Les nouveautés à voir et entendre

Une fin de mars toute en nouveauté

© Kingdom Street

Par:

Beaucoup de nouveautés auditives en cette fin mars. Avril n’a qu’à bien se tenir ou encore nous offrir le meilleur d’elle pour nous offrir autant de nouveautés et de diversités.

Profitez de celles-ci pour vous insuffler de belles variétés et apprécier de belles sonorités.

Irvin Blais

© Irvin Blais – Léda

Natif de Saint-Jogues, au nord de Paspébiac dans la Baie des chaleurs en Gaspésie, Irvin Blais s’est rapidement taillé une place dans la chanson country d’ici. Sa musique est accessible, actuelle et contagieuse. C’est un 14e album qu’il nous présente aujourd’hui avec LÉDA, douze nouvelles chansons du quotidien, qu’il dédie, en guise d’hommage, à sa belle-sœur Léda, décédée à l’été 2020.

Le 6 mars dernier, afin de souligner la parution de cet album, Irvin Blais a présenté un lancement en Webdiffusion, lors d’un spectacle-entretien animé par Annie-Soleil Proteau, réalisé par Pierre Séguin. L’artiste et ses musiciens ont ainsi offert des chansons du nouvel album et Irvin n’a pas oublié certains de ses plus grands succès. Un rendez-vous attendu par ses nombreux fans, un lancement festif comme on les aime.

Léda a été écrit et enregistré durant la période de confinement. Comme c’est toujours le cas depuis ses débuts professionnels en 2003, Irvin a puisé son inspiration autour de lui, du vécu d’une personne rencontrée au hasard, ou d’un regard qu’il pose sur un sujet d’actualité. Un premier extrait a été proposé aux radios country en janvier dernier et chansons Honky Tonk trouve sa place dans les palmarès. La pièce s’est hissée en tête des ventes iTunes dès sa sortie. À l’affiche dans les grands festivals et salles de spectacles du Québec et dans l’Est du Canada depuis près de deux décennies, le public se reconnait à travers ses textes qui témoignent des réalités quotidiennes et d’histoires qui touchent en plein cœur.

Paupière

© Paupière

Paupière, présente Sade Satipièce titre de leur 2ème album qui paraitra le 7 mai prochain.
Sade Sati réfère à l’astrologie indienne, c’est une période de 7 ans ½ qui comporte nombreux défis mais aussi de la reconnaissance et de grandes réalisations. Sade Sati, c’est le karma, la somme des actes de cette vie présente mais aussi de celles antérieures. Des marques sur le fil du temps qui mènent vers la véritable destinée.

Paupière c’est la finesse et le talent de Julia Daigle et Pierre-Luc Bégin, qui ensemble réunis forment une entité mystérieuse et sensuelle. L’amalgame sophistiqué d’une musique pop où l’instrumentation organique vient enrichir une composition électronique. Aux premières notes de ce deuxième extrait, l’esprit est aspiré, le ciel s’ouvre comme une grande carte. Gare à l’envoûtement ou est-ce seulement les planètes qui sont alignées?

Participez au concert de lancement de Sade Sati le 21 mai 2021 au Ministère (Montréal) en présentiel ou en virtuel en cliquant ici

Reney Ray

© Reney Ray

L’artiste franco-Ontarienne Reney Ray dévoile À l’ouest du réel, un opus lumineux de 13 titres dont elle signe l’entièreté des paroles et de la musique. Dans un son pop-folk infusé de country, À l’ouest du réel  fait suite à son premier album éponyme paru en 2018 pour lequel elle vient d’obtenir 5 nominations aux prix Trille Or 2021 (Découverte, Export Ontario, Initiative artistique, Présence web, Prise de son et mixage). Très personnel, ce premier effort racontait son histoire, entre autres le suicide de son père à un très jeune âge et les différentes routes que cet événement lui a fait prendre au cours de sa vie de femme et de maman.

Positif et même parfois drôle, ce 2e disque met de l’avant les apprentissages, les petits moments de la vie quotidienne et l’amour, tout simplement. Avec des paroles auxquelles on peut facilement s’identifier, Reney met les mots justes sur des sentiments et des situations communes de façon touchante comme elle sait si bien le faire.

Musicalement, À l’ouest du réel est souvent rythmé et empreint de lumière. Les arrangements viennent tout naturellement contraster des émotions parfois lourdes et poignantes en rendant l’écoute plus légère et remplie d’espoir. Il était important pour Reney d’offrir un album qui fait du bien, un baume suite à une année d’épreuves et d’incertitudes pour tous. Co-réalisé avec John Anthony Gagnon-Robinette, À l’ouest du réel est conçu pour être présenté live et démontre la grande volonté de voir au-delà des montagnes et de trouver une paix et une reconnaissance à travers les tempêtes.

