Les nouveautés à voir et entendre

Doux printemps quand reviendras tu?

© Montreal Blog

Par:  

Après ce long congé, je croise les doigts, nous pourrons, qui sais, entendre les nouveautés musicales directement à l’extérieur à profiter du soleil. On le mérite tous pleinement. Sentir cette c haleur parcourir tout notre être et nous ressourcer à la fois. Tout comme la musique que je vous présente cette semaine. Elle saura vibrer fort en vous.

Bonne semaine

Elliot Maginot

© Elliot Maginot – Holy Father

Avec le printemps nous arrive Holy Father, un avant-goût du troisième album d’Elliot Maginot, Easy Morning, à paraître en mai. Sur cette pièce comme sur l’offrande à venir, l’auteur-compositeur-interprète opère un virage acoustique porté par une instrumentation variée et des orchestrations riches en textures.

Composé lors d’une retraite de création, ce premier extrait conjugue intériorité et intensité. Vibrante confession, la chanson Holy Father mélange dans son creuset mélodie pop, influences classiques et sonorités ouest-africaines. Les cordes virevoltantes, arrangées par Antoine Gratton, dialoguent avec les percussions galopantes d’Élage Diouf et les flûtes aériennes dans un envoûtant crescendo.

« En discutant avec des gens de ma génération, je me suis rendu compte que nous en arrivions au même constat quand il est question de la relation au père et de la volonté d’éviter de reproduire certains patterns », explique l’artiste.

La pièce Holy Father est coréalisée par Elliot Maginot et Connor Seidel.

Apashe

© Apashe

Apashe est un habitué des vidéoclips à grands déploiements. Le producteur de musique électronique propose un visuel impeccable, une trame narrative à couper le souffle et une production d’une rare qualité. Ses vidéoclips cumulent toujours des dizaines de millions de vues. Apashe nous présente une vidéo pour le titre Lord And Master extrait de son titanesque album Renaissance  (album qui compte à ce jour au-delà de 65 000 000 d’écoutes sur les plateformes numériques).

Ce véritable bijoux visuel signé à la réalisation par son fidèle complice Adrian Villagomez met en scène la désillusion et le rêve déchu d’une danseuse étoile.

« Le clip met de l’avant une jeune et talentueuse danseuse prodige, sur le point de devenir une star. Au cours de la répétition de sa première grande apparition publique, elle réalise brusquement que ce qui devait être une magnifique performance artistique magnifique n’est en fait qu’une énorme production lucrative qui donne la priorité au profit sur l’art. Une production sans égard pour la jeune étoile, qui comprends alors la vraie nature de l’industrie dans laquelle elle souhaitait prendre place.

Elle décide alors de s’y opposer, espérant faire la différence dans un monde où l’art est un produit contrôlé par d’immenses forces inhumaines. » explique Apashe

Sophia Bel

© Sophia Bel – Officielle

Sophia Bel présente le mini-album de remixes No More – Extended Flavour Pack. Celui-ci voit le jour quelques mois après la sortie de Princess of the Dead, Vol. II, sa première offrande via Bonsound. Lancé en novembre 2020, cet EP a permis à la chanteuse et productrice montréalaise de s’affirmer et d’explorer un éventail encore plus large de styles et de genres à travers un regard nostalgique. Inauguré avec l’hymne au ghosting You’re Not Real You’re Just A Ghost et la chanson kaléidoscopique Voyage Astral, Princess of the Dead, Vol. II s’est hissé en deuxième position du palmarès earshot. C’est avec plaisir que Bonsound profite de l’occasion pour annoncer que Sophia Bel est maintenant aussi représentée par l’agence de spectacles de la boîte.

No More, un morceau qui raconte un périple intense et captivant, se voit réinterprété et rejoint ainsi un nouveau public.

Pourquoi se contenter d’une seule saveur quand on peut toutes les essayer? demande Sophia Bel. Donnez-moi du sucré, donnez-moi de l’acidulé, donnez-moi de l’amer à savourer.

Loig Morin

© Morin et Maude G.L. | Crédit photo: Andrey Folomeyev

Auteur-compositeur-interprète d’origine bretonne et maintenant Canadien installé en Colombie-Britannique, Loig Morin offrira le 9 avril prochain Printemps, le septième album de sa carrière.

Printemps marque aussi le début d’un audacieux concept de quatre albums représentants autant de saisons différentes, chacune possédant sa propre couleur, ses thématiques et sa signature sonore. Dans ce cas-ci, on se laisse emporter dans un univers qui emprunte avec subtilité des éléments de la musique anglo-saxonne, avec des teintes d’électro. Ses envolées atmosphériques et orchestrales ne sont pas sans rappeler ses performances récentes avec le Vancouver Metropolitan Orchestra.

Quant à ses paroles, elles nous parlent des angoisses amoureuses du lendemain, des faux semblant et des addictions. À livre ouvert, Loig nous parle de l’amour qu’ il n a pas eu et qu’il essaye d’exorciser.

Après avoir travaillé notamment avec Chris Potter (Sarah Mc Lachlan, Rufus Wainwright, Diana Krall), Loig a décidé pour première fois de sa carrière de guider son projet entièrement par lui même, assurant réalisation, enregistrement et mixage. On y retrouve toutefois la voix de l’artiste Maude G.L. tout au long de l’album, en plus de la participation de Jill Barber, le temps d’un duo pour le premier extrait Romance à l’italienne.

Originaire de la Bretagne, Loig Morin a posé ses valises à Vancouver il y a une dizaine d’années, donnant du même coup un nouvel élan à sa carrière musicale. Ayant depuis offert trois albums, il a également créé son studio d’enregistrement. Il est d”ailleurs nommé deux fois en vue du prochain Gala Trille Or pour son plus récent album, Citadelle (Meilleure réalisation et arrangements ainsi que Meilleur prise de son et mixage).

Vous pourriez aussi aimer...