La chronique littéraire : suggestions québécoises

Des livres et des thèmes variés à découvrir

© www.quebec-amerique.com, www.renaud-bray.com, www.hurtubise.com

Par : Johanne Mathieu

Retour à l’écriture, premier essai ou premier livre jeunesse… Dans cette chronique littéraire, on vous présente les plus récentes parutions d’India Desjardins, de Brigitte Pellerin, de Patrice Michaud et de Sandra Sirois. Des livres et des thèmes variés d’auteurs.res québécois.es à découvrir.

Mister Big ou la glorification des amours toxiques, d’India Desjardins (Éditions Québec Amérique)

© www.quebec-amerique.com

Un livre sur la glorification des amours toxiques que l’on voit dans les comédies romantiques? C’est autour de ce thème que brode India Desjardins en faisant paraître son premier essai en carrière. En fait, elle s’intéresse plus particulièrement à la question suivante : la fiction peut-elle influencer notre perspective du monde, et plus particulièrement nos relations amoureuses? Celle-ci décortique ainsi la relation de l’un des couples fétiches de l’univers télévisuel, soit celle entre Mister Big et Carrie, deux personnages centraux de la série à succès Sex and the city. Selon elle, cette relation représenterait tous les aspects de la violence psychologique et au bout du compte, le happy end auquel on a eu droit en finale pour les deux protagonistes, n’est peut-être pas si happy que ça.

Si les comédies romantiques vendent du rêve, la ligne est de plus en plus mince entre la fiction et la réalité. Elles nous pousseraient entre autres à percevoir comme romantiques des choses qui ne le sont pas ou ne le sont plus du tout. Les époques et les gens changent et évoluent. C’est donc avec un regard critique, ou plutôt avec ses « yeux d’aujourd’hui », qu’elle s’attarde au couple Carrie-Mister Big et à cette perception pertinente d’une relation dysfonctionnelle et conflictuelle. Big fait vivre à Carrie l’ambivalence, la confusion, les ruptures et la souffrance. Pourquoi alors Carrie s’entête de revenir sans cesse vers celui qui la fait souffrir? L’auteure développe sa réflexion à partir d’anecdotes tirées de la série, mais revisite également d’autres œuvres télévisuelles et cinématographiques qui semblent répéter et glorifier la même histoire, le même schéma amoureux, comme GreaseMiss CongenialityPretty WomanLove Actually ou Don’t Tell Mom that Babysitter’s Dead. Elle démontre que certaines œuvres résistent moins bien au passage du temps.

India Desjardins conscientise ainsi sur le sujet des relations toxiques, car elles ont inévitablement des répercussions sur ce que nous vivons. Elle suggère également la possibilité de se défaire de ce modèle maintes fois répété, mais aussi celle de trouver une manière différente de définir le couple, mais aussi les femmes. Elle aborde différents thèmes comme l’attrait pour les hommes du type « Mister Big », la désensibilisation aux violences faites aux femmes, la place des créatrices dans l’industrie du divertissement et le manque de distance que nous avons aujourd’hui avec la fiction, pour ne nommer que ceux-ci. Pour étoffer ses recherches, l’auteure a notamment fait s’immiscer la science, l’histoire et la philosophie dans cet essai. Elle nous fait finalement voir nous aussi d’un œil neuf toutes ces œuvres romantiques qui ont marqué nos vies. Une façon de voir les femmes et les relations amoureuses autrement. Éclairant. (Mister Big ou la glorification des amours toxiques, d’India Desjardins (2021), Éditions Québec Amérique, 192 pages)

Le livre Uber, de Brigitte Pellerin (Éditions L’Interligne)

© www.renaud-bray.com

Tout le monde ou presque sait ce que c’est que de prendre un Uber. L’écrivaine, photographe et journaliste Brigitte Pellerin, elle, a connu l’expérience en tant que passagère, mais aussi en tant que conductrice. Son expérience de plus d’un an à ce titre lui a d’ailleurs permis d’en apprendre plus sur la nature humaine…

C’est après une séparation que l’aventure Uber arrive dans la vie de Brigitte Pellerin. « La séparation et le divorce, c’est dur pour le porte-feuille. » Même si elle souhaite renouer avec ses anciennes amours professionnelles de journaliste et d’écrivaine, elle entame donc une nouvelle carrière, loin de celle à laquelle elle avait rêvé. Et alors qu’elle trimballe les gens d’un bout à l’autre de la ville d’Ottawa, elle en voit de toutes les sortes et de toutes les couleurs. Il y a les gens pressés, ceux qui se taisent, les bavards, les soûlons, les couples qui se chicanent… Selon l’auteure, la nature humaine est variée et les gens sont un paradoxe intéressant à étudier. En plus de faire part des tendances remarquées chez les gens, l’auteure aborde différents thèmes, entre autres l’intérêt ou pas pour la conduite automobile, l’impact de nos déplacements sur l’environnement, la haine du trafic routier, les relations amoureuses, le taux de divorce, la question de l’argent… et des pourboires. Elle parle aussi de tout ce qui entoure Uber, son fonctionnement, la fiabilité des conducteurs, les avantages et les désavantages du métier. On en apprend également plus sur son histoire personnelle et son parcours professionnel.

