un magazine web axé sur la culture d’ici

Les merveilles d’Oh Wonder au Corona

Tout en douceur et frénésie

ohwonder1©Courtoisie

Par : Marie-Claude Lessard

Hier, le Théâtre Corona accueillait une jeune sensation londonienne, et non, il ne s’agissait pas de One Direction, mais c’était tout comme. Lors de son premier passage à Montréal, le duo indie/électro/pop Oh Wonder s’est produit devant une salle comble composée majoritairement d’adolescentes hystériques qui criaient leur satisfaction sur chaque chanson.

Excellents chanteurs et claviéristes, Josephine Vander Gucht et Anthony West ont opté pour une scénographie épurée, le seul élément de décor consistant en deux lettres (un O et un W) géantes qui s’illuminaient au rythme des pièces. Plongée dans un éclairage où le mauve et le rose prédominaient, la formation, accompagnée de musiciens aux percussions, a offert un spectacle intime et doux qui possédait un caractère électrisant grâce à l’énergie survoltée de la foule.

ohwonder2©Courtoisie

Ayant le vent dans les voiles depuis la parution de leur premier album homonyme le 18 septembre 2015, Oh Wonder a présenté des compositions enveloppantes traitant d’amour, de confiance en soi et d’enjeux sociaux. Le groupe, populaire sur la toile grâce à des vidéoclips colorés et créatifs, a établi rapidement un lien avec le public, enchaînant les titres sans assommer avec des anecdotes interminables. L’élégante Joséphine, ébahie par tant d’affection, a osé s’exprimer à plusieurs reprises dans la langue de Molière pour remercier les spectateurs, ce qui a déclenché les passions à chaque intervention.

Dès la première chanson, soit Livewire, les gens scandaient les paroles haut et fort, à la grande surprise des artistes. Cette soirée a connu plusieurs moments forts dont la livraison des chansons Dazzle, Lose It et Without You. Avant d’interpréter la très jolie All We Do, qui bénéficie depuis quelques jours d’une tout aussi splendide vidéo, Joséphine a souligné l’importance de toujours rester soi-même peu importe les circonstances. Sur Body Gold, Anthony et Josephine ont changé de place pour jouer sur le clavier de l’autre. Une fan a alors profité de ce déplacement pour tendre un drapeau du Canada à la chanteuse. Terminant avec l’excellente Drive, Oh Wonder a conquis le public qui ne pouvait s’arrêter de les ovationner chaleureusement.

Devant une telle frénésie, la formation n’avait pas le choix d’offrir des rappels. Elle a sélectionné les accrocheuses Midnight Moon et Technicolour Beat. Le spectacle a donc duré 60 minutes et des poussières, ce qui était franchement trop peu. Le seul album que Oh Wonder a à leur actif comprend seulement 15 chansons. Le fait que le band ait omis d’interpréter la totalité du disque reste un mystère et a laissé les spectateurs légèrement sur leur faim. Autre point négatif, la musique enterrait les voix mélodieuses, spécialement en début de parcours. Autrement, la simplicité du groupe charme au plus haut point. Gageons que Oh Wonder reviendra au Québec pour promouvoir leur second album, et qu’il le fera probablement dans une plus grande salle pour répondre à la grande demande.

Liste des chansons

1. Livewire

2. Dazzle

3. Lose It

4. Shark

5. Without You

6. All we do

7. Landslide

8. Plans

9. Body Gold

10. Drive

Rappel :

11. Midnight Moon

12. Technicolour Beat

 

Texte révisé par : Mélissa Thibodeau

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email