L’Impact écrit une page de son histoire

Porter de miracle

_MG_4745

 ©Dominique Bernier/MatTv.ca

Par  Loïc Lepage

Coup de théâtre et suspense étaient au rendez-vous, mardi soir dernier, pour l’Impact de Montréal face au club mexicain de Pachuca. Il se qualifie donc pour les demi-finales de la Ligue des Champions en arrachant le nul dans les dernières secondes du match dans un Stade Olympique en pleine euphorie.

Malgré une ambiance électrique et un stade situé à 2400 mètres d’altitude, l’Impact avait déjà réalisé un résultat historique 2 à 2, lors du match aller à Pachuca le 24 février dernier. Il suffisait d’un score nul 0-0 ou 1-1, sinon d’une victoire pour passer au tour suivant. Néanmoins, seulement la moitié du chemin était fait. Il restait encore une confrontation où tout pouvait basculer, d’un coté comme de l’autre.

_MG_6894

L’engouement autour du match a atteint son paroxysme ce mardi, avec plus de 38000 spectateurs présents au stade. Et alors que tout semblait fini, avec un score de 0-1 en faveur de Pachuca, ce que les titulaires de l’Impact n’ont pas réussi à faire pendant 90 minutes, les remplaçants vont le réaliser durant les 4 minutes de temps supplémentaire.

Jolie récupération signée Mallace, qui avance balle aux pieds, lève la tête, et transmet un long ballon dans la profondeur pour son ailier. Porter, qui contrôle de la poitrine, entre dans la surface et ajuste le gardien d’un ballon entre les jambes. Et là, comme un seul homme, le stade exulte, et acclame son équipe, ses champions. L’Impact vient de renverser une situation qui semblait perdue. « Quand j’ai vu le ballon venir dans ma direction, j’ai pensé à toutes les séquences d’entraînement et aux vétérans qui répètent qu’il ne faut pas être tendu, d’être prêt quand l’occasion se présente et de la saisir », explique Cameron Porter. Lui, qui était un choix de troisième tour au dernier repêchage de la Major Ligue Soccer (MLS) et qui a dû se battre au camp pour obtenir son contrat.

_MG_7307

Pourtant, tout n’a pas été rose pour le Bleu-Blanc-Noir. Quelques minutes plus tôt, un tir de pénalité a été accordé à l’équipe Visiteur. Sur une nouvelle offensive mexicaine, Ciman accroche son vis-à-vis et le pire se produit. Le duel entre Bush et Cano tourne en faveur de l’attaquant. L’avantage psychologique, acquis par le gardien lors d’un précédent face-à-face où il avait sauvé son équipe d’une parade improbable, n’aura pas suffi.

Chez les supporters, la pression est là, le doute aussi. « C’est toujours compliqué cette compétition, on manque d’expérience et les décisions arbitrales sont souvent contre notre équipe!!!», nous rapporte ce partisan avant le match. Prémonition ou juste coïncidence? Tout aurait pu se jouer sur une décision arbitrale. Sévère pour les uns, juste pour les autres. Cette pénalité, sifflée alors qu’il restait un peu plus de 10 minutes à jouer, aurait pu être un coup fatal, infligé à la troupe de Frank Klopas. « C’est de la merde. Je n’ai pas vu la reprise, mais je n’ai pas trop envie d’en parler. Vous savez, chaque fois que l’on joue contre une formation mexicaine ou étrangère en CONCACAF, on a l’impression qu’il y a beaucoup de décisions difficiles. Mais, c’est le football et on ne peut rien y faire avec l’arbitrage […] S’il arrive à dormir comme ça le soir, c’est son problème » pour Bakary Soumaré,qui ne mâche pas ses mots.

20140723-RBO-0001

L’Impact de Montréal était déjà passé tout près des demi-finales de Ligue des Champions de la CONCACAF en 2008 (2-0; 5-2) contre l’équipe mexicaine, Santos Laguna. Ils [Les joueurs] avaient complètement lâché le match dans les derniers instants, alors que le score était à leur avantage, et avaient encaissé 2 buts. Cette fois, ils ont réalisé l’exploit de se qualifier, pour une première fois historique dans le dernier carré de la compétition, à un match de la finale. Leur adversaire sera le vainqueur de la confrontation D.C. United contre Alajuelense, 5-2 à l’aller pour la formation costaricaine. Les demi-finales se dérouleront entre le 17 mars et le 9 avril. Le premier match aura lieu au Stade Olymique. En attendant, l’équipe de Montréal se déplacera à Washington pour affronter le D.C. United au RFK Stadium samedi le 7 mars.

Crédit photo: ©Dominique Bernier/MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...