un magazine web axé sur la culture d’ici

La Mélodie du bonheur réchauffe le cœur

Première médiatique d’une soirée magique

Chœur sœurs
Crédit Photo: Mélodie Guay

Par Marie-Hélène Amyot

Oh qu’il y avait du talent au pied carré, à l’Espace Saint-Denis lundi dernier, en cette première médiatique de La Mélodie du Bonheur. Sourires radieux et beaux habits étaient à l’honneur, lors de cette soirée, où le gratin artistique et médiatique était fort bien représenté. Bien que j’y étais pour Mattv, c’est avec mes yeux de petite fille, que je me présentais dans le théâtre.

Accompagnée de ma mère, qui m’a fait découvrir le film – Julia Andrews et Christopher Plummer en prime – quand j’étais enfant, j’étais curieuse de voir comment certaines scènes seraient présentées. Déjà, je dois lever mon chapeau à Grégory Charles, metteur en scène, pour l’ingéniosité et la créativité. Tout fonctionne également grâce aux majestueux décors. Les moments dans le couvent, ceux dans le jardin, ou dans la somptueuse demeure, et même, celui du concours de chant, particulièrement émouvant. Sans donner de détails, j’y ai cru, je m’y sentais. Et c’est ce qui est, à mon avis, la raison d’être de toute production artistique. Faire vivre des émotions au public. La Mélodie du Bonheur y arrive et suscite aussi des émotions qui réchauffent le cœur.

Maria et les enfants von Trapp
Crédit Photo: Mélodie Guay

Quoi d’autre m’a réchauffé le cœur? Les voix, les mélodies, la musique. Les artistes donnant vie à cette comédie musicale n’ont rien à envier aux souvenirs de mon enfance. Klara Martel-Laroche (Maria Rainer) possède un véritable instrument vocal cristallin. Son registre est impressionnant. D’une très grande beauté. Éric Paulhus (Capitaine von Trapp) m’a impressionnée, moi qui le connaissais principalement en tant que comédien. Il rend bien justice aux pièces, avec une voix juste. Les enfants von Trapp eux, sont tout simplement époustouflants de talent. Attachants et adorables, ils sont fidèles aux personnalités de chaque personnage. Je fus également conquise par les résident.es du couvent. Quelles voix!

Pour vous remémorer cette histoire inspirée de la biographie de Maria Rainer, pour la découvrir ou pour l’offrir en cadeau, visitez le site officiel de La Mélodie du Bonheur.

Crédit Photo: Mélodie Guay

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email