#MpourMTL16 : Kroy, Fjord et Ghostly Kisses

Là où les airs mélancoliques se sont mariés à l’électronique

mpourmtl-003

©Mélodie Guay/MatTv.ca

par Mélissa Thibodeau

Après une soirée haute en énergie et aux rythmes chauds et endiablés jeudi soir, je me faisais envelopper dans une toute autre atmosphère vendredi soir au Newspeak, une salle de spectacle du centre-ville qui, avec ses airs industriels, était tout à fait adaptée pour la soirée qui nous attendait. M pour Montréal avait réuni pour l’occasion trois des meilleurs projets électro-pop du Québec : Kroy, Fjord et Ghostly Kisses. La soirée était gratuite pour le public qui s’était rassemblé en bien grand nombre.

Ghostly Kisses

La soirée a débuté doucement avec Ghostly Kisses, un ensemble dream pop électro formé dans la ville de Québec en 2015 par Margaux Sauvé (voix, composition et violon) et de Dragos Chiriac (réalisation, composition, mixage et matriçage). Ce dernier fait également partie de la formation indie-dance Men I Trust.

Leur premier extrait Never Know lancé en mai 2015, s’était placé dans le top 10 des chansons les plus virales du mois de juin pour Spotify. Depuis, le groupe continue de connaître du succès sur cette plateforme.

Le groupe nous plonge dans un univers mélancolique où instruments organiques et arrangements électroniques sont bien fusionnés, soutenant à merveille une poésie triste interprétée par une Margaux à la voix qui semble venir tout droit du ciel. Une voix qui apaise autant qu’elle donne la chair de poule.

Ghostly Kisses libérera un premier EP au début de 2017. En attendant, on nous a offert cette Empty Note. À suivre…

Fjord

On poursuit dans cette lancée électro-pop nordique. Fjord rassemble deux musiciens de Québec : Thomas Casault (voix) et Louis-Étienne Santais (synthés). Ce projet est le résultat d’une longue amitié qui avait justement été initiée par la musique. Le groupe connaît présentement un succès fou sur la plateforme Spotify, alors qu’il soulignait le 31 octobre dernier 5 millions de « streams » pour leur EP Textures paru en septembre dernier.

mpourmtl-004

Les paroles de Fjord chantent l’ambiguïté de certaines relations amoureuses. D’une voix sensuelle et langoureuse, Thomas Casault chante l’amour, le désir, la perte et les non-dits sur des lignes de claviers froids rappelant un paysage de l’automne avant l’hiver. Intense, mais accrocheur. L’un des plus beaux projets du genre ces temps-ci.

Kroy

La soirée se déroule à une vitesse incroyable. Nous voilà arrivés à la dernière prestation de la soirée avec Kroy, le projet solo de Camille Poliquin (Milk & Bone). Cette dernière est sur une bonne lancée depuis la parution de son premier long jeu, Scavenger, en septembre dernier. Un album fort, chargé d’émotions, mariant à la fois l’énergie de la pop et la transe du trip hop.

mpourmtl-008

Comme indiqué plus tôt, ils étaient plusieurs à se rassembler devant la scène au point où je pouvais à peine voir la jeune vamp en pleine performance, malgré mes efforts. Cela étant dit, la mise en scène est simple, question de ne pas distraire le public de la musique. Bien que j’aurais aimé voir les musiciens à l’oeuvre sur une multitude de claviers synthés et de drum machines, le grandiose de la musique était tout autant appréciable.

Cela m’a toutefois donné l’occasion de voir comment le public réagissait à l’expérience « Kroy ». Alors que la jeune musicienne livrait les chansons de Scavenger accompagnée de deux musiciens, les gens étaient attentifs. Plusieurs connaissaient les paroles et on pouvait le lire sur leurs lèvres.

De par sa musique, elle a créé un univers romantique mais sombre, donnant images aux amours meurtris, à la solitude et aux relations impossibles. Bien que le format vitrine ne laisse pas beaucoup de place aux échanges avec le public et que les chansons s’enchaînent rapidement, dans ce cas-ci, cela nous a permis de se laisser à la transe sans interruption. La performance était authentique, envoûtante et on a déjà hâte à la prochaine.

Le futur de Kroy s’annonce chargé. Son prochain spectacle à Montréal est prévu le 2 mars prochain au Théâtre Fairmount, dans le Mile-End.

Texte révisé par : Marie-Eve Brisebois

Vous pourriez aussi aimer...