un magazine web axé sur la culture d’ici

La parfaite victime

Une problématique de santé publique

© Les Films Séville

Par:

C’est le 16 juin dernier que les journalistes furent invités au visionnement de presse du documentaire La parfaite victime au Cinéplex Odeon du Quartier Latin. Pour la majorité d’entre eux, c’était la première fois qu’ils remettaient les pieds dans une salle de cinéma depuis le début de la pandémie alors la fébrilité était à son comble. Ce film était aussi très attendu à cause de son sujet, celui de la violence sexuelle et du traumatisme que vivent les victimes de ces actes par leur agresseur et par le système judiciaire. La bande-annonce, bien que courte,  en dit long sur ce problème de santé publique abordé avec l’intention de provoquer de l’indignation, mais également de l’espoir pour que les choses changent.

Sophie, Lily, Marcel et Elena ne sont que quatre des nombreux visages ayant vécus certains des échecs du système de justice en matière d’agression sexuelle. Pendant presque trois ans, les réalisatrices et scénaristes, Monic Néron et Émilie Perreault, ainsi que la productrice Denise Robert, ont analysé le parcours de victimes qui ont choisi la voie judiciaire dans la foulée du mouvement #MoiAussi (#MeToo). A suivi une importante remise en question des méthodes du système qui semble non seulement résister aux changements, mais qui laisse la défense attaquer la crédibilité des victimes (car il s’agit de son arme la plus forte). Les victimes ont-elles alors une réelle chance dans le processus de plainte criminel? Les 90 minutes de cette enquête cinématographique amènent plus de questions que de réponses mais révèlent que les victimes ont un point en commun : elles doivent être “parfaites“.

© Les Films Séville

Une fois le film terminé et le lunch servi, les journalistes ont eu le privilège d’assister à une conférence de presse animée par Isabelle Maréchal, durant laquelle Monic Néron, Émilie Perreault et Denise Robert ont révélé d’où est partie l’idée de réaliser ce film et comment elles se sont laissées transporter par les entrevues réalisées durant le processus. Elles ont aussi pris le temps de répondre aux nombreuses questions des médias.

La parfaite victime sera à l’affiche dès le 30 juin dans tous les cinémas du Québec. Un film à voir seul, en couple, entre amis, entre collègues ou même en famille (avec des enfants plus grands) afin de réaliser un examen de conscience collectif.

Pour toute question juridique, JuriPop offre des services juridiques créatifs, rigoureux et accessibles pour que toutes les personnes puissent faire valoir leurs droits.© Les films Séville

Texte révisé par : Marie-France Boisvert

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email