un magazine web axé sur la culture d’ici

Les horizons nouveaux de Richard Séguin

Une nouvelle offrante avant de prendre la route

IMG_0826

Crédit photo ©Beatrice Flynn

Par : Mélissa Thibodeau

L’Astral était bondé et applaudissait d’un enthousiasme éclatant mardi soir l’auteur-compositeur-interprète Richard Séguin qui présentait Les horizons nouveaux. Ce dernier en a profité pour y présenter quelques extraits qui démontrent que 45 années de carrière ne lui auront pas ralenti le souffle. Son 14e album en carrière est le reflet de ce que l’on a toujours connu de Séguin : un poète folk engagé et près de son monde.

Cet album de « région », pour reprendre les mots de l’artiste, a été réalisé par Hugo Perreault et offre 11 titres dont Séguin signe tous les textes sauf Les vents contraires de son ami de longue date, l’auteur Marc Chabot et Dans le désir du monde du poète Pierre Morency. Il y chante la liberté, la route et le voyage, et dénonce toujours des injustices de ce monde. Il a fait appel aux voix de David Lavergne, du groupe indie-folk trifluvien Bears of Legend ainsi que celles de Vincent Vallières et de Patrice MichaudLe dernier album de Séguin, Appalaches, datait de 2011.

À l’occasion de ce lancement, il était accompagné des guitaristes Hugo Perreault (également réalisateur de l’album), Simon Godin, qui a collaboré aux arrangements ainsi que de Myëlle au violoncelle. Tous accompagnaient également Séguin de leur voix.

Ses descendants artistiques Vincent Vallières et Patrice Michaud se sont joints à eux pour la dernière Roadie, qui rend hommage à ces artisans qui travaillent dans l’ombre. Séguin a raconté cette anecdote qui a eu lieu lors d’une de ses tournées en France. Il avait alors remarqué une certaine hiérarchie entre les artistes et les techniciens de scène alors qu’il était habitué à une toute autre dynamique où tout le monde peut donner son avis.

Tant qu’y en a se veut une critique de la surconsommation de nos ressources naturelles. Il dénonce ceux qui refusent de voir la gravité de la situation, qui vivent dans le déni : « Tu peux garder ta naïveté et ton urgence, on s’en balance. » Au bord du temps me semble une réflexion sensée sur la crise des réfugiés. Il a également interprété Le manteau qui parle de prendre la route et des surprises qu’elle réserve. Il s’agit du premier extrait de ce nouvel album.

Parlant de route, cet album est un bon prétexte pour partir en tournée. Tournée qui débutera d’ailleurs le 16 septembre à Saint-Eustache. Il sera de retour à Montréal pour deux spectacles complets au début novembre. Pour une liste complète des spectacles à venir, il faut se rendre à www.richardseguin.com.

Les horizons nouveaux est en vente dès aujourd’hui.

Texte révisé par : Annie Simard

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email