Les nouveautés à voir et entendre

Avril se défile mais nous laisse de belles mélodies

© Tourisme Montréal

Par:

Cette semaine met fin à avril qui nous a comblé par son printemps tardif. En signe d’espoir, il y a eu la chaleur, la fonte des neiges, un avant-goût d’été et, surtout, de la bonne musique à entendre. Beaucoup de diversité pour tous les goûts. Personne n’est privé!

Cette semaine ne fait pas exception. Voici quelques nouvelles suggestions.

Bonne semaine!

BEYRIES

© Beyries – Officiel

Lors d’un événement en ligne animé par la journaliste québécoise Nathalie Lesage, établie en France depuis plusieurs années, et présenté par le Centre culturel canadien, BEYRIES a dévoilé un vidéoclip pour la chanson Nous sommes. Mettant en vedette l’autrice-compositrice-interprète montréalaise, celui-ci a été conçu par la réalisatrice française Raphaëlle Chovin et le comédien québécois Maxime Le Flaguais. À l’instar des paroles de la pièce, écrites par Le Flaguais, la nature occupe une place centrale dans le clip. BEYRIES, à l’image d’une cavalière, y parcourt de vastes champs enneigés et des forêts, entre montagnes et rivières.

Dans ce clip, nous assistons au cheminement solitaire d’un personnage éprouvé par de dures épreuves, explique Raphaëlle Chovin. Cependant, j’ai voulu souligner que même dans la solitude, nous sommes toujours liés aux autres et nous n’oublions jamais nos racines, notre histoire et nos luttes.

Récemment entendue dans la série District 31, Nous sommes est tirée de Encounter, le deuxième album de BEYRIES paru en novembre dernier. Seule chanson francophone figurant sur celui-ci, Nous sommes est la troisième collaboration de BEYRIES et Maxime Le Flaguais. Le Flaguais a également écrit le texte des chansons J’aurai cent ans et Au-delà des mots. BEYRIES a composé la musique de Nous sommes avec Pierre-Philippe Côté, alias Pilou.

Après avoir vendu plus de 2000 billets pour son concert virtuel Carte blanche colorée à la Place des Arts diffusé en janvier, BEYRIES a récemment repris la route pour présenter sur scène son nouvel album au public québécois. Accompagnée de trois musiciens, elle se produira entre autres à Sherbrooke et à Brossard dans les prochaines semaines. Visitez le beyriesmusic.com pour plus de détails.

Le mois dernier, BEYRIES a fait paraître sa touchante reprise de To Love Somebody des Bee Gees. Elle fût jouée dans un épisode de la série américaine Grey’s Anatomy. Au lendemain de la diffusion de l’épisode, la chanson se retrouvait au sommet du palmarès des ventes de chansons sur iTunes Canada et de celui des Chansons les plus populaires maintenant sur TuneFind.

Pat Groulx et Les bas blancs

© Pat Groulx et les bas Blancs
Pat Groulx & Les bas blancs nous présentent Besoin de rien, un troisième extrait de leur album éponyme qui est simplement parfait pour s’imaginer en cavale vers la Louisiane, à fond de train, à grands coups de solos, de banjo et de violons effrénés. Du bluegrass qui déménage : c’est la signature de Pat Groulx & Les bas blancs à son meilleur.
Énergique et entraînant
L’album Besoin de rien est un cri du cœur dont la majorité des pièces a été écrite dans la dernière année. Retrouver la liberté, s’évader; autant de choses qui ont cruellement manqué dans les derniers mois. Forcé à une période d’introspection pendant la pandémie, Patrick Groulx a écrit ces chansons tout naturellement et l’idée de faire un nouvel album s’est imposée. Entouré de ses fidèles acolytes Sébastien Daigle et Grégoire Painchaud, Patrick Groulx est revenu à la musique dix ans après la sortie de La suite. C’est ainsi que sur Besoin de rien, on retrouve tout ce qui a fait la renommée du groupe : violon virtuose, banjo découpé, guitare acoustique pimpante sans oublier des solos habiles et bien placés. Sur un rythme à vive allure, Pat Groulx nous raconte sa fuite dans une langue bien ficelée, et c’est sans surprise qu’on a vite envie d’entonner le refrain à notre tour. La chanson et l’album sont disponibles sur toutes les plateformes numériques.
Bientôt un vidéoclip
Patrick Groulx sortira prochainement un vidéoclip pour la touchante pièce Les cascades, qui figure également sur l’album. Cette magnifique balade raconte sa séparation avec la mère de ses enfants et a été mise en image par le réalisateur Rafaël Ouellet, un complice de longue date. Le chanteur participera également du 18 au 20 juin à un spectacle virtuel Live dans ton salon où il reprendra les chansons du dernier album ainsi que ses plus grands succès. Autrement, Patrick Groulx a enfin repris la route pour son quatrième spectacle solo, GROULX, présenté en salle.
Les Fils du Facteur
© Les Fils du Facteur

