La Voix : La demi-finale

Ce sera une finale 100 % féminine!


© Les quatre finalistes et leur coach, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

Par : Myriam Bercier

Cette semaine, nous avons franchi une autre étape de la compétition de La Voix : les demi-finales. Eh oui, il en reste moins qu’il en restait, il faut se le dire! Il ne reste plus que la finale, qui aura lieu la semaine prochaine! Mais revenons-en à cette semaine. Cette semaine, La Voix nous a offert une soirée 100 % francophone, autant des artistes invités que dans les prestations des candidats. L’épisode a commencé avec une prestation de la future directrice de Star AcadémieLara Fabian avec Garou et ses demi-finalistes Philippe Tremblay et Suzie Villeneuve et la chanson C’est l’heure.


© Lara Fabian, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

La compétition a ensuite commencé avec l’équipe de Garou. Le tout a débuté avec Philippe Tremblay. Le jeune homme de 17 ans a choisi d’interpréter La chasse de galerie de Claude Dubois. Il a commencé la chanson tout en douceur. On aurait dit qu’on lui découvrait un nouveau timbre de voix auquel on n’était pas habitué. Il avait une très belle assurance et prestance pour un jeune artiste de son âge. Il a vraiment raconté l’histoire, la réinterprétant, comme lui avait proposé Garou.

La seconde demi-finaliste de l’équipe Garou, Suzie Villeneuve, a choisi d’interpréter la chanson Désenchantée de Mylène Farmer. Elle en a offert une version tout en douceur et plus sentie que la version habituelle sur laquelle on a tous dansé depuis sa sortie (1991). Ce fut une très belle performance, le seul petit truc qui a accroché pour moi c’est que Suzie est vraiment reconnue pour la puissance de sa voix, et je trouve que cette fois-ci elle l’a mise moins en avant, misant peut-être davantage sur sa capacité à transmettre des émotions par sa façon d’interpréter.


© Suzie Villeneuve, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

Lors des demi-finales, c’est entièrement le public qui vote pour le ou la finaliste de chaque équipe. Je l’avoue, le premier résultat m’a vraiment surprise, en étant vraiment plus serré que je l’avais prévu. En effet, sans surprise, ce sera Suzie Villeneuve qui continuera l’aventure vers la finale, mais avec seulement 55 % des votes. Philippe Tremblay a quand même réussi à accumuler 45 %! Je l’avoue, ça m’a beaucoup surprise, malgré une bonne performance de la part du jeune homme.

Ce fut ensuite au tour de l’équipe de Cœur de Pirate. Son premier candidat, Clément Jacques devait à la base interpréter une chanson de Cœur de Pirate, Drapeau blanc (à la demande de sa coach). Or, le candidat, ne se sentant pas 100 % à l’aise avec la chanson, a plutôt décidé d’y aller avec la chanson de Julie Masse C’est zéro. Cette chanson est une belle chanson de rupture, ce dans quoi Clément Jacques excelle (il n’y a qu’à écouter sa chanson Ariane pour s’en convaincre!). Il est excellent pour venir chercher des émotions et les transmettre. Chaque fois qu’il reprend une chanson, on dirait qu’elle lui appartient, qu’elle a été écrite par et pour lui. Son dernier C’est zéro est venu me chercher, je l’avoue. Sa performance s’est déroulée sous les yeux attentifs de son chien Garçon et de sa gang d’amis canins au nombre de deux.


© Josiane Comeau, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

L’autre demi-finaliste de l’équipe Cœur de PirateJosiane Comeau, a choisi de chanter la chanson La ballade de Jean Batailleur de Zachary Richard. Elle l’a commencée a cappella, tout en douceur. Elle l’a très bien interprétée. J’avoue que j’ai eu l’impression qu’elle racontait l’histoire de quelqu’un d’autre, comme son grand-père par exemple qui serait le fameux Jean Batailleur, plutôt que d’elle-même. Ça a donné un résultat assez intéressant.

Assez intéressant en tout cas pour qu’elle accumule 87 % des votes du public contre un maigre 13 % pour Clément. Ce fut l’écart le plus élevé de toute la soirée. Charles Lafortune n’a évidemment pas manqué l’occasion de lui demander comment elle se sentait, puisqu’on se rappellera que l’année dernière elle n’avait pas été sélectionnée aux auditions à l’aveugle, contrairement à son père qui s’était rendu jusqu’en demi-finale. On a d’ailleurs pu voir son père, grâce aux mêmes écrans géants que la semaine passée, visiblement très ému par la victoire de sa fille.


© Roch Voisine, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

Les deux candidats et leur coach ont repris le classique Hélène avec nul autre que Roch Voisine. Cette chanson est sortie en 1989, année de naissance de Béatrice Martin. Ce fut un moment bien agréable, ponctué d’un énorme fou rire entre Clément Jacques et sa coach vers la fin de la chanson alors qu’ils chantaient en duo. C’est la deuxième fois que cette chanson est reprise par Roch Voisine et la coach, la première fois étant à l’ADISQ.

