Crédit photo: Patrice Tremblay
Crédit photo: Patrice Tremblay

L’Acte inconnu – Présenté par l’École supérieure de théâtre de l’UQAM

 Un défi de taille!

Crédit photo: Patrice Tremblay

Crédit photo: Patrice Tremblay

Par : Ariane Dostaler

Les finissants de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM présente du 10 au 15 décembre la pièce L’Acte inconnu de Valère Novarina. Jouer cette pièce, ce vocabulaire et cette poésie relève d’un grand défi que les étudiants ont réussi haut la main. Passant de scènes comiques à des moments dramatiques, les comédiens ont pu explorer l’éventail de leur jeu dans un contexte unique.

D’une durée approximative d’une heure vingt, le metteur en scène Antoine Laprise, aussi acteur et réalisateur, a mis de la couleur, de l’action et du détail dans cette production. Souhaitant m’entretenir avec l’une des actrices de la pièce, j’ai pu connaître les détails de la production.

Comédiennes : Sarah Godard et Raphaëlle Cyr-Bayeur – Crédit photo : Patrice Tremblay

Entrevue avec Raphaëlle Cyr-Bayeur :

Sur quel sujet porte la pièce?

Divisée en plusieurs tableaux, la pièce porte sur l’acte de parler, les mots et la parole, car selon Valère Novarina c’est ce qui nous différencie des animaux. Dans la pièce, on retrouve donc un univers éclaté et cette envie de refaire le monde.

Selon notre metteur en scène, « le personnage principal de la pièce est la parole ».

Comment s’est déroulé le processus de mise en scène?

Antoine (Laprise, le metteur en scène) a reçu un appel du jour au lendemain pour venir faire cette mise en scène. Il a accepté la proposition en y ajoutant la difficulté d’un texte très compliqué pour le si peu de temps que nous avions. Il a parfois regretté son choix lors des répétitions, mais lors de la générale, il nous a dit que nous avions réussi le défi et qu’il était très fier de nous.

Quel a été le chemin parcouru des répétitions jusqu’à la représentation?

Le chemin a été en escalade, car au départ j’ai eu de la difficulté à laisser de côté les méthodes que l’on nous a apprises depuis le début de notre parcours universitaire. Et puis, le texte est très « technique » et décousu, donc après avoir bien appris la technique, nous avons eu la liberté de nous amuser et de nous éclater d’avantage avec nos personnages. Nous avons grandi à travers ce processus-là. Nous sommes vraiment fiers du résultat, c’est quelque chose de différent de ce que l’on voit habituellement au théâtre à Montréal. En plus, c’est notre deuxième pièce devant public, il ne nous en restera qu’une seule à présenter au mois d’avril.

 

L’Acte inconnu est présenté jusqu’au 15 décembre au théâtre Les 7 doigts de la main à Montréal.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...