Les Fils du Facteur donnent dans la chanson française, mais suisse. Dans une bulle suspendue aux frontières de la pop électro intimiste de Billie Eilish, du rap provocateur d’Orelsan et de la pop funky de Parcels auxquels on aurait accolé l’irrésistible mélancolie de la bossa nova, ils proposent l’intentionnelle rencontre de la tradition et du futurisme. Forts d’élogieux comparatifs dont la présence improbable intrigue dans son énonciation, ces chansonniers des temps nouveaux — qu’on a notamment pu voir au Québec sur les planches du Club Soda en première partie de Bleu Jeans Bleu, dans le cadre de l’édition 2019 de Coup de cœur francophone — font le pari de jouer comme ils l’entendent.

© Jusqu’ici ça va – Les Fils du Facteur

Ici intervient le bien ficelé Jusqu’ici ça va. De la lumineuse Ostende qui invite à l’évasion douce jusqu’à l’émouvante Des cendresLes Fils du Facteur portent, sans compromis, leur vérité. C’est un périple truffé de perles. Sur Asphyxie, où se cache au détour d’une strophe le titre de l’album, le groupe s’interroge sur son époque au fil des constats qui s’imposent. Sur Hier encore, le féminin et le masculin s’entrelacent tandis que la chanteuse Claire Passard prête sa voix au propos et que s’élève la bossa délicate d’un amour perdu. Avec Danser sous la pluie, contagieuse de groove, le coup se veut encore plus franc.

Sur douze plages à embrasser les mots, pour leur justesse, leur éclat, leur précision, les musiciens Émilien Colin (accordéon et keytar), Sacha Maffli (guitare et chant), Antoine Passard (percussions) et Olivier Raffin (claviers) proposent un nouvel album qui promet de rester imprimé quelque part en nous, au croisement de la raison et de l’émotion.
Frede

© Frede – Nicolas Beauchemin

À l’occasion du jour de la Terre, la chanteuse FREDE révèle son tout premier vidéoclip intitulé Le monde. Cette composition originale aborde le désir de s’unir pour prendre soin de la planète. Le monde est disponible en version audio sur toutes les plateformes depuis le 26 mars.

Ce vidéoclip porte le message de l’auteure-compositrice-interprète de 23 ans.

« En composant la chanson Le monde, l’équipe des Disques Now et moi voulions raconter l’histoire d’amour entre notre génération et la planète », raconte Frede. Ensemble, ils mettent des mots et une mélodie sur cet enjeu actuel. « J’étais interpellée par le sentiment d’impuissance face à une planète déjà très abîmée et l’espoir de travailler conjointement pour le bien-être de celle-ci », ajoute l’artiste.

La chanteuse centricoise est soutenue par la MRC Drummond qui a participé au financement du vidéoclip. Frede tient d’ailleurs à remercier chaudement les membres du conseil. Merci également à Nicolas Beauchemin (réalisation et montage), Nikolay Yovchev (direction des opérations photo) et Pop Underwear (tenue pour la projection).

Charlotte Cardin

© Charlotte Cardin
Après deux EP certifiés or Big Boy (2016) et Main Girl (2017), tous deux salués par la critique et chéris par un public aux quatre coins du monde, Charlotte Cardin a lancé Phoenix, son tout premier album. L’auteure-compositrice-interprète qui cumule plus de 149 millions d’écoutes en carrière a dévoilé mondialement treize chansons créées sans compromis ni censure, le fruit d’un important travail de création. Avec Phoenix, Charlotte Cardin laisse libre cours à son instinct, parcourant avec abandon les territoires parfois accidentés de la vie et du cœur, le tout avec la voix unique qu’on lui connaît.

Co-écrit et réalisé avec les fidèles Jason Brando et Marc-AndréGilbert (MAG), le nouveau matériel de l’artiste très convoitée prend naissance au plus profond d’elle-même, de ses plus grandes passions, des blessures douloureuses, des désillusions percutantes et des victoires de la vie. C’est sur différents genres musicaux que Charlotte Cardin aborde le tout en pigeant dans diverses influences—pop, soul, électro, jazz—, osant un mélange d’une grande beauté.

Article révisé par : Marie-France Boisvert

Vous pourriez aussi aimer...