La soirée s’est continuée avec l’équipe de Marc DupréMichaela Cahill, la première demi-finaliste, est allée défendre sa place avec sa version de Les uns contre les autres de Starmania. Celle qui a avoué « [chanter] mieux [qu’elle ne] parle en français » m’a bien épatée. Non seulement son français chanté était très exact, mais en plus sa version était très intéressante. Honnêtement, si c’est la première fois qu’on l’entend chanter, on peut croire qu’elle chante normalement en français. Elle a été fidèle à elle-même et s’est bien servie de sa puissance vocale. Elle a offert une version plus théâtrale que l’originale, avec une belle section de cuivres qui a apporté quelque chose de sexy à son interprétation.


© Michaela Cahill, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

Le public a encore eu le droit à une reprise de Céline Dion (la quoi, quatrième de la saison depuis la reprise de l’émission?) avec la version de Jason Valentino de L’amour existe encore. C’était un grand défi pour lui oui dans le choix de chanson mais aussi pour le fait qu’il ne maîtrise pas tant que cela le français. Il a avisé son coach qu’en Jamaïque, d’où il vient, aucun party ne commence sans du Céline. Après une phrase, j’ai eu des frissons, et ce, même si on ne comprenait pas exactement tous les mots qu’il chantait (à mon humble avis). J’ai trouvé que l’émotion transperçait malgré tout, juste par sa voix. Et n’est-ce pas à ça que l’on peut calculer le talent d’un artiste? Il a offert une version plus intimiste que ce à quoi on est habitué de la chanson, ce qui ne m’a pas déplu.

Or, est-ce parce que le public n’en peut plus des reprises de la diva du Québec ou est-ce qu’il a boudé le dernier candidat pour sa prononciation des mots en français, je ne sais pas, mais Jason Valentino n’a récolté que 39 % des voix. C’est donc Michaela Cahill qui s’envole vers la finale avec 61 % des votes du public.


© Louis-Jean Cormier, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

C’est après ces prestations que Louis-Jean Cormier est venu rejoindre son ami de golf Marc Dupré et ses candidats pour interpréter sa chanson Tout tombe à sa place. Ce fut une prestation très dynamique, avec de beaux jeux de lumière. Je dois avouer avoir trouvé que la voix de Michaela a vraiment ressorti du lot grâce à cette chanson (ou grâce au fait qu’elle était la seule femme à chanter? Je ne pourrais le dire). L’artiste en lice dans neuf catégories au gala de l’ADISQ a également reçu un album platine pour son premier album Le Treizième Étage (ce qui signifie 50 000 copies vendues), à son immense surprise.

C’est l’équipe de Pierre Lapointe qui a clos la soirée des demi-finales. C’est Malia qui s’est présentée en premier sur la scène. Elle a interprété À coup de rêves de Ben l’Oncle Soul. Elle a offert une performance digne d’une professionnelle : elle s’est présentée sur scène en étant sûre d’elle, a offert une prestation pleine de lumière, de dynamisme et d’assurance qui n’est pas passée inaperçue. En effet,  Cœur de Pirate et Pierre Lapointe lui ont tous les deux dit qu’ils avaient hâte de la voir après l’aventure puisque comme l’a dit son coach : « tout est là pour que tu exploses et que tu puisses faire ça comme tu l’entends. »


©Flora Stein, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

C’est Flora Stein qui est venue fermer le bal. Elle a interprété Mourir sur scène de Dalida. Elle a offert une version un peu mexicaine inspirée de ses origines comme son père est mexicain. Elle a offert une performance très sobre, sans artifice : elle n’a presque pas bougé de toute la performance et elle était toute de noir vêtue. Or, cette performance lui a vraiment permis de mettre de l’avant sa puissance vocale et le texte de la chanson.

C’est avec cette performance qu’elle pourra continuer l’aventure, puisque le public a voté pour elle à 55 % contre 45 % pour Malia.


© Marie Carmen, crédit photo : OSA IMAGES ET TVA

L’équipe de Pierre Lapointe a offert une très belle prestation avec Marie Carmen. La performance s’est ouvert sur un mini pot-pourri de chansons de la chanteuse avant de transitionner vers le classique Entre l’ombre et la lumière. C’était un très beau moment musical, très émotif. Les voix de Pierre Lapointe et Marie Carmen se sont mariées à merveille sur cette chanson. Toutes les voix ont très bien servi la chanson. Tous les artistes ont eu l’air d’avoir beaucoup de plaisir à interpréter cette chanson-là sous une pluie de pétales de roses.

La semaine prochaine, ce sera une finale 100% féminine avec une très belle brochette d’artistes invités, de Half Moon Run à Paul Piché en passant par les 2Frères pour ne nommer qu’eux.

Vous pourriez aussi aimer...