Kingdom Street

© Kingdom Street

Poursuivant son ascension, le groupe Kingdom Street propose aujourd’hui un nouvel extrait intitulé Don’t Let Me Go. À l’aube du printemps, le duo formé de Patrick Donovan et de Paméla Lajoie nous offre cette chanson originale, entraînante et pleine d’énergie. Une ode pop à la chaleur estivale annonciatrice d’un premier album, attendu cet été.

Le prochain hit de l’été
Le tandem aux talents multiples (ils sont à la fois auteurs-compositeurs-interprètes, DJ, producteurs et réalisateurs) signe les paroles et la musique de ce nouveau titre. Dynamique et audacieux, Don’t Let Me Go sera assurément le hit de l’été! À mi-chemin entre la pop et l’électro, on se laisse porter par des rythmes entraînants et des mélodies ensoleillées. Ce troisième extrait n’est pas simplement une chanson sur la quête amoureuse; il évoque plutôt le sentiment nostalgique ressenti face à un amour d’été perdu d’avance. Alors que certaines personnes cherchent à partager cet émerveillement, il arrive plus souvent qu’autrement qu’il leur glisse entre les doigts une fois l’automne arrivé…

Au sommet des palmarès
Durant la dernière année, Kingdom Street a su se tailler une place impressionnante auprès des radios. Le dernier extrait, Walked away, s’est hissé au sommet en trônant dans le top 15 du palmarès BDS des chansons les plus diffusées par les radios au Québec pendant plus de 36 semaines. Si l’on inclut la diffusion du premier succès du duo (la chanson Love à donner), les deux titres cumulent à eux seuls près de 700 000 écoutes sur les plateformes de diffusion en continu. En plus d’avoir coécrit le succès Figé dans le temps de Ludovick Bourgeois, le groupe a également créé le buzz suite à sa collaboration avec la sensation Web Denyzee pour la chanson Diva, qui atteint près de 5 millions de vues sur YouTube en 6 semaines !

Dans un style électro-pop-rock, Kingdom Street expérimente les sons électroniques à coup de synthés et de boîtes à rythmes envoûtantes. Il y a fort à parier que Don’t Let Me Go séduira à nouveau!

Juillet

© Juillet – Facebook

Le duo Juillet se prépare à dévoiler son premier mini-album, Seule avec toi, le 2 avril prochain. La sortie sera accompagnée d’un spectacle de lancement le samedi 3 avril à 18h30 à l’Impérial Bell, dans le cadre des Vitrines St-Roch XP organisées par le Festival d’été de Québec.

Ce EP de sept chansons est le résultat de bien des années de créations mijotées et peaufinées par le couple Roxanne Landry (voix, textes, drum machine) et Gabriel Villeneuve (composition, claviers, textes). Entourés de musiciens collaborateurs tels Frank Cayer (guitare), Nastasia Ganon (basse), Dany Asselin (synthétiseurs), Francis Ledoux (batterie, prise de son, mixage) et Stéphane Rancourt de Alibabear Studio (matriçage), ils signent des chansons chaudes et profondes à saveur pop tantôt suave, tantôt groovy et parfois mélancoliques. L’ambiance feutrée, intime et douce de leurs pièces met en lumière toutes les étapes et les épreuves traversées qui ont rendu le couple plus fort, comme une permission de se glisser un moment dans leur histoire.

Juillet nous a d’ailleurs déjà donné un bel aperçu de ce qui nous attend avec cette sortie en offrant les magnifiques vidéoclip pour la chanson-titre ainsi que pour l’extrait Reste encore.

Venant de prendre part au plus récent Phoque OFF, Juillet a officiellement vu le jour en 2019, tout d’abord en formule duo, avant de s’entourer de collaborateurs venant ajouter profondeur et richesse sonore à ses compositions douces et rêveuses. Une musique simple mais travaillée de laquelle émanent l’amour brûlant, la chaleur des corps, la langueur aérienne de l’été. La vulnérabilité et la sensibilité imprégnées dans l’interprétation cherchent à libérer une énergie enveloppante, comme un orage au loin, un sentiment puissant dans l’air doux qui se met à s’alourdir.

Les Cowboys Fringants

© Les Cowboys Fringants – Les nuits de Repentigny

Voici la chanson En Business faisant partie du récent album Les nuits de Repentigny du célèbre groupe Les Cowboys Fringants. En attendant la sortie vinyle du dernier album pour fin avril, vous pourrez visionner le film L’Amérique pleure en salle dès le 9 avril prochain.

Vous pourriez aussi aimer...