mercury car il n’est plus. C’est mon chanteur modèle. J’ai grandi avec sa musique, avec Queen. J’ai appris beaucoup avec sa musique sur scène. Comment bouger, comment être un « Performer », comment prendre place sur les planches. Par contre, s’il s’agissait d’une femme et qui pourrait être d’avantage probable, ce serait Pink ou encore Gwen Stephanie. Toute deux ont de la personnalité, du style bien à elles et de la voix.

Est-ce que tu as eu la chance de les rencontrer ?

« Non, mais je les ai vues en spectacle et s’il était possible de faire un duo avec Pink je pourrais me transformer en gymnaste car elle est toujours dans les airs! »

 

En terminant, Marie-Mai avait un message à nous transmettre

Carl Coghlan-Goyette/Kharles studio

« Le message le plus important que j’aimerais partager avec vous hey bien… la musique pour moi ce n’est pas une tendance, ce n’est pas un courant, ce n’est pas quelque chose qui est à la mode. Pour moi, la musique c’est une émotion. Que ce soit lorsque j’écoute une chanson Pop, Rock ou une balade, elle me fait vibrer d’une certaine façon. C’est ainsi depuis que je suis jeune, même avant de comprendre ce qu’était la musique. Ça venait me chercher, ça me faisait pleurer. J’écoutais Je voudrais voir la mer de Michel Rivard et je ne comprenais pas pourquoi je pleurais. Ce sont mes parents qui m’ont expliqué que la musique véhiculait des émotions. »

Et les parents de Marie-Mai ont raison, car grâce à la musique nous nous sentons vivants! Merci à une artiste rafraîchissante, inspirante et passionnée. Son nouvel album « M » nous permet de découvrir encore une fois cette femme. Un album rassembleur et émotif. Nous lui souhaitons que du bonheur dans ces projets et ambitions. Bonne écoute ! Pour toutes les informations sur Marie-Mai, cliquez sur ici

Crédit Photo: ©Carl Coghlan-Goyette/MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...