Mado Lamotte en toute intimité

Qui se cache derrière le personnage ?

IMG_7871

©Jihef Portelance/MatTv.ca

Par Jean-Baptiste Henry

En toute intimité Mado me reçoit dans sa loge tout aussi extravagante que le personnage que nous connaissons tous. Devant moi, c’est Luc Provost qui est là en train de se transformer pour le spectacle du soir. Un calme ambiant règne dans la pièce en comparaison du public qui s’agite dans le cabaret. Tout un autre monde, l’entrevue commence…

 

Comment  as-tu vu évoluer la communauté en 30 ans ?

Elle a évolué comme jamais ! Quand on commence à sortir et que tout est interdit et qu’on est pointé du doigt, on ne s’imagine pas dans 30 ans que deux hommes pourront se marier. C’était une chose impensable qui existait déjà dans des pays progressistes comme la Suède. Je pense que cette évolution est due à la mondialisation d’un certain modèle de société propagé à l’aide d’internet. C’est le fait aussi que chaque nouvelle génération s’ouvre plus face aux progrès. Finalement ces avancés pour la communauté gay sont aussi observables pour la cause des femmes, les minorités en tous genres.

 

Vois-tu ton personnage comme emblématique ?

IMG_7875 (1)Non je ne veux pas! Je suis l’emblème de rien. Je suis un comédien qui joue un personnage. Je n’ai pas envie d’avoir l’étiquette de porte-parole de quoi que ce soit! Je suis conscient que des jeunes se sont avoués gay en me voyant. Quand j’étais plus jeune mes modèles étaient des personnes de théâtre de Michel Tremblay pour le langage de ses textes. J’ai vu évoluer le travail de drag-queen, avant c’était simplement des gars qui enfilaient des robes mais maintenant il y a un talent derrière ça. La vie de la drag-queen est vraiment rendue professionnelle. Pour percer, il faut être le plus vrai possible.

 

Que conseillerais-tu aux jeunes ?

N’ayez pas peur d’être différent! Ce n’est pas d’être gay qui fait ta différence mais ta personnalité. Il ne suffit pas de se fondre dans un moule. Je vois trop de jeunes et de nouvelles drag-queens qui veulent ressembler à tout le monde car c’est sécuritaire. J’ai joué ma carte de la différence en misant sur la comédie et l’excentricité. J’ai toujours été à part de tout le monde, j’ai réussi à me détacher pour me faire mes propres armes. Soyons unique, nous serons plus heureux que si on copie les autres!

 

Quel est le secret de la longévité du cabaret ?

IMG_7869

Y’a deux raisons! Je me renouvelle constamment ; il y a des nouvelles soirées, on s’asseoit jamais sur nos succès. On amène de nouveaux concepts, nouvelles drag-queens… La deuxième raison est que nous n’avons pas un public fidèle. C’est tous les types de clientèles qui viennent voir un produit en constante évolution.

 

Quel est ton secret pour te maintenir en forme ?

En fait c’est la discipline ! Je fais beaucoup moins le party afin de me concentrer sur mon travail. Avec l’âge je me suis rendu compte où je voulais mettre mes priorités. Maintenant, j’élimine le stress de vouloir être partout et de faire plaisir à tous. Le personnage de Mado c’est toute ma vie et je n’ai pas envie de gâcher ça.

 

Que peut-on te souhaiter pour les 30 prochaines années ?

IMG_7854

Des vacances 6 mois par année, un clone… De continuer de faire Mado mais surtout d’être encore épanouie. Je souhaite être encore passionnée par mon métier, car je n’aime pas la routine.

Derrière le personnage haut en couleur se cache un être calme. Comme quoi amis lecteurs ne nous fions pas aux apparences !

Crédit photo: ©Jihef Portelance/MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...