Le propos est franc, direct, volubile, et si Brigitte Pellerin prend plaisir dans ce récit à livrer ses opinions sur une panoplie de sujets et sur son expérience Uber, on y prend plaisir tout autant! (Le livre Uber, de Brigitte Pellerin (2021), Éditions L’Interligne, 200 pages)

La soupe aux allumettes, de Patrice Michaud (Éditions Fonfon)

© www.renaud-bray.com

Lolo n’est pas un petit garçon comme les autres. En fait, Lolo est un superhéros! Et sa prochaine mission vient de se présenter à lui : un dragon pleure parce qu’il ne peut plus cracher de flammes. Le jeune héros prend alors les choses en main pour réconforter son nouvel ami. Il déploiera son imagination effervescente et testera les techniques les plus rocambolesques et les plus loufoques afin de l’aider à retrouver la flamme. C’est le début d’une trépidante aventure! Sera-t-il à la hauteur de cette mission?

Auteur-compositeur-interprète prolifique, mais aussi père de famille et grand lecteur, Patrice Michaud fait son entrée dans le monde littéraire en signant sa première œuvre jeunesse. Cette histoire d’entraide et d’empathie met en scène des personnages auxquels on s’attache facilement. Les jeunes lecteurs découvriront en Lolo un jeune garçon inventif, astucieux et débrouillard et seront surpris par les péripéties dans lesquelles ils seront transportés, et celles-ci se succèdent au rythme de son esprit imaginatif. Le ton est dynamique, enjoué et rigolo. Dans ce projet, l’auteur a reçu la collaboration de l’illustrateur Guillaume Perreault, qui donne vie à cette œuvre grâce à des images colorées et superbement réalisées. Quant à Patrice Michaud, son imagination est aussi débordante que celle du personnage de Lolo. Une histoire tendre qui nous apprend entre autres à ne jamais baisser les bras, malgré les échecs. (La soupe aux allumettes, de Patrice Michaud (2021), Éditions Fonfon, 48 pages)

Stella, qu’est-ce que tu fais là? – Tome 1, de Sandra Sirois (Éditions Hurtubise)

© www.editionshurtubise.com

Alors qu’elle vient récemment de déménager, Stella Savoie se prépare à faire sa rentrée dans une nouvelle école et le stress la gagne. En fait, même si elle a déjà vécu l’expérience par le passé, cette fois, elle est carrément terrorisée. Mais peut-être que ce début d’année scolaire ne s’annonce pas si mal, puisque la jeune fille de 14 ans est invitée à se joindre au groupe le plus populaire de son école! Ce nouveau départ s’annonce pour le mieux, mais les apparences sont souvent trompeuses, et Stella découvre que ses nouveaux « amis » ne sont pas aussi gentils qu’ils en ont l’air. Elle sera bientôt la cible de railleries, qui deviendront de plus en plus une menace pour elle. Comment l’adolescente pourra-t-elle se sortir de cette situation infernale?

Sandra Sirois propose ici une œuvre des plus percutantes qui nous confronte sans ménagement à la problématique trop actuelle de l’intimidation. Ce fléau présent dans toutes les écoles du Québec et du monde frappe sans distinction, peu importe la religion, l’orientation sexuelle, la couleur de la peau ou l’apparence physique. Dans le cas de Stella, tout ce que souhaite celle-ci est de se fondre dans la masse d’élèves de son école, de passer incognito et de vivre sa vie en paix. Elle est aussi heureuse au début d’adhérer au groupe le plus populaire de son école, mais le rêve prend vite fin pour elle et l’adolescente se retrouve perdue dans une escalade vertigineuse de haine et de violence. Il sera de plus en plus difficile pour elle d’éviter et de fuir ses agresseurs au quotidien et ce n’est pas auprès de son entourage qu’elle pourra trouver le réconfort. Ses parents étant séparés, la jeune fille est prise entre une mère aigrie par cette séparation et un père qui semble davantage se préoccuper de sa nouvelle conjointe que d’elle. Heureusement, elle nouera des liens précieux avec sa voisine médium (!) et Yasmine, une autre élève qui a aussi connu la même situation qu’elle auparavant et qui a les mêmes intérêts.

Dans un premier roman jeunesse, l’auteure déploie encore une fois tout le talent qu’on lui connaît, mais cette fois, pour décrire avec un parfait réalisme ce que vivent les victimes d’intimidation. Elle parle notamment d’un système qui encourage les comportements toxiques en raison d’une société basée sur les apparences, du milieu scolaire, de sa difficulté à veiller quotidiennement sur tous leurs élèves, des enseignants qui veulent faire une différence auprès des jeunes, de l’impassibilité de certains adultes vis-à-vis ce que vivent leurs enfants. Elle évoque aussi l’importance d’apprendre à s’aimer et de demeurer soi-même envers et contre tous, ainsi que celle de revendiquer son propre pouvoir. Une histoire dure d’acharnement, de violence, d’instinct de survie, mais aussi de force et de résilience. Le tome 1 de ce roman en soufflera plus d’un et sensibilisera certainement les lecteurs à cette problématique. (Qu’est-ce que tu fais là, Stella? – Tome 1, de Sandra Sirois (2021), Éditions Hurtubise, 256 pages)

Bonne découverte et bonne lecture!

Vous pourriez aussi aimer...